Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclarations, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 10:03
Procès politique d'Erdogan contre les journalistes Can Dündar er Erdem Gül: appel syndical à François Hollande

Nous reproduisons ci-dessous l'appel des syndicats français SNJ-CGT, SNJ et CFDT-Journalistes à François Hollande pour qu'il intervienne en faveur de la liberté de la presse en Turquie.

Le 25 mars 2016, s'ouvrait le procès (à huis clos) des journalistes du quotidien d'opposition Cumhuriyet, Can Dündar er Erdem Gül. Le régime leur reproche d'avoir informé sur des livraisons d'armes turques en Syrie. Ce procès et sa mise en scène, voulus par le président Erdogan, rentrent dans une campagne d'ensemble d'intimidation de l'opposition, de répression, de guerre. Les tendances dictatoriales du régime s'affirment.

Il a lieu juste après une nouvelle manifestation éhontée de complaisance des gouvernements européens et de l'UE à l'égard du régime turc avec la signature de l'accord UE/Turquie sur les réfugiés.

Le procès a été ajourné au 1er avril, non sans qu'Erdogan prenne violemmant à partie les manifestations de soutien, y compris de diplomates, aux journalistes le 25 mars. La campagne internationale d'information et de dénonciation s'intensifie.

 

Appel (SNJ-SNJ-CGT-CFDT-Journalistes) au président de la République, M. François Hollande : la liberté de la presse en Turquie ne peut pas être bradée

Monsieur le Président,

Dans un article publié par le quotidien Le Monde daté du 17 mars, Can Dündar, rédacteur en chef du journal turc d’opposition Cumhuriyet, accuse les leaders européens d’«abandonner les démocrates en Turquie», dont les journalistes, en raison des négociations entre Bruxelles et Ankara sur la question des migrants.

Can Dündar et son confrère Erdem Gül (responsable du bureau d’Ankara du journal) seront appelés à comparaître le 25 mars devant un tribunal d’Istanbul accusés d'«espionnage » et de « divulgation de secrets d’Etat ».

Ils risquent la réclusion à vie pour avoir fait simplement leur travail de journaliste, celui d’informer l’opinion publique.

Arrêtés en novembre et détenus pendant trois mois dans les geôles de la prison de Silivri sans jugement, ils ont été finalement libérés par une décision de la Cour Constitutionnelle «au motif que nous n’avions rien fait d’autre que du journalisme», souligne le journaliste.

Can Dündar se souvient des propos du Premier ministre turc à propos de la liberté de la presse : « Pendant que Davutoglu (le premier ministre) déclarait qu’« en Turquie aucun journaliste n’est en prison à cause de ses activités de journaliste », j’étais devant la télévision de la prison où je me retrouvais pour avoir publié une information sur la livraison d’armes en Syrie par les services de renseignement turcs. Et, dans l’isolement cellulaire où j’étais maintenu, je m’écriais : « Quel énorme mensonge ! »

D’ailleurs, poursuit Can Dündar : « En Turquie, les journalistes étaient libres de poser les questions, à la condition d’accepter le risque de perdre leur emploi ou d’aller en prison. Cette situation avait fait de la Turquie l’une des plus grandes prisons pour journalistes du monde ».

M. Le Président, les syndicats de journalistes français, membres de la Fédération internationale des Journalistes et de ses 600.000 adhérents dans le monde vous demandent instamment que la France pèse de tous son poids pour que la Turquie ne soit plus « une des plus grandes prisons » pour nos confrères. Ce pays compte aujourd’hui une trentaine de journalistes embastillés.

Nous demandons avec la plus grande détermination que le procès de Can Dündar et Erdem Gül soit annulé, car sans base légale d’après le syndicat turc des journalistes (TGS).
Ce procès, comme l’enfermement de journalistes, mais aussi l’affaire récente de Zaman - le quotidien au plus fort tirage en Turquie pris en otage pour le transformer en organe pro gouvernemental - témoignent des atteintes graves à la liberté de la presse et au pluralisme dans un pays candidat à l’Union européenne.
Des entraves gravissimes à la Charte européenne pour la liberté de la presse que l’Europe et en premier lieu la France ne peuvent garder sous silence.

Veuillez croire, Monsieur le Président, en nos sentiments respectueux.

Montreuil, le 22 mars 2016

Emmanuel Vire, pour les syndicats SNJ, SNJ-CGT et CFDT Journalistes

Partager cet article

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Turquie
commenter cet article

commentaires