Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 05:47

dc0b8c81f931be64d648d21b856c46ddfccd0865.jpgComment l'Union européenne a financé l'Etat islamique : ces États qui ont acheté (légalement) son pétrole de contre-bande !

 

Article AC pour http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/

 

Les bombes pleuvent sur la Syrie (mais pas sur l'Irak) qui en quelques jours a vu l'immense majorité de ses raffineries réduites en cendre. Plus on en apprend sur l'Etat islamique (EI), plus la complicité directe ou indirecte des européens et américains se fait jour. Dernière révélation : les Etats européens ont acheté du pétrole de contre-bande venant de l'EI.

 

La « menace fantôme » de l'Etat islamique (EI) justifie l'injustifiable : des frappes aériennes sur le territoire syrien à l'insu de son gouvernement, l'armement de forces séparatistes en Irak, la mise en place d'une coalition internationale pour intervenir en Syrie.

 

Décidément, les 15 à 20 000 combattants qui contrôlent le nord de l'Irak et de la Syrie sont une divine surprise pour les USA et l'UE, jusque-là mis en échec par la résistance nationale syrienne derrière Assad, le dévoilement du caractère islamiste fanatique de la dite rébellion démocratique.

 

Le plan se dessine : utiliser la menace fantôme EI pour détruire les infrastructures syriennes (d'abord ses raffineries), justifier une ingérence aux caractères légaux flous, puis après avoir détruit formellement le groupe, passer à la phase d'invasion de la Syrie et du renversement d'Assad.

 

C'est ce qui ressort de ses premières frappes. 16 des 20 raffineries syriennes contrôlées par EI ont été détruites mais les USA ont veillé à ne pas toucher certaines raffineries pour permettre à la rebellion (mais laquelle?) d'avoir des ressources dans la lutte à venir contre Assad.

 

Les alliés des Etats-unis qui bombardent les islamistes en Syrie sont les mêmes … qui ont financé, soutenu et armé l'Etat islamique !

 

Sur ordre américaiin, ce sont en fait l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis – les mêmes qui finançaient l'EI il y a quelques mois ! – qui ont fait intervenir leurs chasseurs-bombardiers, leur drones pour bombarder 12 raffineries le 24 septembre, et 4 autres le 28.

 

Les USA pressent maintenant la Turquie – qui depuis des mois sert de base arrière aux islamistes ! – à intervenir en Syrie. Le vice premier-ministre turc a déclaré qu'une motion allait être votée pour permettre à des soldats turcs de faire des incursions en territoire syrien ou irakien.

 

Il faut évidemment rappeler des évidences, l'implication directe des alliés des USA dans l'émergence de l'Etat islamique : tout le monde sait que les Etats du Golfe en général et l'Arabie saoudite en particulier ont été les pays qui ont financé au départ l'Etat islamique.

 

Sans l'aide de la Turquie, qui fait transiter le djihadistes, les munitions, achète le pétrole des islamistes, leur sert de base-arrière pour se soigner, se reposer, se ravitailler, l'Etat islamique n'aurait jamais résisté, encore moins prospérer.

 

On sait depuis longtemps que la Turquie joue double jeu avec les rebelles de l'EI, même si les responsables occidentaux – comme John Kerry récemment – sont plus prompts à dénoncer les achats de pétrole supposés de Bachar al-Assad (un prétexte pour justifier son renversement après l'écrasement de l'Etat islamique?).

 

Il y a quelques mois, le député républicain (CHP) turc Ali Ediboglu avait dénoncé dans le journal turc Taraf le fait que le gouvernement turc collaborait ou laissait faire un trafic de pétrole de grande ampleur transitant par son territoire. Le député parlait de 800 millions de $ depuis janvier.

 

Selon lui, les rebelles ont mis en place un système d'oléoducs de fortune à la frontière, tandis que le pétrole est transféré par camions jusque-là.

 

Ediboglu dénonçait également le fait qu'un certain nombre de combattants européens, russes passent par la Turquie, et que 1 000 Turcs opèrent dans la rébellion, ce qui est impossible sans la connaissance au minimum voire la coopération du MIT, les services de renseignement turcs.

 

Tout ceci est désormais confirmé. Luay al-Khatib, directeur de l'Iraq Energy institute note que « la Turquie a fermé les yeux sur ce trafic mené depuis Mossoul ». Pour Hussein Alawi, lui aussi responsable de cet Institut : « les terroristes utilisent des camions plutôt que des olédocus, il y a 210 camions-citerne transport le pétrole de contre-bande jusqu'à la Turquie chaque jour ».

 

Les Etats européens ont financé l'EI en achetant leur pétrole de contre-bande !

 

Ce réseau d'exportation de pétrole syrien et irakien est désormais un secret de polichinelle, admis même par John Kerry. Il a permis à l'EI de devenir le groupe terroriste le plus riche de l'histoire, produisant de 25 à 40 000 barils de pétrole par jour, avec des revenus de 3,2 millions de $ par jour.

 

De juin à septembre, le patrimoine d'EI serait passé, selon les services de renseignement américains, de 800 millions de $ à 2 milliards de $. Comment cela est-il possible ?

 

L'Etat islamique a un argument imbattable dans le monde capitaliste : le prix de sa marchandise. Officiellement côté à 100 $ le baril, il est vendu jusqu'à 25 $, plus souvent autour de 30-40 $. Ce pillage massif au détriment du peuple syrien, irakien, a nécessairement ses complices.

