Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 21:27
Le SG du CC du Parti communiste grec (KKE) condamne les attentats de Bruxelles

Ces actes meurtriers font monter les dangers de nouvelles interventions et de mesures répressives

Dans sa déclaration sur les attaques meurtrières à Bruxelles, le secrétaire général du Parti communiste grec (KKE), Dimitri Koutsompas a insisté sur les points suivants ( traduction MlN pour Solidarité internationale PCF – vivelepcf »), 23 mars 2016

« Nous condamnons les actes meurtriers commis à Bruxelles et exprimons, naturellement, une nouvelle fois, notre entière solidarité avec le peuple belge et avec les familles des victimes. Ces actes meurtriers servent, fondamentalement, à faire monter encore les dangers de nouvelles interventions, de nouvelles guerres, le développement de l’activité terroriste, comme à susciter des mesures répressives contre les peuples, une poussée de la xénophobie et du racisme. Ces phénomènes sont à combattre, non seulement en Belgique, mais en Europe et dans le monde entier. »

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Grèce et Chypre
commenter cet article
28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 18:19
Attentats de Paris : déclaration du Parti communiste grec - KKE

Démêler dans l'immédiat les dangereux plans impérialistes

Déclaration du Bureau politique du Comité central du Parti communiste grec (KKE), 20 novembre 2015, traduit de l'anglais par la rédaction du PADS (Lien)

Le Parti communiste de Grèce a condamné les attaques meurtrières et criminelles à Paris et a exprimé ses condoléances sincères aux familles des victimes et sa solidarité avec le peuple français.

Aujourd'hui, peu de jours après, nous voyons qu'il y a une tentative d'utiliser ces attaques, au nom du combat contre le terrorisme, comme un alibi pour des engagements impérialistes supplémentaires en Syrie et en même temps pour des mesures de police d'Etat supplémentaires et renforcées, de répression, de racisme et xénophobie en Europe.

Au regard de ces évolutions, qui requièrent une vigilance de la part des ouvriers et du développement de la lutte populaire, il es nous est nécessaire de présenter les questions suivantes:

1. La guerre qui fait rage maintenant depuis 5 années en Syrie et qui a coûté les vies à des centaines de milliers de personnes, alors que des millions d'autres ont été déracinées de leurs foyers, est une partie de l'agressivité impérialiste et de la rivalité entre impérialistes. Elle démontre que le capitalisme, qui accroît la richesse d'une poignée d'exploiteurs, crée en même temps des crises, des problèmes sociaux, des guerres, des réfugiés, avec des conséquences pénibles pour des millions de personnes ordinaires.

Le KKE, dés le premier moment, et quand les autres partis bourgeois et opportunistes célébraient le prétendu Printemps Arabe, a souligné la barbarie capitaliste qui était le terrain sur lequel la guerre en Syrie se poursuivait. Il a également mis en évidence la participation organisée des puissances impérialistes, les USA et l'UE, et de leurs alliés dans la région, Israël, la Turquie, l'Arabie Saoudite, le Qatar, les Emirats arabes unis, à intervenir dans les affaires intérieures de la Syrie.

2. Le but de ces interventions sont la promotion du plan du "Grand Moyen Orient", qui, comme nous l'avons affirmé d'une manière opportune, est lié à la sauvegarde de l'accès des monopoles US et Européens aux sources d’énergie et aux nouveaux dépôts d'énergie dans l'Est Méditerranéen, pour le contrôle d'une large région qui est "un passage" pour le commerce et le transport.

En même temps, ces interventions visent à reconstruire les régimes bourgeois en vue d'assurer les bases les plus stables possibles pour l'expansion des groupes monopolistiques dans les marchés de la région.

Ces plans entrent dans une opposition féroce avec les intérêts monopolistiques des autres puissances dans les régions, telles que ceux de la Russie, de la Chine et de leurs alliés régionaux.

3. Le prétendu Islam politique fut utilisé par les impérialistes euro-atlantiques pour accomplir les buts de cette intervention, comme ils avaient précédemment utilisé les Talibans en 1980 en Afghanistan. Divers groupes de ce genre furent soutenus, organisés et armés par les impérialistes durant leur intervention en Syrie.

