Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 06:31

solidarity-londonSuites de la grève historique du métro de Londres : la fermeture de tous les guichets bloquée, la lutte paye !

 

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Voir l'article sur cette grève historique : Le métro de Londres paralysé par une grève massive contre la suppression de tous les guichets !

 

Nous avions fait compte-rendu de la grève historique des 5 et 6 février qui avait paralysé le métro londonien. La lutte a payé, la Mairie de Londres a dû reculer sur le plan de fermeture de tous les guichets. Rien n'est fini, le syndicat de classe RMT reste sur le qui-vive.

 

Depuis un mois, c'est la « bataille de Londres » entre d'un côté le gouvernement, la Mairie de Londres. De l'autre, les travailleurs du métro menés par le syndicat de classe RMT, soutenus par une majorité de Londoniens.

 

L'enjeu du conflit un plan de suppression de tous les guichets de métro, avec suppression de 953 postes aux guichets, mais aussi à la maintenance, à la sécurité, à l'entretien du réseau. Le Maire de Londres avance une économie de 50 millions de £.

 

La grève du 5 et du 6 février, menée par le RMT, a paralysé 70 % du réseau de métro londonien. Le patronat a crié au préjudice financier, arguant de 50 millions de £ de perte par jour de grève, le Premier ministre Cameron a qualifié la grève de« honteuse ».

 

Le Maire de Londres obligé de reculer sur la fermeture intégrale des guichets !

 

Le syndicat RMT a tenu bon et était prêt à partir pour une seconde grève de 48 h, les 11 et 12 février, s'appuyant sur le soutien à la grève des deux-tiers des Londoniens.

 

Effrayé, le Maire de Londres – sous pression patronale et gouvernementale – a reculé. Lui qui avait annoncé son plan de suppression de postes, de fermeture des guichets de façon unilatérale, a finalement proposé d'ouvrir des négociations, à partir du 12 février.

 

La direction du « Métro de Londres » a accepté « d'ouvrir de profondes négociations avec les syndicats » jusqu'au 4 avril, avec notamment « une discussion sur un plan de révision des fermetures de guichets, site par site, avec proposition qu'une partie des guichets restent ouverts ».

 

Certes, rien n'est gagné, la Mairie de Londres, l'agence de transport régionale (TfL – Transport for London) veulent imposer des coupes drastiques, la fermeture de la plupart des guichets. RMT se bat pour le maintien de tous les postes, tous les guichets.

 

Toutefois, le projet est pour l'instant bloqué, un temps est laissé pour faire monter la mobilisation.

 

Des dernières nouvelles des négociations, les propositions de la direction n'offrirait que des miettes ne satisferaient pas les représentants du RMT qui. cherchent désormais à remobiliser les troupes pour relancer un mouvement de grève en avril.

 

JO de Londres, privatisation, tarifs exorbitants : à qui profite le crime ?

 

C'est la guerre des chiffres depuis le début du mouvement de grève.

 

Alors que le Maire de Londres méprisait les grévistes pour leur « combat rétrograde », arguant que seuls 3 % des usagers utilisaient les guichets – soit tout de même 100 000 personnes par jour.

 

Les derniers chiffres révélés par le site « Full Fact », selon les données de l'agence régionale TfL, montrent que 3 millions de tickets sont vendus chaque mois aux guichets, ce qui serait en fait 20 % des ventes totales.

 

Loin d'être un détail, surtout quand les personnes les plus vulnérables sont concernées.

 

Surtout, le syndicat de classe RMT montre l'hypocrisie du discours sur les « coupes nécessaires », les « licenciements douloureux », pour faire 9 milliards de £ d'économies d'2020 :

 

  • les projets de transport des JO de Londres ont coûté 8,5 milliards de £. De l'argent public dépensé pour des projets superflus, exploités par des opérateurs privés/étrangers (ex : c'est Keolis, filiale de la SNCF, qui gère la nouvelle ligne « Javelin » menant au village olympique!)

 

  • les tarifs des transports urbains sont les plus élevés au monde. Il faut compter 250 € pour un pass zone 1-6 à Londres, contre 115 € à Paris. Les prix au ticket se sont envolés de 120 % depuis dix ans ;

     

  • les privatisations ont été un jackpot pour les entreprises privées. Prenons un exemple, la privatisation du réseau en PPP entre 2003 et 2010, confiés à Bombardier, Siemens ou Alcatel. Finalement le réseau a dû être récupéré par la Mairie, ce qui lui a coûté 310 millions de £, avec une dette héritée de 1,7 milliards de £. Encore aujourd'hui, la maintenance, mais aussi l'intégralité des lignes de tramways et de bus sont confiées au privé, combien cela coûte chaque année à la collectivité ?

 

Quand on sait qu'à l'horizon 2020, la Mairie envisage de licencier et sous-traiter la quasi-totalité du personnel, avecun métro automatique sans conducteur, aucun personnel de soutien dans les stations et une main d’œuvre flexible en « contrat zéro heure », sous-traitée au privé pour la maintenance, il y a de quoi s'inquiéter !

 

 

Solidarité avec nos camarades du RMT – qui a rejoint la Fédération syndicale mondiale (FSM), confédération internationale des syndicats de classe en 2013 – leur combat est le nôtre !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Royaume-Uni
commenter cet article

commentaires