Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclarations, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 06:42

jc-bresil-manif.jpgOccupons les rues !



La Jeunesse communiste brésilienne soutient les manifestations populaires contre l'augmentation des tarifs !



Traduction du communiqué de la l'Union de la Jeunesse communiste brésilienne pour http://jeunescommunistes-paris15.over-blog.com/  repris par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Ces dernières semaines, les travailleurs brésiliens, et tout particulièrement la jeunesse, ont organisé une série d'actions contre l'augmentation des tarifs des transports urbains. Ce qui aurait pu être une série de manifestations locales s'est transformée en une vague de manifestations populaires au Brésil. L'Union de la Jeunesse communiste non seulement a soutenu mais participe à toutes les manifestations, aux côtés de la jeunesse, des classes populaires et leurs diverses formes d'organisation.



La réponse des gouvernements et des monopoles médiatiques a été une tentative systématique de criminalisation des mouvements, pour légitimer la répression des manifestations populaires. Cette répression fut si absurde que certains reporters furent même arbitrairement attaqués pendant ces actions. Dans une période d'organisation de grands événements internationaux au Brésil, ce type d'action policière, si commune dans le quotidien des quartiers populaires, n'est qu'un échantillon du traitement politique réservé aux revendications des travailleurs quand elles ne sont pas conformes à l'intérêt des monopoles et de l'accumulation capitaliste.



Les responsables des principaux partis politiques de l'ordre dominant tentent de faire passer l'idée que les manifestations ne marqueraient qu'une opposition à une augmentation dérisoire de 0,20 centimes. Ils disent également que les protestations sont le résultat de l'action de certaines organisations et certains partis qui tentent de perturber l'ordre d'un pays qui ne connaît pas ou peu les effets de la crise mondiale. Or, ces responsables liés au plan bourgeois dessiné pour le pays, qu'ils soient de partis comme le PT, le PSDB, DEM et le PMDB ou de leurs forces auxiliaires, oublient que près de 40% du budget des travailleurs est destiné à payer ces tarifs de transport. Un service de piètre qualité, où les jeunes et les travailleurs sont traités comme du bétail – ou pire encore. Ce service n'a comme objectif que de garantir des profits élevés pour les entreprises de bus, grands bailleurs de fonds des campagnes électorales des partis de l'ordre dominant.



Ainsi, cette lutte contre l'augmentation et pour un transport public de qualité est une exigence ressentie dans la chair de millions de brésiliens et de brésiliennes. Une exigence de meilleures conditions de vie pour la population. Et comment les gouvernements et les partis liés aux intérêts des patrons répondent à cette exigence ? En réprimant, en criminalisant et en minimisant la lutte portée par ce mouvement.



Nous, de l'Union de la Jeunesse communiste, n'avons aucun doute sur le côté de la barrière dans laquelle nous trouvons dans ces luttes. Nous sommes du côté de la jeunesse et des travailleurs en mouvement. Nous devons approfondir non seulement les mobilisations, mais l'organisation permanente des exigences issues de ces manifestations. Dans la conjoncture actuelle, lutter contre l'augmentation des tarifs et pour un meilleur transport public, c'est lutter contre la marchandisation de la vie et contre la nature privatisatrice d'un droit humain fondamental que le capitalisme nous nie : celui d'aller et de venir.



Cette lutte montre aux travailleurs que, en dépit de la « démocratisation » de la consommation via le crédit, les exigences structurelles des travailleurs (comme la santé publique nationale et de qualité éducation publique, réforme agraire et urbaine, transport public de qualité et conquête de droits sociaux fondamentaux) ne seront pas satisfaites par les partis et les gouvernements qui s'inscrivent dans l'ordre actuel du capital. Nous sommes certains que la lutte pour la défense de la vie humaine est plus importante que la préservation des intérêts particuliers de l'accumulation capitaliste. Voilà pourquoi nous occupons les rues ! La vie est plus importante que les profits du grand capital !



  • Réduction des tarifs maintenant ! Pour l'étatisation des entreprises de bus, visant à la création du tarif zéro ! Transport public et de qualité pour les travailleurs ;



  • Contre la criminalisation et la répression des mouvements sociaux ! La question sociale n'est pas une affaire policière !



  • Le pass gratuit maintenant pour les lycéens, étudiants et pour les chômeurs !



  • Pour l'organisation des forums populaires sur le transport public et la mobilité urbaine ! Construisons le pouvoir populaire !



  • A bas les gouvernements du grand capital ! Contre la marchandisation de la vie !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Amérique Latine
commenter cet article

commentaires