umbrellaÉlections provinciales en Inde : victoire écrasante pour les communistes dans l’État du Tripura

 

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Les élections provinciales partielles qui se déroulaient ce 28 février dans l’État du Tripura a confirmé la position hégémonique des communistes dans l’État, obtenant même leur meilleur score depuis 1978.

 

Le Parti du Congrès (centre-gauche) avait juré de déboulonner les communistes, mettant au centre de sa campagne le mot d'ordre poriborton : le changement.

 

Les électeurs du Tripura, un petit État de 3,2 millions d'habitants au nord-est du pays, ont choisi la continuité.

 

Pour la cinquième fois consécutive, ils ont accordé leur confiance aux communistes du PC d'Inde et PC d'Inde marxiste réunis dans le Left Front (coalition électorale entre forces communistes créée dans les années 1970).

 

50 sièges sur 60 pour les communistes : première depuis 1978

 

Les communistes obtiennent 50 des 60 sièges de l'Assemblée de l’État, dont la grande majorité pour le Parti communiste d'Inde (marxiste).

 

Depuis 1978, les communistes ont gouverné quasi sans interruption le Tripura, à la seule exception de la période 1988-1993. Depuis vingt ans, leur bonne gestion au service des paysans, des couches laborieuses et des peuples tribaux est reconnue par les électeurs.

 

Le résultat constitue même une progression par rapport aux scores, déjà historiques, de 2008 lorsque les communistes avaient remporté 49 des 60 sièges de l’État.

 

Si l'opposition menée par le Congrès mène une lutte sans merci contre le gouvernement communiste, elle reconnaît l'honnêteté du gouverneur Manik Sarkar et les efforts réalisés pour mener une politique au service du peuple et unitaire dans un État longtemps miné par la pauvreté et les conflits communautaires.

 

La victoire écrasante dans l’État du Tripura constitue un camouflet aux tenants de l'idéologie dominanteévoquant, sempiternelle rengaine un déclin du communisme en Inde.

 

En 2011, les communistes avaient perdu les deux Etats majeurs qu'ils gèrent – en dépit de périodes d'alternances – depuis trois décennies : le Kerala et le Bengale occidental, concentrant 125 millions d'habitants.

 

Au Kerala, trois décennies de gestion communiste ont permis d'atteindre ce qu'on appelle le « miracle du Kerala » : un État au niveau de développement humain comparable aux pays occidentaux, dans un pays aux conditions sanitaires et éducatives désastreuses.

 

Les premiers partis communistes au monde

 

Le résultat au Tripura est aussi l'illustration de l'ancrage, tout du moins dans certaines régions d'Inde, de l'organisation et de l'idéologie communiste. Comme le rappelle le responsable local du PC d'Inde marxiste :

 

« Ce résultat est dû des années de bonne gestion locale, une gestion s'appuyant véritablement sur l'idéologie communiste et que le peuple a récompensé lors de ce scrutin ».

 

Les Partis communistes d'Inde, divisés depuis les années 1960, revendiquent plus d'1 million d'adhérents, ce qui en fait les partis communistes comptant le plus de militants au monde, si on excepte les partis au pouvoir.

 

Au-delà de leurs résultats électoraux, la force et l'utilité du mouvement communiste en Inde se mesure à sa capacité d'impulsion des mouvements de luttecontre la politique libérale menée depuis plus de deux décennies en Inde, notamment par le Parti du Congrès.

 

Le 20 et 21 février, à l'impulsion des syndicats de masse liés aux communistes (AITUC et CITU), près de 100 millions d'Indiens ont répondu à l'appel à la grève générale contre la hausse des prix, la précarité et les privatisations. La plus grande grève depuis l'indépendance.

Retour à l'accueil