Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 06:34

pemex2.jpg« Le vol du siècle » : le Mexique privatise son pétrole sous pression des multi-nationales américaines

 



Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Pour apprécier le courage des processus révolutionnaires à Cuba, au Venezuela ou en Bolivie, il faut constater l'ampleur de la faillite dans des États sous domination impérialiste : parmi eux le Mexique, qui vient de privatiser le « joyau national », le pétrole.



Une « réforme énergétique » visant à « moderniser, restructurer la PEMEX (Pétroles du Mexique) » : derrière ce langage euphémique, le Mexique vient de faire passer ce 12 décembre la privatisation de sa ressource principale, le pétrole nationalisé en 1938.



Ce projet a été voté grâce à la collaboration entre le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) centriste du président Pena Nieto, le Parti d'action nationale (PAN), mais aussi de l'opposition officielle, le parti de centre-gauche de la Révolution démocratique (PRD).



Ce dernier a participé au programme « Pacte pour le Mexique » qui prévoit des réformes simultanées – « réforme de l'éducation », « réforme énergétique », « réforme du travail » - qui visent à baisser le coût du travail, précariser les salariés et ouvrir de nouveaux secteurs au profit.



Toutefois, la question du pétrole est la plus sensible à plus d'un titre.



D'abord, pour des raisons économiques, la PEMEX est un monopole public intégral dans le 8 ème producteur de pétrole au monde (devant l'Irak, le Nigeria, le Koweït).



Cette manne est source de toutes les convoitises, de la part des capitalistes mexicains comme des groupes pétroliers américains. Elle est aussi le pilier de l'Etat mexicain : 40 % du budget fédéral dépend des ressources du pétrole.



Ensuite, pour des raisons idéologiques. Pour les libéraux, le symbole est fort :privatiser PEMEX, c'est achever la privatisation de tout le pays, entamé dans les années 1980 sous tutelle du FMI.



Le président Cardenas, héritier de la révolution, a en 1938 nationalisé le pétrole, sous pression des luttes ouvrières, exproprié les entreprises britanniques et américaines et fait inscrire dans la Constitution que « les terres, eaux et ressources naturelles appartiennent à la nation ».



Avec l' « ouverture aux investissements étrangers », l’État concède des licences d'extraction, d'exploitation qui confient les ressources naturelles, en particulier les réserves d'avenir (eaux profondes, pétrole bitumineux), aux multi-nationales qui engrangeront les bénéfices.



L'argument fallacieux de la dette : bientôt la faillite de l'Etat mexicain  ?



Pour brader ce patrimoine national, les arguments les plus fallacieux ont été ressortis. Celui de la dette d'abord.



La PEMEX a une dette de 55 milliards de $. D'où vient cette dette  ? D'abord de l'imposition massive imposée par l'Etat sur la PEMEX, 55 % de ses revenus sont directement pompés par l'Etat.



Les marges de l'entreprise publique financent largement le budget de l'Etat, à hauteur de 40 %, en premier lieu les programmes sociaux, ce qui fait dépendre directement la stabilité de l’État, les aides sociales des dizaines de millions de pauvres que compte le pays, de la manne pétrolière.



La privatisation de la PEMEX menace de faillite l’Etat mexicain, ce qui permettrait l'adoption de thérapies de choc. Dans les années 1980, c'est sous la menace d'une banqueroute que le FMI avait pu imposer ses « plans d'ajustement structurel », dont la privatisation pionnière des télécoms.



La « face sombre » du système PEMEX, c'est la corruption généralisée dont les architectes ont été le PRI (au pouvoir pendant 70 ans) et le Syndicat des pétroliers … les deux forces qui impulsent désormais sa privatisation, contre les intérêts du peuple mexicain !



Face à la perte massive de revenus publics, les responsables gouvernementaux pointent une solution  : augmenter la TVA. L'impôt le plus injuste vient d'être unifié à 16 %, même pour les produits de base. La Banque du Mexique propose de l'augmenter à 17 %, d'autres à 23 %.