L'intervention impérialiste en Syrie, avec tout ce qui l'a précédée dans les années récentes, telle que l'occupation en Afghanistan et en Irak, le démantèlement de la Libye, ont conduit à la monstrueuse et criminelle création du soi-disant Etat Islamique.

4. L'intervention militaire russe dans la région à la fin de septembre 2015 fut un signe d'un aiguisement supplémentaire des contradictions. Nous parlons au sujet des féroces contradictions pour le contrôle des matières premières, des routes de transport des produits, des partages des marchés, des acquisitions géopolitiques et militaires dans la région de l'Est Méditerranéen et du Moyen-Orient.

L'attaque sanglante à Paris, qui est utilisée par la France et les autres Etats capitalistes dans le but d'aggraver leur intervention militaire, peut avoir des conséquences tragiques, tel que le démembrement de la Syrie ou une confrontation militaire plus généralisée ou un faux compromis de paix "avec le canon sur la tête des peuples".

Les ouvriers ne doivent pas être trompés par les prétextes du "droit international", d'une "crise humanitaire", "la vague des réfugiés-immigrants" etc. que chaque puissance impérialiste utilise dans le but de faire progresser ses plans. Ils ne doivent pas permettre que leurs enfants deviennent de la chair à canon dans la rivalité entre impérialistes et de verser leur sang pour des intérêts qui leur sont étrangers, c.à.d. pour les intérêts des différentes alliances des monopoles.

5. Les ouvriers de Grèce et des autres pays européens doivent examiner ce qui est caché derrière les criminels armés, c'est-à-dire ceux dont le plan crée, arme, ravitaille, entraîne et à la fin utilise ces forces dans de le but de faire progresser leurs plans.

La tentative de créer une atmosphère de peur, de tolérance aux interventions impérialistes, aux mesures répressives contre les peuples, une nouvelle vague de xénophobie et de racisme qui est développée et qui est nourrie par les divers appareils bourgeois, ne doit pas réussir.

Les ouvriers doivent rejeter les positions que promeuvent les partis bourgeois et les mass-médias et même par les fascistes de "Aube Dorée" qui prétendent que "l'Europe est sous une attaque", que ce qui est mené est une "guerre des civilisations ou des religions" et que nous devons tous "répondre à cette attaque avec un esprit "d'unité nationale (ou Européen)".

Cette "rhétorique" trompeuse "pro-occidentale", "pro-européenne", et "patriotique" a une seule mission: empoisonner la conscience des ouvriers avec le racisme, la xénophobie, et les conduire ensuite à être des meurtriers pour les intérêts des groupes monopolistes des USA, de l'UE, de l'OTAN et de leurs alliés, qui entrent en conflit dans l'Est de la Méditerranée avec les monopoles russes et chinois et leurs alliés.

6. Le gouvernement de SYRIZA-ANEL porte d'énormes responsabilités parce qu'il s'est emparé du bâton des précédents gouvernements de ND et du PASOK, à la fois dans sa politique étrangère et nationale, et il applique une ligne politique anti-populaire dangereuse.

Derrière le discours au sujet d'une soi-disant politique étrangère multidimensionnelle et les tentatives d'une amélioration géostratégique le gouvernement sert les intérêts des groupes monopolistiques grecs. Il exprime sa foi dans les unions euro-atlantique qui ont conduit à tant de tourments pour notre peuple et le pays, à la perte des droits souverains. Et ainsi maintenant il livre le territoire, les ports, les aéroports et d'autres infrastructures du pays aux unions impérialistes de l'OTAN et de l'UE afin qu'elles poursuivent des interventions impérialistes et des guerres. Il renforce aussi sa coopération militaire avec Israël contre les peuples de la région.

Le gouvernement a été dévoilé par la décision unanime du conseil des ministres de la défense de l'UE qui, sous le prétexte de l'attaque criminelle dans Paris, a mis à exécution l'article 42, paragraphe 7 du traité de l'UE (Traité de Maastricht) qui reconnaît le rôle fondamental de l'OTAN, c'est à dire, le rôle hégémonique des USA et qui donne une assistance en fournitures militaires aux efforts pour aggraver et généraliser l'intervention impérialiste au Moyen Orient et en Afrique du nord.

