maduro14am4.jpgLe Venezuela de Chavez : un pays où un chauffeur de bus poursuivra l’œuvre révolutionnaire







Ce dimanche 14 avril, le peuple vénézuélien élira son président, après le décès d'Hugo Chavez.



Le Parti communiste vénézuélien, deuxième force de gauche du pays, a décidé de soutenir le candidat désigné par Chavez lui-même pour sa succession, le vice-président Nicolas Maduro qui devrait, selon les derniers sondages, logiquement l'emporter.



Nous publions ci-dessous le communiqué des camarades de la section PCF RATP-BUS repris par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Nous nous associons aux hommages rendus au révolutionnaire Hugo Chavez, décédé le 6 mars 2013 et transmettons toutes nos condoléances à l’ambassade du Venezuela en France.



Dans la lutte des classes mondiale, les conquêtes sociales et démocratiques de la révolution bolivarienne, comme le vaste programme de nationalisation des services publics, le refus de la mise en concurrence des travailleurs, la promotion d’une logique de coopération mutuellement avantageuse entre les peuples, a servi le mouvement ouvrier de tous les pays.



Dans nos luttes à la RATP, dans notre lutte idéologique quotidienne, contre le processus de privatisation, contre la remise en cause de notre statut, de nos retraites, contre les directives de l’Union européenne, contre le fatalisme aussi, l’exemple du Venezuela de Chavez a été et demeure aussi un point d’appui concret.



Pour défendre les acquis de la révolution, face à une bourgeoisie revancharde toujours puissante, à un impérialisme américain aux aguets, Hugo Chavez a dévoué toute son action personnelle, si importante, à la mobilisation et l’organisation des masses populaires et de la classe ouvrière. C’est eux seuls qui pourront poursuivre l’édification du socialisme, au bénéfice de tout le pays, parce que c’est eux qui y ont objectivement le plus intérêt.



Nous adressons particulièrement un message de sympathie au Parti socialiste unifié du Venezuela et à nos camarades du Parti communiste du Venezuela, fers de lance de la révolution.



Pour seconder Chavez, les progressistes vénézuéliens ont fait le choix de la personne de Nicolas Marduro, actuellement vice-président. Nous lui envoyons aussi un message de soutien avant les prochaines élections présidentielles.



Nous le faisons d’autant plus fraternellement qu’il s’agit d’un collègue, conducteur de bus de profession, à Caracas.



Ce n’est pas dans les pays capitalistes que des conducteurs de bus, de métro, des ouvriers d’entretien sont portés pour exercer les fonctions politiques les plus importantes !



Bon courage, Nicolas !     

Retour à l'accueil