Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 07:10

19783872-mixed-bulgarian-and-european-grunge-flag-of-europe.jpgCinq ans après l'adhésion à l'UE, une majorité de Bulgares pense que l'intégration européenne n'a pas été positive



Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



A deux mois des élections européennes, les peuples sont plus défiants que jamais envers l'Union européenne. La propagande européenne ne passe plus face à la réalité de la paupérisation des peuples. Le cas de la Bulgarie, entrée dans l'UE en 2008, en est caractéristique.



Pendant que les projecteurs sont braqués sur l'Ukraine, on ferme la lumière sur des mouvements populaires massifs dénonçant l'intégration européenne : hors de l'UE comme en Bosnie, ou dans l'UE comme en Slovénie, Bulgarie sans oublier la Grèce ou le Portugal bien sûr.L



La privatisation de l'électricité impulsée par l'UE, une tragédie



En Bulgarie, l'année 2013 a vu les plus grandes manifestations depuis 1997, si ce n'est depuis le début de l'histoire moderne de ce pays remettant en cause la captation du pouvoir par une mince oligarchie, son choix désastreux de l'intégration européenne et de la privatisation intégrale du pays.



En février, des dizaines de milliers de personnes descendaient dans la rue pour protester contre la hausse des frais de scolarité dans des universités médiocres, la dégradation de l'accès aux hôpitaux en décrépitude, enfin surtout contre la hausse des tarifs de l'électricité.



Derrière, c'était la privatisation du secteur de l'électricité qu'ils remettaient en cause, opérée en 2004, pour répondre aux critères d'adhésion à l'UE, d'intégration au marché commun de l'énergie.



Aujourd'hui, trois grands monopoles étrangers se partagent désormais le marché : l'allemand E-On inévitablement dans le nord-ouest, le groupe tchèque CEZ à l'ouest et l'autrichien EVN au sud-est.



Pour les ménages bulgares, la privatisation a été une tragédie : aujourd'hui la facture moyenne d'électricité est de 100 € dans un pays où le salaire minimum est à … 115 €, le salaire moyen à 350 €. Les cas où l'électricité représente plus de la moitié du budget sont fréquents.



Une pression qui a contraint le gouvernement de droite de Boyko Borisov à démissionner. Un gouvernement dans lequel le Ministre des Finances avait osé dire que « nationaliser l'électricité, c'est aller vers la collectivisation donc vers le goulag ! ».



Le nouveau gouvernement socialiste n'a guère changé la donne, se révélant proche des oligarques milliardaires, osant nommer le magnat médiatique Delyan Peevski à la tête de l'Agence de sécurité nationale (DANS), ne changeant rien à la situation du secteur de l'électricité.



Une décision qui a relancé l'indignation des manifestants, contraignant le gouvernement à retirer cette nomination. Les protestations ont continué face au refus du gouvernement socialiste d'opérer un changement de cap par rapport au consensus néo-libéral.



70 % pensent que l'UE n'a rien changé ou fait empiré la situation



Un an après, les Bulgares sont toujours dans la rue, à un rythme quasi-quotidien, pour manifester le ras-le-bol face à la politique d'un gouvernement aux ordres de l'Union européenne, des grands monopoles européens et des oligarques locaux.



La défiance de la population envers son gouvernement est maximale : seuls 26 % des Bulgares ont confiance en leur gouvernement. A contrario, selon l'institut de sondage Alpha Research près de 80 % des Bulgares soutiennent les manifestations anti-gouvernementales.



Sept ans après l'intégration européenne, et les mirages promis par la classe politique locale, la désillusion est incontestable : Seuls 15 % des Bulgares pensent que l'adhésion à l'UE a amélioré leur situation contre 70 % qui pensent qu'elle ne l'a pas améliorée ou qu'elle l'a empirée.



Un autre sondage, plus nuancé, soulève le même constat : seuls 31 % des Bulgares estiment qu'il y a eu un impact positif de l'adhésion de la Bulgarie à l'UE, 17 % qu'elle a eu un impact négatif, 51 % aucun impact significatif.



Il faut dire que la Bulgarie reste un des pays les plus pauvres d'Europe : le salaire moyen est de 300 € par mois (seule l'Albanie fait pire en Europe!), une famille sur cinq vit sous le seuil de pauvreté, soit avec moins de 90 € par mois.



Le détail est encore plus désolant. Selon les syndicats bulgares, au vu des tarifs exorbitants de la nourriture, de l'énergie, des transports, il faut 980 € à une famille de quatre personnes pour répondre à ses besoins : seules 11 % des familles bulgares rentrent dans cette catégorie.



Les « poor workers », travailleurs pauvres ont explosé en Bulgarie, atteignant aujourd'hui le chiffre de 650 000 personnes, gagnant beaucoup moins que la moyenne nationale (de 300 €!), ils sont légion dans la vente, le bâtiment ou l'entretien.



Un an après l'intégration à l'Union européenne, les ménages bulgares avaient perdu 15 % de leurs revenus, passant en moyenne de 415 à 355 € entre 2008 et 2009.



De quoi rendre limpide la position sceptique des Bulgares vis-à-vis du mirage de l'intégration européenne.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Roumanie-Bulgarie
commenter cet article

commentaires