Le poids de la PEMEX dans le budget public s'explique aussi par un système fiscal injuste, offrant aux grandes entreprises – en particulier celles américaines qui délocalisent à la frontière, dans les maquiladoras – des avantages fiscaux exorbitants.



Selon la CEPAL (Commission économique pour l'Amérique latine), le montant des exonérations et privilèges fiscaux concernant les plus riches et les entreprises s'élève à 70 milliards de $, soit 6 % du PIB, ou encore un tiers du budget de l’Etat !



« Le vol du siècle »  ; un jackpot convoité par les multi-nationales, une pression américaine



« Le vol du siècle », le terme choisi par le politicien de centre-gauche Lopez Obrador est plutôt juste. Présentée comme moribonde, la PEMEX se porte très bien, elle a engrangé en 2012 128 milliards de $ de revenus, dont 52 milliards de bénéfices.



Présentée comme un géant inefficace, peu compétitif, en réalité la PEMEX est une des entreprises aux coûts de production les plus faibles au monde : 6,12 dollars par baril, contre 6,57 $ pour Total, 10 $ pour BP, 11 $ pour Shell, 14 $ pour Chevron.



Aujourd'hui, la PEMEX est la quatrième entreprise pétrolière au monde pour la production de brut, elle est la 13 ème entreprise du continent Américain, tous secteurs confondus, pour les revenus générés derrière Petrobras et 12 entreprises états-uniennes (Exxon, WalMart, Ford, HP …).



Le projet de privatisation du pétrole n'a pas mobilisé seulement les groupes capitalistes mexicains (dont celui du multi-millardaire Carlos Slim), les majors américaines – Exxon, Chevron – voient dans le Mexique un el dorado, la garantie de profits faciles.



Les Etats-unis ont été les pionniers de la privatisation, poussant à la signature en avril 2012 de l' «  Accord trans-frontalier  » pour l'exploitation des réserves au large du Golfe du Mexique, qui pour la première fois envisageait l'exploitation conjointe du pétrole entre PEMEX et majors américaines.



Un rapport capital rédigé en 2012 pour le Sénat américain insistait, pour la « sécurité énergétique des Etats-unis » sur l'importance de l'ouverture du Mexique aux « capitaux étrangers ».



Le Mexique, vingt ans après l'ALENA  : un pays plongé dans la misère



Trente ans après les premières « réformes structurelles » imposées par le FMI, vingt ans après l'Accord de libre-échange-ALENA avec les Etats-unis, le Mexique est plus que jamais un pays dépendant, colonisé, un pays ravagé par la misère, l'insécurité, les inégalités.



L'industrie mexicaine a été réduite à l'état de sous-traitant de l'économie américaine, de réserve de main d’œuvre bon marché pour les multi-nationales américaines. Les emplois créés dans les maquiladoras délocalisées compensent ceux perdus dans les industries traditionnelles.



Les salaires dans le secteur industriel ont baissé de 20 % entre 1994 et 2001, tandis que les conditions de travail se sont dégradées : hommes mais aussi femmes et enfants travaillent de 10 à 12 h par jour, dans des conditions d'hygiène et de travail dignes du XIX ème siècle.



L'agriculture mexicaine a été ravagée, avec des conséquences dramatiques pour la population des campagnes comme des villes. Depuis 1994, 5 millions d'emplois agricoles ont été perdus, des millions de paysans réduits à la misère.



Le Mexique, en auto-suffisance alimentaire jusqu'en 1994, est désormais dépendant de l'agriculture américaine à hauteur de 40 %. L'inflation endémique des prix alimentaires a conduit à des émeutes de la faim en 2007, après une augmentation de près de 100 % du prix de la « tortilla », aliment de base des Mexicains.



La conséquence directe de cette mutation économique, c'est l'explosion de la pauvreté. Le pays comptait 21 % de pauvres, soit 12 millions. Aujourd'hui ils sont quatre fois plus nombreux : 53 millions, soit 46 % de la population du pays.



