Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 05:22

fast-food-demo.jpgGrève historique aux Etats-unis : les salariés des fast food en lutte pour « un salaire qui leur permette de vivre »

 

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Which side are you on ? La chanson des mineurs américains vit à travers la grève historique des salariés des fast food américains : du côté de l’Empire des richissimes, des marchands de canons ou d’une majorité réduite à l’exploitation la plus brutale ?

 

Les salariés des fast-food – secteur symbolique du capitalisme américain – ne veulent plus se laisser faire. La grève historique du 6 décembre, malgré l’intimidation patronale, a été un succès, mobilisant plusieurs milliers de salariés dans une centaine de villes du pays.

 

La première grève dans le secteur date de novembre 2012, lorsque plusieurs centaines de travailleurs ont arrêté le travail dans 20 restaurants new-yorkais. En août 2013, c’est la première grève nationale dans une cinquantaine de villes du pays.

 

Le 26 novembre, pour le « Black Friday » – jour de solde habituel aux États-Unis – une partie des salariés du grand groupe de distribution Wal-Mart ont protesté pour obtenir un salaire décent et le droit à se syndiquer.

 

Jeudi dernier, le mouvement a été particulièrement suivi dans les grandes concentrations à Boston, Detroit, New York, Los Angeles mais aussi dans des villes qui connaissaient parfois pour la première fois ce type de grèves, comme Charleston ou Pittsburgh.

 

McDonald, Burger King, Wendy’s, Macy’s, toutes les chaînes de fast food ont été touchées. On comptait neuf grèves simultanées à Chicago tandis qu’à New York une centaine de manifestants envahissaient successivement un McDonald puis le Wendy’s de Brooklyn.

 

Ce que revendiquent les salariés, c’est le minimum : un salaire minimum décent, le respect du droit à se syndiquer, enfin la fin des contrats précaires à temps partiel. En somme, ce qui transforme ces salariés en « travailleurs pauvres », en esclaves modernes du système.

 

Le salaire minimum horaire est fixé à 7,5 $ (5 €), les salariés demandent qu’il soit relevé à 15 $ (10 €). Dans une ville comme New York, le loyer moyen pour un appartement familial est de 3 000 $, inaccessible pour un ménage salarié dans les fast food.

 

Le salaire médian d’un « travailleur d’exécution » dans les fast food est de 8,9 $, ils composent 90 % de la main d’œuvre de ce secteur d’activité qui est le deuxième du pays, avec 4 millions de salariés aux États-Unis.

 

Selon le Bureau du travail, un salarié des fast food gagne en moyenne 1 500 $ par mois (1 000 €), un revenu qui le place juste au niveau du seuil de pauvreté. Bon nombre de salariés tombent même en-dessous de ce seuil, travaillant 10 ou 20 h par semaine.

 

« On ne peut pas survivre avec 7,5 $ », c’était le mot d’ordre scandé à New York, Détroit ou Phoenix, aussi grâce au soutien apporté par le Syndicat des employés des services (SEIU, en anglais).

 

Le SEIU est aujourd’hui un des rares syndicats américains en plein essor, après avoir longtemps eu des problèmes à organiser les salariés des services, dans un secteur où règnent la terreur patronale, des taux de turn-over élevés et la concurrence entre employés.

 

Le SEIU est connu pour ses positions de lutte, fondamentalement critiques envers l’AFL-CIO, la centrale syndicale unitaire qu’il a quittée en 2005, lassé de ses positions de collaboration avec les pouvoirs en place.

 

Face à la pression populaire, le président Obama avait promis de relever le salaire minimum à une barre encore modeste de 9 $ (6 €). Pour l’instant sans conséquence effective.

 

Des motifs d’espoir existent pourtant pour les salariés du secteur des services aux Etats-unis, ils viennent des luttes. Les 6 000 salariés de l’aéroport de Seattle viennent justement de gagner justement la hausse de leurs salaires de 7,5 à 15 $.

 

 

La lutte continue au cœur du système capitaliste mondial, comme partout ailleurs, pour des salaires qui permettent de vivre, des emplois stables et le droit fondamental à se syndiquer, à défendre ses intérêts !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Etats Unis-Canada
commenter cet article

commentaires

Rubio 17/12/2013 20:09


Une nouvelle qui n'a pas été répercutée par les grands médias français, pour ne parler que d'eux. Cela permet d'avoir une vue plus conforme à la réalité états-unienne, à en croire "nos" médias,
ilne se passe jamais rien dans cet immense pays,hors les faits divers et autres fisillades meurtrières. Cela prouve aussi que la plus "grande démocratie" du monde n'est pas aussi parfaite que nos
"philosophes" de service veulent bien nous faire croire.