suisse.jpgLe Parti suisse du Travail (PST) sur le 'Oui' au référendum anti-immigration : « Un Jour noir pour la Suisse »



Communiqué de presse du Parti suisse du travail (PST) sur les votations fédérales du 9 février 2014 repris par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Jour noir pour la Suisse 


Le Parti suisse du Travail est inquiet et déçu de l’acceptation de l’initiative xénophobe de l’UDC « Contre l’immigration de masse ». Mais on ne peut pas dire qu’il soit vraiment surpris. Le PST est depuis longtemps convaincu que la propagande massive, qui dure depuis des années et pour laquelle des millions ont été dépensés, laisse des traces. Aujourd’hui, elle porte ses fruits les plus pourris. 


Il est maintenant temps de mener un combat résolu et intransigeant contre la xénophobie et le racisme. Un combat qui doit se faire au quotidien et pas seulement pendant les votations. Le PST demande aux partis de centre-gauche représentés au Parlement de prendre fermement position contre la xénophobie : il n’est pas crédible de commencer par accepter les durcissements de la loi sur l’asile, puis de combattre l’initiative de l’UDC. Une position incohérente qui a certainement 
influencé le résultat. 


Le racisme contribue au maintien des relations de pouvoir capitalistes. Une société capitaliste sans racisme n’est de ce fait pas envisageable. Le combat du PST contre le racisme est donc aussi un combat pour venir à bout de l’actuel système économique capitaliste. Nous appelons toutes les 
organisations et personnes progressistes à soutenir ce combat.



Offensive réactionnaire rejetée 


En revanche, le PST se réjouit beaucoup du rejet de l’initiative « L’avortement est une affaire privée » qui avait été lancée par les milieux les plus conservateurs. Si l’initiative avait été acceptée, ce sont les femmes à bas revenus qui auraient été les principales perdantes. La discrimination sociale dans le système de santé, cachée derrière l’idée néolibérale de « responsabilité individuelle », aurait touché avant tout les femmes. Les défenseurs de l’initiative ont essayer de légitimer une médecine à deux vitesses à l’aide du credo de la « responsabilité individuelle ». Mais il est était évident qu’il s’agissait d’exclusion sociale. 


L’autodétermination face à son propre corps est un droit fondamental de chaque femme, indépendamment de son statut social et ne doit pas, pour le PST, être touché !



Transports publics 

 


Le 'OUI' au « Règlement du financement et de l’aménagement de l’infrastructure ferroviaire » (FAIF) est également positif. C’est une décision importante qui va promouvoir la mobilité écologique et intelligente. Il est maintenant important que les plus possibles de personnes puissent profiter des investissements. C’est pourquoi le PST revendique, à court terme, l’amélioration de l’accessibilité et, à long terme, la gratuité des transports publics pour tout le monde.

Retour à l'accueil