PAMETOUS ENSEMBLE DANS LA GREVE GENERALE DU 6 NOVEMBRE 2013 !

Déclaration du PAME, groupement syndical interprofessionnels, où se retrouvent les communistes (KKE)

Traduction pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

(Original : http://vivelepcf.fr/)

Nous appelons toutes les organisations syndicales, les syndicats de base, les comités populaires, les travailleurs de tous les secteurs, les jeunes, les chômeurs, les retraités, les femmes et les immigrés au soulèvement général !

Il s’agit d’empêcher de nouvelles mesures contre les travailleurs, il s’agit de renverser la barbarie !

Tous doivent sentir le souffle qui émane du mouvement populaire et du mouvement ouvrier. L’appel à la grève doit gagner chaque recoin du pays.

Dans chaque secteur, nous devons gagner les travailleurs, un à un et collectivement, au succès de la grève. Les assemblées générales doivent décider de la participation à la grève et travailler concrètement au succès de la mobilisation. L’appel à la grève ne saurait rester une chose formelle, mais doit être un acte conséquent pour traduire la combativité, l’esprit de résistance, dans chaque secteur, dans chaque entreprise, dans chaque atelier.

Ils nous trompent ceux qui disent qu’aucune nouvelle mesure ne va être prise. Notre vie est devenue insupportable.  Ils nous mènent à un appauvrissement de masse pour que les profits d’un petit nombre soient préservés, pour que les puissants deviennent plus puissants. L’avidité des grands groupes n’est jamais satisfaite. Ils veulent faire de nous des esclaves, réduits au silence et désorganisés. Nous ne devons pas renoncer à nos droits !

Ils préparent une nouvelle série d’attaques. La suppression des conventions collectives et la généralisation des contrats de travail individualisés conduisent à de nouvelles mesures qui imposeront des salaires de misère de 300 euros. Ils programment de nouvelles coupes claires dans les indemnités de départ, les retraites complémentaires, les retraites principales. Nous ne pouvons tolérer qu’ils fassent de notre vie un enfer !

Bien que, dans de nombreux endroits, des besoins de recrutement apparaissent, ils prévoient le licenciement de milliers de personnes dans le secteur public et le secteur privé. Ils démantèlent les procédures de licenciements pour que les employeurs puissent licencier à leur guise. Ils détruisent la législation sur le temps de travail et l’interdiction du travail du dimanche.  Nous ne pouvons pas laisser se mettre en place ces conditions d’une nouvelle paupérisation ! Nous faisons grève le 6 novembre !

Ils imposent une franchise de 25 euros pour toute hospitalisation. Ils ferment des hôpitaux et supprime l’accès gratuit aux soins. Ils augmentent les impôts personnels et introduisent de nouvelles taxes insupportables. Ils programment de nouvelles augmentations des transports publics et privatisent l’électricité, l’eau, la formation. Ils nous condamnent, condamnent nos enfants au chômage indéfiniment, alors qu’ 1,5 million de chômeurs sont « recyclés » dans le cadre de programmes d’activité sous-payés, d’emplois bidon. Ils exigent de nous que nous vivions avec des allocations de famine de 200 euros.

Toutes ces nouvelles mesures sont entreprises sur la « terre brûlée » qu’ont laissée derrière elles les précédentes mesures. C’est sans fin !

Pour que nous puissions respirer à nouveau, il faut en finir avec cette barbarie !

L’abandon devant les difficultés, la réconciliation avec le capital, les négociations dans le cadre de l’Union européenne ne font qu’aider la prolongation de la barbarie. Nous devons nous débarrasser de tous ceux qui font de notre vie un enfer.

Nous devons construire notre propre rassemblement. La classe ouvrière trouve ses alliés parmi les milliers d’artisans et de travailleurs indépendants, contraints à liquider leur affaire, parmi les milliers de paysans, décimés, parmi les femmes, qui doivent faire face au drame de la famille entière, parmi les jeunes, qui ne peuvent pas étudier ou trouver un travail stable.

Nous devons répondre à la montée de l’agressivité du capital et de l’Etat comme de leurs soutiens. Les groupes nazis criminels de « l’Aube dorée » doivent être mis hors la loi et isolés, éradiqués des lieux de travail. Ce monstre est né du ventre de la propriété capitaliste, de l’exploitation, du terrorisme des patrons et de l’Etat.

Le 6 novembre, nous ferons grève malgré l’intimidation et le chantage des patrons, malgré les entraves des syndicats à la botte du patronat et du gouvernement. Notre rassemblement sera notre propre force ; elle mettra en échec toute tentative d’étouffement par le gouvernement et son appareil.

Pour la reconstruction du mouvement ouvrier ! Ayons confiance dans nos forces et dans la justesse de nos revendications !

Retour à l'accueil