Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 07:01

akelLes communistes chypriotes (AKEL) lancent un appel à la résistance à la politique de l'UE

 

 

« La solution se trouve en dehors de la troïka »



Communiqué de l'AKEL repris par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



La voie qui nous conduira à traiter la racine du problème est encore longue. En tant qu'AKEL nous réaffirmons notre profond désaccord avec l'accord récent conclu par l'Eurogroupe avec M.Anastasiadis. Il est clair que l'Eurogroupe a pris sa décision sur des critères politiques, et pas uniquement financiers. L'objectif est l'asservissement économique et la vassalisation politique de la République chypriote. Si nous laissons faire, aucun doute que les conséquences seront extrêmement négatives en dépit des efforts que nous déployons pour résoudre la question chypriote, et exploiter nos richesses naturelles dans les intérêts de notre peuple.



La réaction de nos partenaires européennes, à l'annonce du rejet de cet accord inacceptable, confirme nos inquiétudes : ce n'est pas la fin du tunnel, mais le début de nouvelles souffrances pour le peuple de Chypre.



Toute acceptation de ces exigences sans précédent de la part de la Troïka [Union européenne, Fonds monétaire international, Banque centrale européenne], qui violent les résolutions auparavant entreprises par l'UE, conduira à un cercle vicieux de nouvelles exigences douloureuses.



Il paraît évident à tous les citoyens européens que les cercles dirigeants de l'Union européenne ont décidé de concentrer leur revanche sur Chypre dans le même temps où la Turquie bénéficie d'un traitement indulgent, elle qui se trouve ici depuis près de quatre décennies, occupant illégalement une partie de notre territoire.



Il faut que l'AKEL insiste pour chercher une solution à nos problèmes en dehors du cadre de la troïka. En s'appuyant sur nos propres forces, et sur le soutien des pays qui ont de bonnes raisons de nous aider.



Parce qu'il continue à exister des avis différents sur où nous conduira l'acceptation des propositions de la Troïka et le cercle vicieux qui s'en suivra, nous proposons que la décision quant à savoir si la solution recherchée se trouve dans ou hors de la Troïka, ce soit le peuple chypriote qui la prenne.



Il est, à notre avis nécessaire, sur une question aussi cruciale qui influencera la vie de nos concitoyens pour les années à venir, que la décision soit prise par référendum, le plus tôt possible.



Ce lundi, M.Anastasiadis a proposé que l'on sollicite une aide au président russe Vladimir Poutine et nous avons contribué à créer le contact. Nous saluons les efforts actuels et confirmons notre volonté d'accompagner M.Anastasiadis en Russie, lorsque la rencontre sera fixée avec M.Poutine. Nous considérons que la présence de dirigeants politiques à Moscou facilitera la prise de décisions immédiate, si nécessaire.



L'AKEL appelle le peuple à rester calme mais déterminé. Nous sommes dans des moments très difficiles, déterminants pour l'avenir de notre pays. Il ne s'agit pas de la première fois, c'est dans l'unité et la réponse collective que nous avons surmonté des difficultés similaires ».

Partager cet article

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Grèce et Chypre
commenter cet article

commentaires

marcel rayman 24/03/2013 09:49


Peu importe l'erreur de traduction. Les camarades grecs du KKE dans leur déclarations publiée sur ce blog prennent totalement le contre pied des positions de l'AKEL, positions qui lui ont valu
d'être lamentablement battue aux élections alors que les masses lui avaient confié le pouvoir et qu'il n'en ai pas fait grand chose. L'affirmation récente d'un de ses dirigeants comme
quoi le secteur bancaire à Chypres ce sont des milliers d'emplois qu'il faut protéger montre les limites de ce parti qui n'a même pas osé présenter un de ses membres à l'élection
présidentielle.


Au passage taxer durement les dépots bancaires supérieurs à 100 000 euros me parait une excellent mesure révolutionnaire  même si elle a été prise par un gouvernement de droite et et je ne
comprends pas que des communistes y compris en France la condamnent au nom de la défense du peuple. Quel peuple ? Les déposants russes ? 

pam 23/03/2013 07:34


attention, il y a une erreur de traduction qui change lesens. Ce n'est pas Anastasiadis qui a proposé le contact avec Poutine, mais l'AKEL qui lui a proposé 


texte d'origine "Already on Monday we proposed to Mr Anastadiades to ask assistance from Mr.Putin"...


Traduction complète avec l'introduction de la déclaration:


http://lepcf.fr/Les-communistes-chypriotes-AKEL

Tom-Meursault 23/03/2013 00:28


AKEL est le parti de la classe ouvrière chypriote, mais il faut dire que ces dernières années le parti s'est largement discréditée (des militants de base du KKE le pensent aussi). De ce
communiqué, je retiens qu'AKEL soutient la bourgeoisie qui va ramper auprès de Poutine, alors que les dernièrs jours ont cliarement prouvés que les capitalistes chypriotes sont pourris jusqu'au
trognon, que leur "fierté nataionle" n'est que du vent.



Le plus important est que les travailleurs de Chypre manifestent, et que la situation peut rapidement devenir révolutionnaire. Ce n'est plus alors de référendum qu'il faut parler, mais il
faudrait clairement adopter une solution internationaliste, car si les partis ouvriers grecques et chypriotes étaient correctement dirigés, une révolution pourrait simultanément avoir lieu dans
ces deux pays.