Notre peuple doit être sur ses gardes au sujet des développements des relations entre la Grèce et la Turquie, les "compensations " à la Turquie que recherchent l'UE pour régler le problème des réfugiés et de l'immigration, qui sont aussi liées aux développements dans les négociations sur la question de Chypre, tout comme son objectif permanent d'établir des formes d'une "souveraineté commune" dans la mer Égée, pour étendre les "zones d'ombre" etc...

En même temps, notre peuple doit être prêt au sujet des conséquences de la politique de "fermeture des frontières", qui est appliquée par les Etats de la région, exécutant plus que jamais le piège de centaines de milliers de réfugiés et de migrants en Grèce.

7. Maintenant la lutte du peuple contre la participation de notre pays à l'intervention impérialiste et la guerre doit être intensifiée.

 

Les forces armées du pays ne doivent pas être placées au service des plans impérialistes.

 

Toutes les bases US-OTAN doivent être fermées immédiatement.

Pas une installation ou infrastructure ne doit être fournie pour servir au déclenchement des attaques contre la Syrie et d'autres pays.

Notre peuple doit être vigilant, il ne doit tolérer aucune mesure autoritaire à son dépens, au nom du "combat contre le terrorisme".

L'attaque dans Paris ne doit pas être utilisée pour appliquer des mesures contre les réfugiés et de les piéger dans notre pays.

Le peuple doit isoler l'organisation criminelle Nazi des assassins de "Aube Dorée", qui soutient les interventions militaires impérialistes et qui sème la haine contre les peuples.

Le slogan du peuple "Pas de terre, pas d'eau pour les assassins du peuple" doit devenir une réalité.

La lutte populaire doit être renforcée contre les monopoles et le capitalisme, pour le désengagement des unions impérialistes de l'UE et l'OTAN, avec le pouvoir populaire aux ouvriers.

Le Bureau politique du CC de KKE

20 novembre 2015

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Grèce et Chypre
commenter cet article
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 17:31
Grèce : Le PAME, à chaud, sur la grève générale du 12 novembre 2015

Communiqué du secrétariat exécutif du PAME, traduction MlN pour Solidarité internationale PCF, 12 novembre 2015

Le secrétariat exécutif du PAME salue la participation de milliers de travailleurs à cette journée de grève générale nationale.

Dans plus de 70 manifestations, à l’initiative du PAME, à travers toute la Grèce, des dizaines de milliers de grévistes, de travailleurs, d’étudiants, de paysans, de travailleurs indépendants, de femmes et de chômeurs ont défilé en guise de réponse à la politique antipopulaire de Syriza. Durant les manifestations, des messages de solidarité provenant d’organisations syndicales du monde entier ont été lus et les manifestants ont acclamé les initiatives de solidarité organisées le même jour en Turquie et en Afrique-du-Sud. Sur la manifestation d’Athènes ont flotté les bannières et drapeaux de la FSM.

Le mouvement de grève et de manifestation du PAME a écarté les intimidations des employeurs. Il a surmonté le climat de fatalisme et de compromis, d’acceptation d’une vie au rabais que cultivent le gouvernement et les partis politiques de la ploutocratie.

Dans ces conditions d’attaque généralisée, il est d’une importance critique de contrecarrer les forces du patronat et des syndicats gouvernementaux, qui non seulement n’ont pas levé le petit doigt pour l’organisation et le succès de la grève mais, au lieu de cela, ont soutenu la mise en œuvre des mesures antipopulaires. Ils sont des instruments pour tromper le peuple, pour imposer le consensus et la collaboration de classe.

La grève d’aujourd’hui n’est qu’un début !

Nous appelons les syndicats, les associations de jeunesse, les chômeurs, les paysans, les femmes, les retraités et les ouvriers de toutes les industries et ateliers à continuer les actions militantes pour faire monter notre réponse !

Nous appelons, dans chaque ville, chaque quartier, chaque usine et lieu de travail à mener la bataille de l’information sur la politique monstrueusement tournée contre la sécurité sociale à l’œuvre, à multiplier les discussions et à renforcer les actions collectives.

Nous appelons à préparer la prochaine étape dans l’élévation du mouvement militant, la réponse par une nouvelle grève générale à la nouvelle attaque contre la sécurité sociale, nos droits et nos vies.

