ariel-sharon-hell.JPGMort du criminel de guerre Sharon : souvenons-nous du massacre de Sabra et Chatila

 

 

François Hollande a osé saluer la mémoire d'Ariel Sharon, en faire l'homme de la paix avec les Palestiniens

 

 

Pour ceux qui auraient la mémoire courte, loin de rappeler tout le parcours de l'ancien général de Tsahal, ministre de la Défense lors de la guerre du Liban de 1982, commanditaire d'un des plus grands crimes de guerre de la fin du XX ème siècle.

 

 

Pour se souvenir des milliers de morts à Sabra et Chatila, nous republions un récit édifiant et impartial d'un grand reporter de guerre britannique. Pour ne jamais oublier qu'Ariel Sharon était un criminel de guerre, et qu'il n'avait jamais été jugé.

 

 

Compte-rendu de Robert Fisk, grand reporter britannique (The Independent) spécialiste du Proche-Orient et du Liban en particulier

 

 

 

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 


 

A l'aube, le 15 septembre 1982, la Force Israélienne de Défense (Tsahal en hébreu) avait complètement encerclé les camps de Sabra et de Chatila au Liban, et contrôlé toutes les entrées et toutes les sorties par le biais de checkpoints. Tsahal occupait aussi un certain nombre de bâtiments à plusieurs étages comme des postes d'observation.


 

Le Ministre de la Défense Ariel Sharon et le Chef d'Etat-major Rafael Eitan avaient rencontré les unités miliciennes Phalangistes Libanaises, les invitant à entrer dans les camps de réfugiés de Sabra et Chatila.

 

 

D'après le plan Israélien, les soldats Israéliens contrôleraient le périmètre autour des camps de réfugiés et apporteraient un soutien logistique pendant que les Phalangistes entreraient dans les camps, trouveraient les combattants de l'OLP et les livreraient aux forces Israéliennes.

 

 

Une heure plus tard, 1 500 miliciens se réunissaient à l'aéroport International de Beyrouth, occupé par Israël. Ils commençaient à se diriger vers les camps dans des jeeps fournies par Tsahal en suivant les ordres Israéliens sur la manière d'entrer dans les camps.

 


La première unité de 150 Phalangistes est entrée dans les camps à 6 heures. Une bataille s'ensuit que les Palestiniens eux-mêmes ont décrit comme un véritable peloton d'exécution pour les Palestiniens.

 

 

Pendant la nuit, les Forces Israéliennes ont tiré des fusées éclairantes au-dessus des camps. Selon une infirmière Hollandaise, le camp était aussi éclairé « qu'un stade de football pendant un match ».

 

 

A 11 heures, un rapport était envoyé au QG de Tsahal à Beyrouth-Est, annonçant la mort de 300 personnes, parmi lesquelles des civils. Des rapports du même type se sont succédés tout au long de la nuit. Certains de ses rapports ont été transmis au gouvernement Israélien à Jérusalem et lus par un certain nombre de haut fonctionnaires Israéliens.

 


Pendant les 36 à 48 heures qui ont suivi, les Phalangistes ont massacré les habitants de Sabra et Chatila, pendant que les militaires Israéliens gardaient les sorties et continuaient à lancer des fusées éclairantes en pleine nuit.

 

 

Ce que nous avons trouvé dans le camp Palestinien à 10 heures du matin, le 16 septembre 1982, défie l'entendement, bien qu'il serait plus aisé d'en reparler dans la prose froide d'un examen médical.

 

 

Il y avait eu des examens médicaux auparavant au Liban, mais rarement de cette ampleur et jamais supervisés par une armée régulière, soi-disant disciplinée. Dans la panique et la haine déchaînée par la guerre, des dizaines de milliers de personnes avaient été tuées dans ce pays.

 

 

Mais ces gens, des centaines, ont été exécutés alors qu'ils étaient sans armes. C'était un massacre de masse, un événement – combien il est facile d'utiliser le mot “événement” au Liban – c'était aussi une atrocité.

 

 

C'est allé bien plus loin que ce que les Israéliens auraient appelé, en d'autres circonstances, une action terroriste. C'était un crime de guerre.

 

 

Dans un premier temps nous étions incapables d'exprimer notre indignation. Bill Foley de l'AP était avec nous. Tout ce qu'il a pu dire alors qu'il visitait le camp, c'était “Jésus Christ” encore et encore.

 

 

Nous aurions pu témoigner de quelques exécutions; même d'une dizaine de corps, tués dans le feu du combat. Mais il y avait dans les maisons des femmes étendues avec leurs jupes déchirées au niveau de la taille et leurs jambes écartées, des enfants aux gorges tranchées, des rangées de jeunes gens abattus dans le dos après avoir été alignés au mur d'exécution.

 

 

Il y avait des bébés – des bébés tout noirs car ils avaient été tués 24 heures auparavant et que leurs petits corps étaient déjà en état de décomposition – jetés dans des dépotoirs à côté de boîtes de rations Américaines abandonnées, de matériel de guerre Israélien et de bouteilles de whisky vides.

 


 étaient les meurtriers? Ou pour utiliser le vocabulaire des Israéliens, où étaient les « terroristes »? Quand nous sommes redescendus en voiture vers Chatila, nous avons vu les Israéliens tout en haut des appartements de l'avenue Camille Chamoun mais ils n'ont pas essayé de nous arrêter.

