Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 05:19

gaza_school-photo_gallery_97083227.jpgCes 26 écoles palestiniennes détruites par l'armée israélienne et ces 447 enfants assassinés qui n'ont pas connu la rentrée



Communiqué du Parti communiste d’Israël



Traduction JC pour http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/



« Beaucoup de morts sont des enfants tués dans leur sommeil » : ce sont les mots que Adalah [NdT : Centre légal pour les droits de la minorité arabe en Israel] et Al Mezan [NdT : Centre pour les droits de l'Homme] ont utilisé pour les bombardements brutaux de l'armée israélienne des écoles et équipements de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) où plus de 10 000 personnes déplacées ont fui leurs domiciles pour des raisons de sécurité, pendant les bombardements.



Avec le début de l'année scolaire, Adalah à Haifa en Israel, et Al Mezan à Gaza en Palestine, ont envoyé une lettre demandant que le Ministère de la Défense israélien, le Procureur général et l'Avocat général militaire ouvrent des enquêtes criminelles immédiates sur les attaques militaires israéliennes ayant touché les écoles et installations de l'UNRWA.



Les organisations des droits de l'Homme estiment que ces actes constituent des violations sérieuses du droit humanitaire international, et des lois internationales sur les droits de l'homme, pouvant s'apparenter à des crimes de guerre, se référant au bombardement israélien de cinq écoles et installations de l'UNRWA à Gaza. La lettre a été préparée par l'avocate d'Adalah, Sawsan Zaher. Les cinq cas sont les suivants :



selon les témoignages recueillis par Al Mezan, le 30 juillet 2014, dans la matinée, les forces aériennes israéliennes ont bombardé les bureaux de l'UNRWA dans le camp de réfugiés de Jabalia avec cinq frappes aériennes consécutives. Ces frappes ont tué 21 civils palestiniens et blessé plus de 100 des 3 200 personnes déplacées se trouvant sur place. Un certain nombre d'enfants morts ont été tués pendant leur sommeil.



Le 3 août 2014, l'armée israélienne a tué 11 civils, dont 5 enfants, et blessé 25 personnes déplacées sur 3 000 qui se trouvaient dans les locaux de l'UNRWA à Rafah.



Le bombardement direct des écoles de l'UNRWA à Deir al Balah par l'armée israélienne le 23 juillet 2014 a blessé 5 civils se trouvant dans l'école sur les 1 500 réfugiés qui vivaient là.



Le 29 juillet 2014, l'armée israélienne a bombardé les locaux de l'UNRWA dans le quartier d'Al Zaytoun. Cette installation abritait 2 200 personnes déplacées, et 8 personnes ont été blessées à cause de l'attaque.



Le 24 juillet 2014, l'armée israélienne a bombardé des écoles de l'UNRWA à Beit Hanoun. Ces bâtiments accueillaient 300 personnes déplacées, 15 ont été tuées et plus de 100 blessées. La majorité de ceux blessés était des femmes et des enfants.



Adalah et Al Mezan, dans une lettre précédente datant du 27 juillet 2014, ont demandé aux autorités israéliennes d'ouvrir une enquête criminelle indépendante sur des crimes de guerre de l'armée israélienne dans ce cas.



Adalah et Al Mezan avancent dans ces lettres que l'armée israélienne n'a pas différencié les cibles militaires et civils sur chacune de ces attaques contre les installations de l'UNRWA, et a violé son devoir de protéger les civils pendant les affrontements :



« Le droit humanitaire international exige aussi d'Israel qu'il ouvre une enquête criminelle immédiate sur ces soupçons de crime de guerre, et de demander à ceux qui les ont réalisé de rendre des comptes ».



Pendant la guerre, 174 écoles à Gaza ont été bombardés et endommagées, 26 écoles publiques et une école de l'UNRWA à Gaza n'ont pas ouvert leurs écoles au début de l'année scolaire 2014/2015 après avoir été complètement détruites par l'armée israélienne.



30 écoles n'ont aussi pas pu ouvrir leurs portes en raison du nombre important de personnes déplacées occupant encore les locaux, alors que 447 enfants tués pendant les attaques militaires israéliennes ne retourneront pas du tout à l'école.



La liste des écoles publiques à Gaza qui ont été complètement détruites et endommagées en résultat de l'agression militaire israélienne a été publiée en arabe par le Ministère de l’Éducation palestinien.



1 – Ecole d'agriculture Hani Na’eem

2 – Ecole élémentaire Abu Tammam

3 – Ecole Hayel Abdel Hamid

4 – Ecole Mahdeya el Shawa

5 – Ecole Subhi Abou Kartch

6 – Ecole des martyrs de Shujayea

7 – Ecole Beit Dajan

8 – Ecole Ali Ben Abi Talib

9 – Ecole élémentaire Shujayea

10 – Ecole secondaire Abbas

11 – Ecole Jamal abdel Nasser

12 – Ecole Moaz ben Jabal

13 – Ecole Mahatet Miyah el Karamah

14 – Ecole Caesarea

15 – Ecole Soukina ben Hussein

16 – Ecole Khaoula bint el Azur

17 – Ecole Rudolph Filter

18 – Ecole Ibn Zaidoun

19 – Ecole el Barij

20 – Ecole Fathi el Balaoui

21 – Ecole Maari pour garçons

22 – Ecole Maari pour filles

23 – Ecole Ibn el Nafis

24 – Ecole nouvelle Absan

25 – Ecole Ghassan Kanafani pour filles

26 – Ecole Ghassan Kanafani pour garçons

 



Partager cet article

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Palestine-Israël
commenter cet article

commentaires