KKE.jpgÉvénements à Chypre

 

Le KKE appelle à intensifier la campagne pour la rupture avec l'Union européenne et les politiques du capital

 

 

Communiqué du Bureau de presse du Comité central du PC Grec (KKE)



Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Le KKE exprime sa solidarité avec le peuple chypriote contre le chantage et les mesures anti-populaires brutales imposés par l'Union européenne, le FMI avec la complicité des gouvernements bourgeois, y compris de ceux grecs et chypriotes, afin de préserver les intérêts du capital. Le « Non » au plan de l'UE n'est pas unique. Il y a le « Non » du peuple et le « Non » de ceux qui souhaitent servir les intérêts particuliers des monopoles.



Les divers plans alternatifs au financement de l'économie chypriote (avec participation de la Russie et d'autres États ou avec un emprunt national, qui aura un impact négatif sur les caisses de sécurité sociale ou en retournant à la monnaie nationale, comme plusieurs forces l'avancent), même si ils étaient mis en place, constitueraient également une impasse dans les intérêts du peuple.



Ils s'appuient sur la prise de contrôle par les monopoles d'une partie des richesses énergétiques du pays. La lutte entre ces deux formules dans le cadre de l'UE n'a rien à voir avec les intérêts du peuple.



Il est avéré que la gestion de la crise capitaliste, avec les monopoles acquérant une position dominante dans l'économie et par la participation dans l'UE ou les autres alliances impérialistes, s'est toujours faite au détriment des travailleurs.



Les mesures anti-populaires ne concernent pas seulement la taxe sur l'épargne des chypriotes mais elle remettent en cause les droits des travailleurs à Chypre, elles proposent des privatisations et les mêmes mesures qui écrasent le peuple grec et les autres peuples de l'UE. Le fait que le plan de l'Eurogroupe concernant la taxation de l'épargne des chypriotes ait été rejeté par le Parlement ne doit pas conduire à une position de complaisance à l'avenir. Le peuple chypriote doit utiliser cet événement pour renforcer sa lutte contre les mesures anti-populaires.



Les événements à Chypre, avec l'escalade de l'offensive anti-populaire, démontrent une fois de plus l'ampleur de la manipulation orchestrée par ces forces qui ont diffusé au sein des peuples l'idée que l'accession à l'UE apporterait prospérité, convergence, solidarité en faveur des peuple. Voilà ce qu'est l'Union européenne, et elle ne pourra pas changer.



Son essence reste la même, quelle que soit la force qui tende à s'imposer au sein de l'UE – l'Allemagne et les pays qui s'alignent sur elle, ou alors d'autres axes et alliances comme l'alliance des pays du Sud comme le prétend SYRIZA, autrement dit l'UE est une alliance prédatrice qui s'attaque aux travailleurs dans leur ensemble afin de garantir le taux de profit des grands groupes économiques.



Les dernières évolutions confirment qu'aujourd'hui, dans les conditions d'une crise très profonde, des tendances centrifuges au sein de l'UE et de la zone euro se renforcent tout comme la compétition entre les pays et les fractions du capital pour savoir qui va profiter le plus de la crise, qui va subir les pertes les moins importantes. La compétition pour le contrôle des ressources naturelles et les voies de transport énergétiques se renforce, en particulier dans la région de la Méditerranée orientale, ce qui implique des dangers imprévisibles pour les populations.



Le peuple grec, le peuple chypriote et les autres peuples d’Europe peuvent et doivent poser leur empreinte sur les événements. Ils doivent rejeter le chantage du capital, de l'UE et du FMI. Ils ne doivent pas s'aligner derrière quelque puissance impérialiste que ce soit. Ils doivent suivre la voie du retrait de l'UE et des alliances impérialistes.

Retour à l'accueil