Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 19:15
MOBILISATION POUR SAUVER MUMIA


    Mumia Abu Jamal a été condamné à mort en 1982 à l'issue d'un procès truqué, raciste et expéditif. Journaliste engagé dans la défense des pauvres et des opprimés,  appelé "la voix des sans voix", il est devenu une des figures emblématiques du combat pour l'abolition universelle de la peine de mort aux Etats-Unis et dans le monde.

    Depuis 25 ans, Mumia vit dans le couloir de la mort d'une prison de Pennsylvanie. Il est privé de son droit légal et constitutionnel à défendre son innocence puisque la justice étasunienne refuse de prendre en compte les témoignages qui le disculpent.

    A deux reprises, en 1995 et 1999, la mobilisation internationale a réussi à empêcher son exécution. C'est ainsi que, depuis 1995, des militants parisiens du Collectif unitaire de soutien à Mumia se rassemblent tous les mercredis  place de la Concorde, face au Consulat des Etats-Unis.

    En décembre 2005, une décision d'une Cour d'appel fédérale a apporté l'espoir d'un nouveau procès. Elle a donné une suite favorable aux recours de la défense de Mumia en acceptant d'examiner les requêtes portant sur les droits bafoués de l'accusé, le choix des jurés et la légalité des procédures. Son avocat Me Robert Bryan a déposé un mémoire qui constitue un véritable réquisitoire contre le déni de justice dont a été victime Mumia.

    Les autorités judiciaires ont appelé les parties en cause à comparaître devant la Cour fédérale de Philadelphie (Pennsylvanie), le jeudi 17 mai 2007. Cette audience est décisive car elle ouvre trois options: la confirmation de la condamnation à mort, la condamnation à la prison à vie ou l'ouverture d'un nouveau procès.

    L'échéance du 17 mai est cruciale et la mobilisation doit s'intensifier pour que cette audience écarte à jamais l'exécution et ouvre la voie d'une révision du procès.

    Le 24 avril, jour du 53ème anniversaire de Mumia, une délégation s'est rendue à l'Ambassade des Etats-Unis à Paris. Le 28 avril, a été célébré à Saint-Denis le 1er anniversaire de la rue Mumia. Les 2 et 3 mai, des rassemblements et rencontres ont eu lieu à Marseille avec le soutien d'Amnesty International et la participation d'une délégation de militants étasuniens. Mercredi 9 mai à 18 h 30, le collectif parisien de soutien à Mumia organise un grand rassemblement place de la Concorde devant le Consulat des Etats-Unis. Des initiatives (rassemblements, concerts) sont également prévues à Rennes et Sète. Le jour de l'audience, le 17 mai, de nombreuses délégations venues du monde entier (une délégation française sera présente) manifesteront devant la Cour d'appel fédérale à Philadelphie.

    Après avoir empêché son exécution en 1995 et 1999, la mobilisation internationale doit contribuer à l'ouverture d'un nouveau procès pour que Mumia soit enfin libre.

LA VIE DE MUMIA DEPEND DE NOTRE MOBILISATION
Repost 0
Publié par Jean-Paul Lemarec - dans Etats Unis-Canada
commenter cet article
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 19:12


Mumia Abu-Jamal est né le 24 avril 1954. Né Wesley Cook, Mumia choisira ce prénom swahili au lycée, sous l’influence d’un enseignant d’origine kenyane. Il y ajoutera “Abu-Jamal” à la naissance de son premier fils, Jamal. A l’âge de 14 ans, Mumia est arrêté et battu pour avoir protesté contre un meeting du candidat ultraraciste George Wallace, à Philadelphie. Peu après, il est fiché par le FBI pour avoir voulu rebaptiser son lycée “Malcolm X”.

En 1969, le jeune homme est chargé de l’information à la section de Philadelphie du Black Panther Party. Le FBI le considère comme l’une des personnes “à surveiller et interner en cas d’alerte nationale”.

Il est l’une des cibles du Cointelpro (programme d’infiltration et de contre-espionnage) dont seront victimes Leonard Peltier et d’autres membres de l’Américan Indian Movement et des Black Panthers.

Devenu journaliste de radio apprécié, lauréat de plusieurs prix, Mumia est surnommé “la voix des sans-voix” pour sa critique de la corruption de la police et des dirigeants politiques locaux. Depuis 1978, il dénonce la violente répression qui frappe la communauté MOVE et, en 1981 suit le procès de son fondateur, John Africa, qui sera acquitté des charges fabriquées contre lui. Le soutien de Mumia à MOVE exaspère les politiques et la police de Philadelphie et lui vaut le renvoi d’une des stations de radio où il exerce. Pour faire vivre sa famille, Mumia est contraint de travailler comme taxi de nuit

Aux premières heures du 9 décembre 1981, Mumia Abu-Jamal est grièvement blessé lors d’une fusillade dans le quartier sud de la ville, où il vient de déposer un client. Arrêté, il est accusé du meurtre d’un policier, Daniel Faulkner, tué dans cette fusillade. Malgré ses dénégations, malgré son absence d’antécédents judiciaires, une enquête inéquitable (expertises balistiques inexistantes, balles non identifiables, absence de relevé d’empreintes, zone des faits non sécurisée, tests non effectués, etc.) conclut à la culpabilité de Mumia. Témoins menacés, subornés, écartés, rapports de police contradictoires, violations de ses droits, mèneront, en juillet 1982, à la condamnation à mort de cet opposant politique gênant sous la pression d’un juge recordman de la sentence... Mumia est “le coupable idéal”

En juin 1999, un ancien tueur à gages, Arnold Beverly, avoue à l’une des avocates de Mumia avoir tué l’officier Faulkner dans le cadre d’un contrat mêlant police et mafia. Corroborés par un faisceau d’éléments et de témoignages concordants, les aveux de Beverly n’ont jamais été entendus par la justice au prétexte qu’ils sont “hors des délais de la procédure”.

Le 18 décembre 2001, la sentence de mort de Mumia a été provisoirement écartée, mais il est toujours considéré coupable et menacé de voir cette sentence à nouveau prononcée. Mumia Abu-Jamal lutte toujours depuis le couloir de la mort, enfermé 23h/24h dans une cellule grande comme une salle de bains et dans un isolement sensoriel inhumain. La mobilisation internationale a empêché par deux fois son exécution, en 1995 et 1999.

Aujourd’hui les options d’appel s’amenuisent.

En date du 8 octobre 2003, les ultimes appels d’Etat ont été rejetés, renvoyant l’affaire au niveau fédéral. La vie de Mumia demeure en grand danger, comme le précisait récemment son avocat fédéral, Me Bryan.

La solidarité financière est indispensable pour permettre aux militants et à la défense de continuer à soutenir Mumia. Collectes, initiatives de soutien, souscriptions, nous appelons chacun à agir auprès des médias, des élus, dans les entreprises, les universités, etc. pour sauver Mumia.


http://www.mumiabujamal.net/

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Etats Unis-Canada
commenter cet article