sfyrodrepano-gynaikes.jpgLa fin de la faucille et du marteau dans le PCF : une conséquence inéluctable de la mutation du parti





Nous publions pour information ci-dessous un article transmis par nos camarades du Parti communiste grec (KKE), publié dans leur organe central, Rizospastis. Il ouvre le débat, invite à la réflexion parmi les camarades adhérents ou non du PCF mais n'engage pas la responsabilité de la rédaction du site.



Pour ce qui est la position des militants du PCF qui animent ce blog, qui se sont reconnus dans le texte alternatif 3 (« Pour un parti résolument communiste dans l'affrontement de classe »), une position exprimée par une dizaine de délégués de sections de toute la France et plusieurs membres du CN du PCF, cf : 36ème congrès du PCF : jusqu’où emporteront-ils leur « Front de gauche » ? Faire vivre et renforcer le PCF !



Introduction et traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Une conséquence inéluctable... Le PCF lors de son 36ème congrès, qui s'est achevé ce dimanche à St-Denis, a renoncé à la faucille et au marteau.



L'abandon de la faucille et du marteau par le PCF n'arrive pas par hasard, au moment même où les autorités de plusieurs pays européens interdisent les symboles communistes, où l'UE tente de façon anti-historique de mettre sur un même plan communisme et fascisme. C'est le moment que choisit le président du Parti de la gauche européenne (PGE) pour renoncer de son propre gré au marteau et à la faucille. Le 12 février, le journal « Rizospastis », organe du comité central du KKE, a publié le commentaire suivant :



Le PCF a abandonné depuis longtemps le marxisme-léninisme et les principes révolutionnaires des partis communistes, tandis qu'il a utilisé sa position à la tête du PGE pour jouer un rôle de premier ordre dans la diffusion de l'opportunisme, pour achever la mutation des partis communistes en Europe.



Le secrétaire-général du PCF et président du PGE, Pierre Laurent, a personnellement veillé à ce que le but du congrès soit atteint, comme le confirment ses déclarations sur la chaîne de télévision LCI, lorsqu'on lui a posé la question des nouvelles cartes d'adhérent du parti, où la faucille et le marteau était remplacée par l' « étoile » du PGE : « C’est un sigle qui a existé et qui continue d’ailleurs à être utilisé ici ou là dans les manifestations, mais ce sigle ne résume pas ce que l'on est aujourd'hui. Il ne parle plus vraiment à une nouvelle génération de communistes ».



Après qu'une partie des délégués ont protesté contre ces déclarations, ainsi que contre l'abandon de la faucille et du marteau, Pierre Laurent a présenté une carte du parti de 1944 lorsque le PCF était illégal, affirmant ironiquement que celle-là non plus n'avait pas la faucille et le marteau !



Au-delà de la vulgarité et de la dégénérescence de direction opportuniste du PCF, une provocation pour les communistes révolutionnaires du monde entier, le fond de l'histoire est que l'abandon de la part du Parti français du symbole historique des partis communistes n'est que la conséquence ultime d'une voie suivie depuis plusieurs décennies. De façon méthodique et cohérente, il s'est éloigné de la théorie marxiste-léniniste, des principes de constitution et de fonctionnement d'un parti révolutionnaire et, ce qui est le plus fondamental, il a fait de la gestion du capitalisme, d'une politique d'alliances inconditionnelle, de la participation aux gouvernements bourgeois sa stratégie, trahissant l'objectif de renversement de la barbarie capitaliste et dénigrant la lutte pour le socialisme. Il convient de noter que depuis des nombreuses années des tendances et des plate-formes ont opéré au sein du PCF au nom du pluralisme et de la démocratie... en fait cela n'a rien à voir avec un parti communiste mais cela rentre bien dans la tradition de l'euro-communisme.



Le PCF a irrémédiablement trahi la classe ouvrière et les couches populaires en France. Il a gouverné avec les sociaux-démocrates à deux reprises, contribuant aux attaques visant le peuple de France, tandis qu'il a systématiquement, depuis, apporté son soutien à la social-démocratie, appelant les travailleurs à soutenir ces forces qui creusent la tombe des travailleurs. Face à la crise, le PCF cherche une issue dans le « développement », occultant le fait qu'il se produira dans des conditions où les droits des travailleurs seront littéralement détruits et où la vie sera un véritable enfer pour la classe ouvrière.



Mais la classe ouvrière dans la chaque pays peut décider de son avenir, profiter de la richesse qu'elle produit et refuser de vivre dans des conditions de temps révolus. Mais le Parti communiste doit, en tant qu'avant-garde de la classe ouvrière, avoir une stratégie pour le renversement du capitalisme, pour le socialisme. Il doit avoir un plan pour rassembler et préparer les forces, même aujourd'hui, vers ce but. En dernière analyse, il doit préparer la classe ouvrière et ses alliés à réaliser cet objectif. Cela n'a rien à voir avec ce que le PCF opportuniste dit sur le « communisme de nouvelle génération », la « démocratie », le « socialisme » qui nie les lois scientifiques de la construction socialiste, et la perspective impossible d'humanisation du capitalisme qu'elle diffuse.



Les communistes de toute l'Europe doivent tirer les conclusions de cette évolution du PCF, le parti qui est à la tête de l'opportunisme européen, et lutter pour écraser l'opportunisme politiquement, idéologiquement et organisationnellement dans leurs pays.

Retour à l'accueil