Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 05:52

Flag-Pins-Cuba-Palestine.jpgSolidarité à la cubaine : des tonnes de médicaments pour Gaza, une centaine de médecins en Afrique contre le virus Ebola

 

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

La nouvelle a percé le mur médiatique, pour une fois, noyée dans les brèves. Simultanément, le modeste État socialiste cubain a fait un geste pour deux peuples, l'un saigné par la brutalité d'une agression impérialiste, les deux meurtris par l'inaction des pays occidentaux.

 

« La capacité de Cuba à former des médecins et infirmiers exceptionnels, et sa générosité pour aider les pays sur la voie du progrès sont reconnues dans le monde entier », disait ce 12 septembre la directrice-générale de l'OMS, Margaret Chan, saluant l'aide apportée par Cuba aux pays africains.

 

Cuba socialiste à l'avant-garde de l'aide pour les pays africains victimes d'Ebola

 

Le virus Ebola a déjà fait 2 600 morts en Afrique de l'ouest, dont une bonne partie en Afrique de l'ouest, en particulier au Sierra Leone. Les pays occidentaux, la Grande-Bretagne, les Etats-unis, l'Allemagne tardent à réagir, promettant une aide financière pas encore concrétisée.

 

Mais comme le rappelle Mme Chan : « Ce n'est pas ce qui compte le plus. Oui, l'argent, le matériel sont importants, mais ce n'est pas cela qui va empêcher la transmission d'Ebola. Nous avons besoin surtout de gens ».

 

C'est là où le geste de Cuba compte, le ministre de la Santé cubain, Roberto Morales, a annoncé que Cuba enverra dès octobre au Sierra Leone une brigade médicale de 62 médecins et 103 infirmiers expérimentés, rompus aux missions humanitaires, avec le matériel adéquat.

 

Pour la directrice de l'OMS, il s'agit tout simplement de « la plus grande contribution en personnel de soins qu'un pays ait faite pour nous aider à maîtriser l'épidémie ».

 

Les autorités palestiniens saluent le « noble geste » de Cuba

 

Au même moment, ce 11 septembre, le gouvernement cubain – qui a été un des premiers à condamner l'agression israélienne contre Gaza – a livré par le biais de son ambassade en Egypte au conseiller de la légation de Palestine, Bachir Abou Hatab et au Croissant-Rouge égyptiens, l'équivalent de 6 tonnes de médicaments et matériel médical au peuple palestinien.

 

« Cette aide de notre peuple réaffirme le soutien historique de la Révolution cubaine à la cause du peuple palestinien, victime de la politique agressive d'Israel, comme le démontre la récente agression contre Gaza, qui a coûté la vie à 2 000 civils », a déclaré le diplomate cubain Alexander Pellicer.

 

Les autorités palestiniennes ont remercié Cuba au nom du peuple palestinien le qualifiant de « noble geste de Cuba, qui est resté inflexible sur sa position historique au côté de la juste cause de nos frères ».

 

Elles ont souligné l'apport important de ces dons pour soulager la situation vécue à Gaza, avec une pénurie de médicaments, de matériel médical, mettant les hôpitaux dans une situation critique.

 

Un certain nombre d'hôpitaux, de centres de soins, de maisons de retraite furent la cible de l'aviation et l'artillerie israélienne, bien que certains étaient gérés par l'ONU.

 

Le gouvernement cubain a aussi proposé d'accueillir des blessés palestiniens, victimes de l'agression israélienne, ce qui lui a valu également la reconnaissance des autorités palestiniennes.

 

50 ans au service de la solidarité internationale en Afrique, Asie, Amérique

L'aide internationaliste de Cuba s'inscrit dans l'ADN de ce pays depuis la révolution socialiste de 1959. En plus de cinquante ans, 135 000 médecins cubains ont prodigué des soins à près de 100 millions de personnes à travers le monde.

