Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclarations, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 08:35

kke48.jpgGrève générale en Grèce

Succès des manifestations de masse organisées par le PAME

 

Communiqué du Parti communiste de Grèce (KKE)

 

 

 

Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

 

Les manifestations du premier jour de grève mardi matin organisées par le PAME à Athènes et dans une dizaine d'autres villes grecques ont été massives et animées. Une indication de l'ampleur de la manifestation à Athènes, le ait qu'elle ait rempli la totalité du centre-ville. Des milliers d'ouvriers et de salariés, de travailleurs indépendants, de commerçants, de jeunes et de femmes ont manifesté leur opposition aux mesures brutales, anti-ouvrières et anti-populaires, mises en place par le gouvernement, l'UE et la troika. Le mot de l'ordre de la manifestation : « ces mesures doivent être mises en échec, le peuple doit avoir son mot à dire, soit nous gagnons soit ce sont les monopoles qui gagneront ! »

 

Lorsque les forces du PAME étaient arrivés au Parlement, le flot humain de manifestants avec les drapeaux et les banderoles du PAME avait encerclé la place Syntagma. Une fois de plus, le rassemblement et le défilé du PAME étaient bien plus massif que celui des directions collaboratrices de la GSEE et de l'ADEDY.

 

La grève a commencé à l'aube mardi. Les travailleurs sur leurs lieux de travail et les syndiqués des organisations de classe étaient devant les usines, super-marchés, commerces, banques, dans toute la Grèce pour défendre la grève et appeler les travailleurs à participer aux manifestations.

 

Un moment important fut l'initiative du syndicat des travailleurs du secteur financier qui ont déployé une banderole géante couvrant la façade de la « Banque du Pirée », en réaction au rôle capital joué par ce groupe bancaire, parmi d'autres, dans l'offensive anti-ouvrière contre les employés du secteur bancaire.

 

Un peu plus tard, les contingents commencèrent à arriver au lieu de rassemblement central avec les banderoles de dizaines de syndicats ouvriers, des comités populaires, des comités de chômeurs, d'étudiants, d'enseignants, de travailleurs de la santé et de la sécurité sociale etc

 

Nikos Papageorgiou, président du Syndicat des travailleurs des restaurants-du tourisme-de l’hôtellerie en Attique, était le principal intervenant au rassemblement du PAME et il a souligné : « Si nous ne nous organisons pas et ne luttons pas pour une rupture profonde au niveau économique et politique, il n'y aura pas moyen de rétablir le niveau des retraites, des droits sociaux, de la sécurité sociale à celui d'il y a 2 ou 3 ans ».

 

« Pour le mouvement ouvrier sur des positions de classe », a-t-il ajouté, « il n'y a pas d'autre perspective que la lutte pour un autre mode de développement, où le peuple contrôlera l'économie, sans engagements envers l'UE, à partir de la socialisation des grands monopoles. D'ici là nous allons lutter, en exprimant une véritable solidarité de classe, sur chaque lieu de travail, dans chaque quartier, afin que les mesures ne soient pas adoptées, que personne ne se sente seul contre les patrons et leurs organismes de pouvoir. Nous allons intensifier la lutte afin que les gens ne restent pas de simples spectateurs des événements, mais au contraire qu'ils puissent en être les acteurs ».

 

« Nous allons continuer à mener une action encore plus résolue dans et hors des lieux de travail », a-t-il souligné, appelant à une participation massive à la manifestation du PAME pour le deuxième jour de grève, mercredi à 17h à Omonia.

 

Une importante délégation du comité central du KKE a participé à la manifestation, menée par Aleka Papariga, secrétaire-générale du KKE, qui a pris la parole au rassemblement du PAME : « Nous lançons un appel au peuple afin qu'il manifeste, de façon systématique et organisée, une désobéissance et une défiance non seulement envers les mesures gouvernementales, mais le système en général. C'est un bon départ pour l'organisation de la riposte, qui doit avoir pour but l'abolition de monopoles, le désengagement de l'UE. Toute autre solution proposée s'inscrirait dans le cadre du système. »

 

Des messages de solidarité ont été envoyés aux manifestants de la part d'une dizaine d'organisations de classe et de syndicats du monde entier, dont le Bureau régional européen de la Fédération syndicale mondiale.

 

Une autre manifestation militante et combative se déroule mercredi après-midi, elle est suivie d'un défilé dont le point d'arrivée est le Parlement au moment où est votée une nouvelle vague de mesures anti-ouvrières brutales qui bouleversera la vie de millions de travailleurs.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Grèce et Chypre
commenter cet article

commentaires

Tom-Meursault 08/11/2012 15:03


Excellent de savoir que le PAME est le syndicat le plus mobilisateur, car ses rangs sont formés de l'avant-garde révolutionnaire qui est prêt à tout donner dans la lutte. Mais la direction du KKE
est malheureusement trop sectaire, il faut mener Front unique avec toutes les organisations ouvrières, et Syriza en tête. On sait très bien que Tsipras n'est pas un révolutionnaire, mais le
Congrès du parti en décembre montrera que lacombativité est aussi chez Syriza, que plusierus de ses composantes sont prêtes pour lutter, KOE et DEA en première ligne.


La prochaine étape pour la classe ouvrière grecque, si vraiment elle veut faire tomber ce gouvernement illégitime, c'est d'en arrêter avec les grèves générales de 24 ou 48 heures, aussi massives
soient-elles. La grève générale illimitée doit être décrétée. La base se lancera au premier signal, la direction doit le donner.


 


Vive la lutte des travailleurs et de la jeunesse grecque !