Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 06:23

japanese-army-400x225.jpgLes communistes japonais s'opposent à la politique militariste et belliciste de réarmement du gouvernement nippon

 

 

Communiqué du Parti communiste japonais (PCJ)

 

 

Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

 

Le gouvernement Abe dans une réunion du Cabinet le 17 décembre 2013 a adopté une nouvelle Stratégie de sécurité nationale, de nouvelles lignes directrices pour le Programme de défense et un Programme de défense à moyen-terme.

 

Sous le mot d'ordre du « renforcement et de l'extension des capacités et rôles du Japon », ils mettent l'accent sur la consolidation de la capacité de résistance japonaise en terme de sécurité nationale et le renforcement ultérieur de son alliance avec les États-Unis.

 

A ces fins, les nouvelles politiques de défense adoptées indiquent le besoin de créer une force de défense commune et de dépenser 170 milliards d'€ dans le budget militaire pour réarmer le pays dans les cinq années à venir afin que les Forces d'auto-défense japonaise puissent améliorer leurs capacités opérationnelles pour être rapidement déployées à l'étranger.

 

Qui plus est, avec un œil tourné vers les frappes contre des bases ennemies, ces politiques « envisagent la possibilité d'utiliser des frappes de missile balistique et de prendre les mesures nécessaires ».

 

Le rôle des Forces d'auto-défense est supposé se limiter à l'auto-défense, mais ces politiques en feront une force armée qui pourra être déployée dans d'autres pays.

 

L'objectif est de faire du Japon une nation capable de partir en guerre dans des opérations communes avec les États-Unis, ce que le Parti communiste japonais ne peut pas laisser faire.

 

Les nouvelles lignes directrices du Programme de défense se montrent inquiètes de l'expansion militaire chinoise et des développements militaires nord-coréens, citant ce dernier comme une « menace sérieuse et imminente ».

 

En réponse à ces manœuvres, les nouvelles lignes directrices envisagent d'augmenter le nombre de destroyers armés du système anti-missile Aegis et d'avions furtifs dernier cri et d'acheter des avions de transport Osprey, de drones de surveillance, et du dernier modèle d'avions de ravitaillement aérien.

 

Les nouvelles lignes directrices abordent aussi l'élévation du niveau de préparation militaire du Japon en formant pour une fois des unités telles que les forces d'assaut amphibie comparables aux marines américains.

 

Toutes ces mesures ne feront qu'attiser les tensions militaires dans la région et entamer un cercle vicieux de menaces et de ripostes militaires.

 

Ce qu'il faut désormais, plus que jamais, ce sont des efforts diplomatiques pour créer un environnement pacifique dans l'Asie du Nord-est.

 

En partant de la réalité que les relations économiques et les échanges humains se renforcent dans la région, un effort devrait être fait pour rompre avec l'état d'esprit consistant à envisager des attaques-ripostes avec force armée, et plutôt utiliser les structures existantes pour le dialogue, construire la confiance et une résolution pacifique des conflits, tels que les « Pourparlers à six » (Chine, Corée du sud, Corée du nord, Japon, Russie, États-Unis) et le Forum régional de l'ASEAN.

 

Cette stratégie de sécurité vise à pousser le gouvernement à revenir sur ses « Trois principes » d'interdiction de l'exportation d'armes, dont la révision est exigée par les États-Unis et par les cercles patronaux japonais, et d'introduire un principe alternatif sur le commerce des armes.

 

Bien que des gouvernements successifs, menés tant par le Parti libéral-démocrate (PLD) que par le Parti démocrate du Japon (PD) ont fait éclater les « Trois principes » interdisant que le pays n'exporte des armes, la dernière proposition en ferait une lettre morte.

 

Le commerce d'armes par les grandes puissances a aggravé les conflits militaires internationaux, mais les Trois principes du Japon, ancrés dans l'article 9 de la Constitution, a contribué à ce que la nation retrouve une crédibilité dans le monde. Cette tentative de les remettre en cause doit être vivement dénoncée.

 

La stratégie de sécurité contraint aussi la population à faire preuve de son « patriotisme ». Cela va à l'encontre du respect des convictions personnelles de chacun, du droit constitutionnel à la liberté de pensée et de croyance, et cela ne doit pas être permis.

 

Les nouvelles politiques vont aller à l’encontre du principe constitutionnel de paix, tout comme défendre le renforcement militaire et le déploiement à l'étranger des forces d'auto-défense afin de créer une nation capable de mener des guerres à l'étranger.

 

Le Parti communiste japonais (PCJ) s'oppose à de tels plans militaristes et dangereux et demande leur retrait.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Japon
commenter cet article

commentaires