 

 

En fait, nous avions été conduit en premier lieu au camp de Bourj al-Barajneh car quelqu'un nous avait dit qu'il y avait eu un massacre là-bas. Tout ce que nous avons vu, c'était un soldat Libanais poursuivant un voleur de voitures dans la rue.

 

 

C'était seulement quand on a repris notre chemin et dépassé l'entrée de Chatila que Jenkins a décidé d'arrêter la voiture. « Je n'aime pas ça », a-t-il dit.« Où sont-ils tous? Quelle est cette p....n d'odeur ? »

 

 

Juste à l'entrée-sud du camp, il y avait un certain nombre de petites maisons, aux murs en béton. J'avais réalisé de nombreuses interviews dans ces taudis à la fin des années 1970.

 

 

Quand nous avons traversé l'entrée boueuse de Chatila, nous avons remarqué que ces bâtiments avaient été complètement dynamités. Il y avait des caisses de cartouches tout au long de la route principale.

 

 

J'ai vu plusieurs douilles de fusées éclairantes Israéliens, toujours attachées à leurs petits parachutes. Des nuages de mouches volaient autour des décombres, attaquant en essaim.

 


Dans une ruelle à notre droite, à pas plus de 50 mètres de l'entrée, s'entassait une pile de cadavres. Il y en avait plus d'une douzaine: des jeunes gens dont les bras et les jambes avait été entrelacés dans l'agonie de la mort.

 

 

Tous avaient été abattus à bout-portant d'une balle dans la joue, arrachant complètement la chair jusqu'à l'oreille et entrant dans le cerveau. Certains avaient des plaies ouvertes ou des balafres noires autour de leurs gorges. Un d'entre eux avait été castré.

 

 

Les yeux de ces jeunes hommes étaient tout ouverts. Les plus jeunes avaient seulement 12 ou 13 ans. Ils étaient habillés en jeans et avec des T-shirts de couleur, le tissu collait de manière absurde à leur chair maintenant que leurs corps commençaient à gonfler dans la chaleur ambiante.

 

 

Ils n'ont pas été volés. Sur un poignet noirci une montre Suisse indiquait l'heure exacte, la seconde main bougeant au rythme du tic-tac, en vain elle dépensait ainsi les dernières énergies de son propriétaire mort.

 

 

De l'autre côté de la route principale, en suivant des traces à travers les débris, nous avons trouvé les corps de cinq femmes et de plusieurs enfants. Les femmes étaient d'âge moyen et leurs cadavres étaient entassés sur une pile de gravats.

 

 

Une était étendue sur le dos, sa robe toute déchirée et la tête d'une petite fille se dégageait derrière elle. La fille avait des cheveux bruns, courts et bouclés, ses yeux nous fixaient et elle fronçait les sourcils. Elle était morte.

 


Un autre enfant était couché sur la route comme une poupée désarticulée, sa robe blanche tâchée de boue et de poussière. Elle ne pouvait pas avoir plus de trois ans. Une des femmes tenait aussi un tout petit bébé sur son corps. La balle qui a traversé sa poitrine a aussi tué le bébé.

 


Alors que nous restions au même endroit, nous avons entendu un cri en Arabe venant des ruines, « Ils reviennent », criait un homme.

 

 

Donc nous avons couru vers la route. Je pense, rétrospectivement, que c'était probablement la rage qui nous a empêché de partir, car nous attendions maintenant près de l'entrée du camp pour entrevoir les visages des hommes qui étaient responsables de tout cela.

 

 

Ils avaient dû être envoyés ici avec permission Israélienne. Ils devaient être armés par les Israéliens. Leur ouvrage avait manifestement été suivi – minutieusement observé – par les Israéliens qui continuaient à nous surveiller à travers leurs jumelles.

 


Quand un meurtre devient une atrocité? Quand une atrocité devient un massacre? Ou, pour poser la question différemment, combien de meurtres font un massacre? Trente? Cent? Trois cent? Quand un massacre n'est-il pas un massacre? Quand les chiffres ne sont pas assez élevés? Ou quand le massacre est mené par les amis d'Israël plutôt que par les ennemis d'Israël?

 


Cela, je m'en doutais, était le véritable argument. Si les troupes Syriennes avaient traversé Israël, encerclé un Kibboutz et permis à leurs alliés Palestiniens de massacrer les habitants Juifs, aucune agence de presse Occidentale n'aurait perdu son temps après-coup à discuter pour savoir s'il fallait le considérer comme un massacre ou non.

 


Mais à Beyrouth, les victimes étaient des Palestiniens. Les coupables étaient certainement des miliciens Chrétiens – de quelle unité en particulier, nous n'en sommes toujours pas sûrs – mais les Israéliens étaient aussi coupables.

 

 

Si les Israéliens n'avaient pas pris part aux massacres, ils avaient sans aucun doute envoyé la milice dans le camp. Ils les avaient entraîné, leur avaient donné des uniformes, des rations militaires américaines et du matériel médical Israélien.

 

 

Ensuite ils ont observé les meurtriers dans les camps, ils leur apporté un soutien militaire – la Force Aérienne Israélienne a parachuté toutes ces fusées éclairantes pour aider les hommes qui étaient en train de massacrer les habitants de Sabra et Chatila – et ils ont établi des contacts militaires avec les meurtriers dans les camps.

 

 

Retour à l'accueil