Tous dans la rue ! Tous dans les luttes !

Un développement au service du peuple et non du profit des grands groupes !

Prenons en main notre avenir et nos vies !

Contrecarrons le régime d’esclavage moderne qu’il programme pour nous !

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Grèce et Chypre
commenter cet article
18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 15:04
15 octobre 2015 : Le syndicat PAME a occupé le ministère du travail grec

Communiqué du Parti communiste grec (KKE), 16 octobre 2015, traduction MlN pour Solidarité internationale PCF

Le matin du 15 octobre 2015, des travailleurs, membres de plusieurs dizaines de syndicats des secteurs privé et public rassemblés dans le « Front militant de tous les travailleurs » (PAME) ont occupé symboliquement le ministère du travail.

Les militants du PAME ont occupé le ministère et déployé une banderole géante sur sa façade sur laquelle était écrit : « Nous ne deviendrons pas les esclaves du 21ème siècle. Non à la destruction de la Sécurité sociale, aux plans de licenciements de masse, aux saisies, à la pauvreté et au chômage » ainsi qu’un appel aux manifestations du PAME le 22 octobre et à la grève du 12 novembre.

Dans sa déclaration, le PAME a souligné que les mesures du gouvernement « écrasait ce qui reste de « social » dans les assurances sociales. En même temps qu’il donne de l’argent pour libérer les grands groupes de leurs dettes, il essaie de détruire la sécurité sociale et de la transformer en charge individuelle pour chaque travailleur.

Ils veulent nous faire travailler jusqu’au grand âge, sans retraite, sans protection au travail, sans accès à la santé et aux aides sociales. Ils précipitent les travailleurs dans les griffes des prédateurs qui considèrent la prévention des risques sociaux comme un moyen de faire du profit, dans les griffes des compagnies d’assurance et des assurances santé privées.   

Le démantèlement de la Sécurité sociale doit échouer ! La nouvelle offensive contre les droits acquis par la lutte et le sang pendant tant d’années doit être mise en échec. »

Christos Katsotis, membre du Comité central du KKE et député a participé au rassemblement du PAME. Le vendredi 16 octobre, l’occupation se poursuivait avant une manifestation dans le centre d’Athènes en soirée, organisée par le PAME.

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Grèce et Chypre
commenter cet article
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 20:39
Le KKE à propos des élections anticipées en Grèce, le 20 septembre 2015

Le KKE à propos des élections anticipées en Grèce, le 20 septembre 2015

Déclaration du KKE du 24 août 2015, traduction révisée par MlN pour Solidarité internationale PCF

Le gouvernement SYRIZA-ANEL vient de démissionner entraînant de nouvelles élections législatives anticipées (le 20/09).

Comme c’est maintenant avéré, SYRIZA a remporté les élections en janvier 2015 en trompant les travailleurs, en promettant l'abolition des lois antipopulaires adoptées précédemment sous les gouvernements PASOK et ND après les accords (mémorandums) avec les organisations impérialistes (UE, FMI, BCE).

Le KKE avait averti en temps utile que SYRIZA, un parti opportuniste de « gauche » muté en parti social-démocrate, avait été choisi par la bourgeoisie pour gérer la crise et ne pouvait pas suivre une ligne politique favorable au peuple.

Notre parti avait exprimé sa position selon laquelle il ne peut y avoir aucune issue favorable à la classe ouvrière et aux autres couches populaires dans le développement capitaliste, l'UE et l'OTAN.

Comme cela a été démontré en quelques mois de gestion du capitalisme, la « gauche » SYRIZA, qui gouvernait avec le parti nationaliste de « droite » ANEL, non seulement n'a pas aboli les deux mémorandums précédents et la plupart des 400 lois antipopulaires de transposition des gouvernements précédents, mais les a mis en œuvre et a fait voter par le Parlement un troisième accord (mémorandum) encore plus douloureux, signé avec les puissances impérialistes. Cet accord a reçu le soutien des partis bourgeois qui l'ont voté au Parlement : la ND de « droite », le PASOK « social-démocrate », le parti du « centre » POTAMI. Cette accord massacre tous les droits sociaux qui restaient, impose de nouvelles réductions des salaires et des retraites, abolit des droits à la sécurité sociale, impose encore plus de taxes aux couches populaires, favorise la politique de privatisations, etc.