Pour beaucoup de Mexicains, réduits à l'extrême misère, la seule alternative est l'exil  : dans les années 2000, on estime que 500 000 Mexicains émigraient chaque année aux États-Unis, clandestinement.



L'autre alternative, c'est la criminalité, le narco-trafic alimenté par la demande américaine. La «  guerre contre le narco-trafic  » a permis d'imposer la militarisation de l’État, et d'installer un climat de terreur  : depuis 2006, les conflits liés au narco-trafic ont fait entre 50 et 100 000 morts.



Pendant ce temps, la première fortune du pays, l'homme le plus riche du monde, Carlos Slim s’engraisse. Il s'était enrichi dans les années 1980 en rachetant les entreprises privatisées à vil prix, comme TelMex (télécoms), maintenant un monopole privé et faisant payer le prix fort aux usagers.



Assis sur 80 milliards de $, Slim empoche chaque jour 17 millions de $, soit autant que … 22 millions de Mexicains qui vivent avec moins de 1 $ par jour.



Une opposition populaire massive à cette politique mais pas d'alternative



La « réforme énergétique », le bradage du patrimoine national ne passent pas dans la population. Selon les enquêtes, entre 70 et 85 % de la population rejette le projet de privatisation du pétrole.



Si des manifestations ont été organisées au Mexique ces dernières semaines – notamment autour du Sénat au moment du vote – sous le mot d'ordre « la PEMEX n'est pas à vendre  ! », aucun mouvement d'ampleur n'a été lancé.



Le principal syndicat, le Syndicat des travailleurs du pétrole mexicain, a collaboré à la «  Réforme énergétique ». Proche du PRI – qui rappelons-le est membre de la sinistre Internationale socialiste – il est gangrené par la corruption, habitué à la co-gestion.



Du côté des partis parlementaires, si le PRD (parti social-démocrate) a exprimé son opposition au Parlement, il a participé au pilotage de la « Réforme énergétique » et ne proteste que pour se doter d'un soutien électoral, face à un projet massivement refusé par la population.



Le peuple mexicain est privé de toute alternative, de toute organisation de classe, révolutionnaire. Le Parti communiste du Mexique, combatif, essaie de reconstruire un mouvement porteur d'alternative. Il a exprimé son opposition ferme à la «  réforme énergétique  »  :



«  Les communistes défendent la souveraineté sur les ressources naturelles du Mexique, nous nous opposons au fait de confier leur exploitation aux monopoles nationaux ou internationaux (…) et nous battons pour une socialisation de l'industrie pétrolière et électrique  ».



Pendant qu'en Bolivie, au Vénézuela, le peuple se réapproprie ses ressources naturelles face à la rapacité des multi-nationales et engage un processus de transition vers le socialisme, le Mexique ou la Colombie s'enfoncent dans un capitalisme dépendant, dans la privatisation des ressources.



 

Les pays qui s'engagent vers le socialisme font reculer la pauvreté, ceux qui choisissent le capitalisme connaissent misère, violences et émigration : quel camp choisissez-vous ?

Partager cet article

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Amérique Latine
commenter cet article

commentaires

Tom-Meursault 19/12/2013 19:43


Et Morena ? Ce parti, fondé par AMLO, peyt lui aussi devenir le point de ralliement de la classe ouvière mexicaine, ce qu'il est déjà en quelque sorte : 3,5 millions de membres. Et l'ambiance du
premier congrès du parti indique clairement quelle est sa composition : soutien clair de la base à Cuba, élection (bien que non parfaite) de délégués révolutionnaires, ... Certes on pourra
accuser AMLO de réformisme, mais le fait est qu'il a derrière les masses mexicaines, et qu'il est donc de notre devoir de l'encourager quand il propose des mesures fortes (ce qu'il n'a engagé
qu'à moitié dans la lutte contre la privatisation de PEMEX).