 

La Turquie n'est pas seule. La révélation de l'ambassadrice de l'UE en Irak, Jana Hybaskova, le 2 septembre dernier, fait froid dans le dos et révèle d'autres complices du crime, dans nos rangs.

 

Elle a commencé d'abord par critiquer les pays européens qui arment les Pechmerga au risque d'une partition du pays, avec des effets désastreux sur la région.

 

Puis, elle a lancé une bombe. Après avoir insisté sur la nécessité d'exercer des pressions sur la Turquie pour arrêter le trafic régional qu'elle alimente, elle affirme : « hélas, il y a aussi des pays membres de l'Union européenne qui achètent ce pétrole de contre-bande ».

 

Pressée de divulguer les noms de ces pays qui contribuent à enrichir l'EI, l'ambassadrice européenne a refusé de donner des noms. Cette révélation, basée sans doute sur les informations des services de renseignement européens, a créé la panique au sein de l'UE. Le Service d'action extérieure de l'UE, qui gère les diplomates européens, a refusé de commenter cette déclaration.

 

Il y a an, l'UE légalisait l'achat de pétrole aux rebelles syriens

 

Encore une fois, ceci n'est une surprise que pour ceux qui ont oublié l'histoire récente. Le 22 avril 2013, les 27 ministres des Affaires étrangères de l'UE ont décidé de lever le blocus européen portant sur l'importation de pétrole syrien venant des territoires rebelles.

 

L'objectif était alors d'accorder un soutien économique à la rébellion syrienne – déjà dominée par les islamistes comme Al-Nosra et l'EI.

 

Le ministre des Affaires étrangères allemand d'alors, Guido Westerwelle, commentait ainsi cette décision : « Nous voulons développer économiquement les régions contrôlées par l'opposition, il nous faut donc lever les sanctions qui empêchent l'opposition modérée de travailler ».

 

Ce que signifiait cette levée du blocus sur le territoire venant du nord de la Syrie, c'est que le trafic organisé par les rebelles islamistes était perçu comme totalement légal par les Etats de l'UE qui aurait eu bien tort de ne pas profiter de la manne de ce pétrole bon marché offert par l'EI.

 

En dépit des nuances que tentent d'apporter certains « experts » dans la presse française, même si la proportion de pétrole chez nous venant de l'EI est négligeable (mais pas nulle donc), elle a eu un poids considérable dans le financement de ce groupe islamiste.

 

Par ailleurs, ce n'est pas vrai que les « Etats européens ne savaient pas », parce que le pétrole subit divers mélanges, ou était raffiné ailleurs, transporté par des intermédiaires etc. Comment ne peuvent-ils pas savoir quand les prix pratiqués sont bien en-dessous de ceux du marché ?

 

Les Etats européens se comportent comme le feraient des acheteurs complices honteux de voleurs qui auraient trouvé un baril de pétrole « tombé du camion-citerne ». On le vend 25 au lieu de 100 $, mais on ne savait pas que ce n'était pas du trafiqué, de la contre-bande. Qui peut y croire ?

 

Par ailleurs, il n'est pas anodin de rappeler qu'on estime qu'il y aurait maintenant plus de 3 000 combattants européens dans les forces de l'EI, soit entre 15 et 20 % de ses forces, et le flot serait plutôt en augmentation.

 

Qui peut croire que ni les services de renseignement français, britanniques ou turcs ne peuvent contrôler ces flots ?

 

Peut-être y-a-t-il aussi des agents des services secrets occidentaux infiltrés dans ce groupe, remarquablement bien organisé (y compris dans le trafic de pétrole à l'échelle internationale!) malgré son petit nombre, alors quel rôle jouent-ils, ces agents ?

 

On ne sait pas toute la vérité sur l'Etat islamique. Mais chaque jour qui passe nous le confirme : l'Etat islamique a été armé, financé, aidé, soutenu par les Etats-unis et ses alliés dans la région, et même par l'Union européenne et ses Etats. Et alors, à qui profite le crime ?



Sources :



  • CNN, ISIS' struggle to control its oil riches, 4 septembre 2014;

  • Al Monitor, Opposition MP says ISIS is selling oil in Turkey, 14 juin 2014

  • Washington Times : Pentagon: Most of Islamic State’s oil refineries in Syria have been destroyed, 30 septembre 2014

  • W. Times Islamic State fighters drawing on oil assets for funding and fuel, 15 septembre

  • Daily Sabah, European diplomat: EU buys ISIS oil, 3 septembre 2014

  • AP, EU lifts syria oil embargo to bolster rebels, 22 avril 2013

  • The Independent, Islamic State: British fighters make up a quarter of foreign jihadists, 20 septembre

  • AFP, EU Counter-Terrorism Chief: Flow Of Europeans To ISIS ‘Isn’t Drying Up’, 24 septembre 2014

  • AP, ISIS Became The Richest Terrorist Group Ever By Raising Money Like A Mafia, 14 septembre 2014

  • El Watan, L'Occident veut-il vraiment en finir avec Daech, 23 septembre 2014

  • Middle East monitor, EU ambassador to Irak accuses european countries of purchasing oil from Islamic State, 3 septembre 2014



Vidéo de la conférence de Jana Hybaskova : http://www.youtube.com/watch?v=54OLF2rDSpo



 



Partager cet article

Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Moyen-Orient
commenter cet article

commentaires