 

Actuellement, ce sont 50 000 Cubains qui œuvrent dans plus de 70 pays du globe pour soigner, vacciner, opérer les populations parmi les plus pauvres du monde. Cuba accorde aujourd'hui une aide médicale supérieure aux pays du Tiers-monde à celle de tous les pays du G-8 réunis !

Quelques exemples :

 

En Afrique, 4 000 professionnels de la santé aident aux campagnes de vaccination de masse. Dans 16 pays d'Afrique, le programme de lutte cubain contre la malaria a été appliqué avec succès. Au Ghana, le taux de mortalité du à la malaria a pu être baissé l'an dernier de 70 %.

 

En Amérique latine, dans un pays comme le Venezuela, l' « Operacion Milagro » a permis de traiter les problèmes de vue de près de 6 millions de Vénézuéliens. Le programme s'étend désormais à 12 autres pays du continent.

 

La mission « Barrio Adentro » au Venezuela, animée par les médecins cubains, a contribué à l'accès de plus en plus généralisé pour les habitants les pauvres du pays à des soins de santé. De 1995 à 2005, par exemple, le taux de mortalité infantile a baissé de 50 %.

 

Même un pays comme le Brésil, sixième puissance économique au monde, a sollicité dernièrement l'aide de 6 000 médecins cubains pour intervenir dans les régions les plus sinistrées du pays.L'OMS classe Cuba à la 39 ème place mondiale, le Brésil à la 125 ème.

 

Cuba a également toujours été prêt à apporter une aide aux victimes de catastrophe. C'était le cas d'abord en 1986 pour Tchernobyl, ce fut le cas pour l'ouragan Katrina aux Etats-unis en 2005 (refusée par le gouvernement américain), ou encore lors du tremblement de terre à Haiti, en 2010.

 

Cuba avait alors envoyé à Haïti une brigade d'intervention « Henry Reeve » de 3 000 hommes, installé une trentaine d'hôpitaux de campagne pour assister les sinistrés. Aujourd'hui encore, il reste 500 médecins sur place venant de Cuba, dont la moitié sont des haïtiens formés à Cuba.

 

Car l’École latino-américaine de médecine (ELAM) accueille chaque année de 10 à 15 000 étudiants venant de près de 50 pays, leur offrant une formation de haute qualité en échange d'un hébergement et de frais d'inscription totalement gratuits.

Israel et les USA exportent leurs armes, Cuba ses médecins !

Et pour le peuple cubain, les résultats du système de santé entièrement gratuit donnent le vertige.

 

Chaque année, Cuba forme plus de médecins (10 000) aujourd'hui qu'il n'en comptait au moment de la révolution, 6 000 en 1959. Avec 75 000 médecins et 1 médecin pour 160 habitants, Cuba connaît la plus forte densité de médecins du continent américain.

 

Une espérance de vie supérieure à 78 ans, un taux de mortalité de 4,5 enfants décédés pour 1 000 en font le pays d'Amérique latine avec les meilleurs indices de santé, selon l'OMS, dépassant même régulièrement les États-Unis, pourtant première économie du monde.

 

Aujourd'hui, contrairement à tous les autres pays du Tiers-monde, les problèmes de santé sont ceux de pays développés. Les premières causes de décès sont le cancer et les maladies cardio-vasculaires.

 

A noter que le système cubain, tout en assurant une densité d'offre de santé maximale, est un système bien moins coûteux que celui américain.

 

En 2006 Cuba investissait 350 $ par habitant et par an, soit 7 % du PIB, tandis que les États-Unis dépensaient 6 700 $ par habitant et par an, soit 15 % du PIB, tout en laissant près de 50 millions de ses concitoyens sans couverture santé.

 

Pendant qu'Israel est le quatrième exportateur d'armes mondial (7 milliards de $ en 2013), concurrençant la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis, Cuba est un des leaders mondiaux du secteur de la santé : voilà deux conceptions du monde strictement opposées !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Cuba
commenter cet article

commentaires