5e8c1a147fEn Belgique, la TVA baisse de 21 à 6 % sur l’énergie


La campagne de masse du PTB a payé !

 

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Une sorte de cadeau de Noël mais obtenu sous pression : la TVA sur l’énergie va baisser en Belgique, de 21 à 6 %. Une mesure qui va soulager la vie de millions de ménages belges, non sans arrière-pensées du côté gouvernemental, mais qui peut nous inspirer.

 

La nouvelle est tombée lors du Conseil des ministres du 29 novembre : la TVA sur l’énergie va bien baisser, de 21 à 6 %, à acter du 1er avril 2014.

 

Aucun « cadeau » n’est gratuit, aucune mesure n’est obtenue sans pression populaire. Depuis 2008, le Parti du travail de Belgique (PTB) menait campagne pour cet allégement. Il a obtenu 250 000 signatures et réussi à mettre cette proposition à l’ordre du jour.

 

Une économie de 300 € par an et par ménage : une mesure salutaire !

 

Les arguments du PTB, marqués par le bon sens, ont fait mouche : les tarifs ont augmenté de 40 % pour l’électricité, 70 % pour le gaz en huit ans, pendant qu’Electrabel (l’EDF belge … contrôlé par GDF-Suez !) engrangeait 2,5 milliard de bénéfices l’an dernier !

 

Le PTB avait chiffré l’économie de cette mesure : une baisse de la facture de 300 € par an et par ménage. De quoi mettre du beurre dans les épinards, voire de racheter des épinards pour les plus modestes ! 100 000 familles n’ont pu payer leurs factures l’an dernier.

 

Cette mesure est aussi une mesure de classe, de justice sociale. En effet, si pour les 25 % des ménages les plus riches, l’énergie occupe 3 % du budget, c’est plus de 13 % du budget pour les 25 % les plus pauvres.

 

Ce succès indéniable est donc le fruit d’une campagne de masse du Parti du travail belge, en plein développement ces derniers temps – sa percée aux dernières élections locales n’en étant qu’un reflet partiel – sur des bases de classe et de masse.

 

Un succès du PTB ... à prendre avec prudence :

le patronat donne du main pour reprendre de l’autre ?

 

Cela n’exclut pas de maintenir un regard critique sur l’adoption de cette mesure par le gouvernement belge, qui va tenter de donner d’une main pour reprendre de l’autre.

 

D’abord, parce que cette mesure est intégrée au « Plan de relance et compétitivité », et qu’il est couplé à une exonération de cotisations sociales en tout de 1,5 milliards d’euros, en trois phases (2015, 2017 puis 2019), visant le paiement de bas salaires ainsi subventionnés.

 

Ensuite, parce que cette mesure sert de prétexte à un recul de la revalorisation de l’index – l’indexation des salaires sur les prix – de fait, une politique de gel des salaires.

 

A considérer que ce mauvais coup soit acté, on peut considérer que ce qui est pris n’est plus à prendre. Une baisse de la TVA sur l’énergie constituerait une augmentation du pouvoir d’achat des salariés, aux luttes d’arracher une augmentation des salaires.

 

Il n’est pas impossible que le gouvernement cherche même à remettre en cause l’indexation des salaires sur les prix – supprimée par le gouvernement Mauroy en 1982 en France, que l’on paie encore –, le PTB s’y oppose farouchement.

 

Ces mises en garde soulignent la nécessité de continuer la lutte, peut-être aussi d’élargir les revendications : au gel des tarifs ainsi qu’à la nationalisation du secteur de l’énergie. Mais bravo à nos camarades belges, un exemple à suivre naturellement !

Retour à l'accueil