POREIA-PAME-47.jpgLa grève impulsée par les forces sur des positions de classe a été massive et combative





Communiqué du Parti communiste grec (KKE)



Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/





Les mobilisations pour la grève organisée par le PAME, ce 6 novembre, a Athènes et dans une dizaines de villes grecques ont été un succès massif.



Travailleurs, retraités, jeunes, étudiants, lycéens, femmes et chômeurs ont condamné les nouvelles mesures adoptées visant le monde du travail, les couches populaires, et manifesté leur résolution à lutter contre celles qui seront introduites à l'avenir.



La mobilisation à Athènes, en dépit de la pluie battante, a pris un caractère de masse et fut combative. A la tête du cortège, une banderole du PAME avec le slogan : « Relevez la tête, la force vient de l'organisation, l'espoir de la lutte ».



Sur un certain nombre de lieux de travail, l'activité a été paralysée : les grandes usines, les ports, les transports, les aéroports ont tous été à l'arrêt.



Une bataille importante a dû être menée dans la matinée sur les piquets de grève face aux efforts du gouvernement pour utiliser la récente attaque meurtrière contre deux membres du parti fasciste Aube Dorée, qui cherchent à jouer la provocation, créant un climat d'intimidation et de peur, de non-participation aux luttes des travailleurs.



La classe ouvrière du pays s'est mise en grève de façon massive contre les nouvelles diminutions des salaires, retraites et des indemnités de licenciements – pourtant déjà sérieusement atteints – et contre l'individualisation des contrats de travail.



Ils demandent une augmentation des allocations-chômage, une santé et une éducation 100 % publique et gratuite, la fin des taxes pesant lourdement sur les couches populaires, ainsi que des saisies et mises aux enchères des maisons des travailleurs endettés. Ils ont exprimé leur opposition à la libéralisation des licenciements, aux privatisations, aux nouvelles mesures fiscales introduites dans le nouveau budget, la libéralisation du temps de travail, la suppression du dimanche comme jour non-travaillé. Les syndicalistes du PAME et les cadres des syndicats de l'industrie laitière EGBA et de l'entreprise de mise en bouteille Coca Cola, qui sont en lutte contre leurs patrons dans des grèves d'une grande importance dans la période, ont parlé lors du rassemblement.



Plus tôt, des lycéens d'une dizaine d'établissements d'Athènes ont organisé un rassemblement. Des représentants de Syndicats de Palestine, Cuba, Sénégal et d'Afrique du sud étaient également présents. Une motion pour les 4 cubains toujours emprisonnés aux Etats-unis a été lue lors de la manifestation organisée à Omonia.



Une importante délégation du Comité central du KKE a participé à la grève, menée par le secrétaire-général du KKE, Dimitris Koutsoumpas, qui a déclaré :



 

« Nous luttons pour les protections pour les chômeurs, pour la sécurité sociale et pour les retraites, pour les conventions collectives, pour mettre un terme à l'intimidation sur les lieux de travail, pour mettre fin au pillage fiscal de notre peuple, pour le rassemblement du mouvement populaire et ouvrier, pour l'Alliance populaire, avec comme but de changer finalement la classe au pouvoir. »

Retour à l'accueil