En outre, le gouvernement de « gauche patriotique » a inscrit régulièrement son action durant ces mois dans le cadre de la participation de notre pays aux unions impérialistes de l'OTAN et de l'UE, dans celui de l’ « alliance stratégique » avec les États-Unis. Il a participé à toutes les missions et manœuvres de l'OTAN. Il a organisé des manœuvres même avec Israël. Il a promis une nouvelle base pour les États-Unis et l'OTAN (sur l'île de Karpathos). Il a voté au sein de l'UE pour l'extension et le renforcement de la guerre commerciale contre la Russie, etc.

Il a ainsi été démontré dans les faits que le gouvernement SYRIZA-ANEL est un gouvernement antipopulaire de plus, qui sous des slogans de « gauche » a servi aussi loyalement la bourgeoisie, l'UE et l'OTAN que les gouvernements précédents l'avaient fait. Aujourd'hui les partis du gouvernement SYRIZA/ANEL, utilisant les mêmes arguments que ceux que ND et le PASOK avaient utilisés, défendent le nouvel accord antipopulaire comme le seul moyen de maintenir le pays dans la zone euro et l'UE, ce qu'ils présentent comme la planche de salut pour le peuple. SYRIZA, exactement tout comme les autres partis bourgeois, sème l'illusion dans la classe ouvrière et le peuple que l'UE et le capitalisme peuvent être humanisés alors que les travailleurs continuent à subir les mesures antipopulaires.

Dans le même temps, le système politique bourgeois, pour réfréner et contrôler tout éventuel mouvement radical dans la conscience populaire qui pourrait être suscité par la mise en lumière du rôle de SYRIZA, continue à fabriquer de nouveaux partis. Ainsi un parti, dénommé « Laiki Enotita » (Unité Populaire) a été constitué par des députés et d'anciens ministres de SYRIZA. Ces gens, qui s’agitaient en tant que « Plateforme de gauche» à l'intérieur de SYRIZA, portent une lourde responsabilité dans la tromperie du peuple. Ils ont participé, jusqu’au grade de ministres, à la mise en œuvre des lois antipopulaires précédentes. Ils ont participé activement à la tentative, dans la période précédente, de laisser croire au peuple qu'il y aurait une solution alternative pour lui à l'intérieur des murs de l'UE, et ont accepté l'accord antipopulaire signé par le gouvernement SYRIZA-ANEL avec la Troïka le 20 février, avec ses 47 pages de propositions de SYRIZA à l'UE etc. Maintenant que les illusions entretenues par SYRIZA se sont effondrées, ces forces font la promotion du retour à la monnaie nationale comme une solution pour le peuple, combinée avec d'autres mesures de gestion du système. Ils servent de rempart à une radicalisation du peuple, en cherchant à le piéger en l’enfermant dans le mode de développement capitaliste.

Dans l'ensemble de cette période, le KKE a constamment mis en lumière le rôle de SYRIZA et des autres partis bourgeois. Il a lutté pour l'abolition des mémorandums et de toutes les mesures antipopulaires, pour empêcher de nouvelles mesures, pour développer la lutte des travailleurs et du peuple en vue de récupérer les acquis perdus et pour la satisfaction de leurs besoins sans perdre de vue la seule alternative qui soit dans l'intérêt de la classe ouvrière et des autres couches populaires :

Le regroupement du mouvement ouvrier et la construction d'une alliance sociale et populaire entre la classe ouvrière, les agriculteurs pauvres, les travailleurs indépendants des villes, les jeunes et les femmes issues des familles des couches populaires en vue de renforcer la lutte antimonopoliste et anticapitaliste pour un renversement réel, la socialisation des monopoles, pour le désengagement de l'UE et de l'OTAN et pour la dénonciation unilatérale de la dette, avec un pouvoir ouvrier et populaire.

Nous menons la lutte suivant cette ligne dans le but de renforcer le KKE dans le mouvement ouvrier et populaire et, au Parlement, en poursuivant résolument la lutte pour les intérêts de la classe ouvrière et sa libération du joug de l'exploitation capitaliste.

KKE, 24 août 2015

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Grèce et Chypre
commenter cet article