Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 07:45

logo-colour2Les travailleurs ne doivent pas se laisser berner : refusons de payer cette dette illégitime!

 

Introduction et traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

 

Le premier ministre irlandais a présenté « L'accord sur la dette » conclu entre le gouvernement et la BCE comme un « pas historique dans le redressement économique du pays ».

 

L'accord prévoit la transformation de 28 milliards d'euros de prêts de la BCE en obligations à long-terme qui pourront s'échelonner sur une période plus longue de 40 à 50 ans.

 

En 2008, l’État irlandais avait renfloué à hauteur de 64 milliards d'euros (un quart du PIB du pays!) les banques irlandaises justifiant le « plan d'aide » de la Troïka (FMI-BCE-UE) en échange désormais de sept plans d'austérité successifs

 

Parmi les mesures prévues par ces plans d'austérité : la baisse des salaires de 15% dans la fonction publique, la suppression de 25 000 postes de fonctionnaires, la réduction de 25% des budgets sociaux d'ici 2014 ou encore la baisse du salaire minimum de 12%.

 

Voici la réaction du Parti communiste d'Irlande à cet « accord sur la dette » :

 

 

Le Parti communiste d'Irlande déclare que les travailleurs ne devraient pas se laisser berner par le bluff et le baratin des gouvernements et des spin-doctors de l'UE.

 

Ce n'est pas un accord qui changera quoi que ce soit à la réalité que vivent des centaines de milliers de familles irlandaises qui luttent actuellement pour conserver un toit au-dessus de leurs têtes ou pour gagner le pain de la famille.

 

Comme nous l'avons souligné depuis un petit moment, la troïka irlandaise (Fianna Fáil, Fine Gael et Parti travailliste), représentant l'élite économique irlandaise, est toujours prête à s'engager à payer cette dette odieuse, quel que soit le prix à en payer pour le peuple. Ils ne se voient pas autrement qu'en agents subalternes des puissances impérialistes, comme en témoignent leurs déclarations d'allégeance à l'Union européenne.

 

Ils sont satisfaits de sacrifier la souveraineté de la nation aux intérêts de la classe capitaliste et de l'élite de notre société. Le gouvernement est manifestement en train de chercher à gagner du temps – ce n'est pas une solution à la dette du pays. Cet accord sert les intérêts des maisons financières internationales, pas ceux du peuple irlandais.

 

Ils ont gagnés un peu de temps et peut-être une victoire purement formelle juste à temps (hasard ou non) pour les manifestations de samedi. La troïka étrangère, représentant le capital financier international, a eu ce qu'elle voulait : l'Irlande est plongée dans l'asservissement par la dette pour une période encore plus longue.

 

Ce prétendu accord a rivé le fardeau de la dette sur le dos de notre peuple et n'a fait que transformé les promissory notes (billets à ordre) en sovereign bonds (obligations souveraines), rendant très difficile pour le peuple irlandais l'inversion de la logique d'asservissement par la dette. Notre sort en tant que peuple est désormais fermement arrimé au contrôle et à la domination de l'Union européenne et de la BCE.

 

Il n'y a aucune autre solution que le rejet de cette dette odieuse : elle est tout simplement impayable. L'asservissement permanent par la dette signifie pauvreté permanente et austérité permanente pour le peuple irlandais.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Irlande
commenter cet article

commentaires