Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 20:40

20101204 Lafontaine Melenchon2Le KKE (PC Grec) dénonce une motion du Parlement européen ouvrant la voie à une intervention en Libye votée par les membres du PGE dont Jean-Luc Mélenchon et Marie-Christine Vergiat

 

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/


 

Une motion inacceptable, qui d’une manière très provocatrice légitime les prétextes utilisés pour lancer l’intervention impérialiste en Libye, a été ratifiée le jeudi 10 mars au Parlement européen. C’est une motion qui utilise comme prétexte la « démocratisation » et invoque la prestation d’aide humanitaire, envisageant la solution d’une intervention militaire en Libye. Il soutient également la mise en place d’une Zone d’exclusion aérienne et exhorte l’UE à intervenir avec tous les moyens à sa disposition, et entre autres de reconnaître et de soutenir le dit « Conseil provisoire Libyen », cherchant à poursuivre la promotion des plans impérialistes visant à se partager le gâteau, comme les impérialistes l’ont fait jusqu’à ce jour avec le gouvernement Kaddafi. Cette position sert les intérêts impérialistes dans la région, qui constituent un grave péril pour le peuple, afin de maintenir la profitabilité capitaliste des groupes monopolistes. Le KKE a voté contre la motion et, dans le même temps, l’a dénoncée ainsi que les prétextes qui sont invoqués.


Cette motion a été défendue et votée par les Sociaux-démocrates, le Parti populaire européen (droite), les Libéraux, les Verts, ce qui comprend les députés Grecs du PASOK, de la Nouvelle démocratie, du LAOS, des Verts (nous notons l’absence de Synapsismos). Cette motion a également été votée par les députés des partis-membres du « Parti de la gauche européenne » (PGE), parmi eux l’ancien président de Die Linke et du PGE et actuel président du groupe GUE/NGL au Parlement européen, Lothar Bisky et le président du « Parti de gauche » en France, Jean-Luc Mélenchon [NdT: Marie-Christine Vergiat parlementaire européen du Front de gauche a également voté pour. Cf le détail du vote ci-dessous]. Est démontré encore une fois par ce vote le rôle dangereux que joue l’opportunisme pour ce qui est de la défense des intérêts de la classe ouvrière et des couches populaires, tout comme la nécessité pour les Partis communistes de jouer un rôle important dans l’intensification de l’affrontement avec ces forces. Parce que les forces politiques ne sont pas jugées sur la base de leur nom, ou par la manière dont elles se définissent. Elles sont jugées sur leur position par rapport à la classe bourgeoise, aux intérêts des monopoles, et leur position par rapport à la barbarie capitaliste-impérialiste, et aux pouvoirs impérialistes dans leur ensemble.

 

KKEDéclaration du groupe du KKE au Parlement européen sur la motion

 

Le groupe euro-parlementaire du KKE a voté contre cette motion et l’a dénoncée, la caractérisant comme le précurseur d’une opération militaire généralisée, sous prétexte de « démocratisation » et de prestation d’une aide humanitaire à la Libye. Dans son intervention en session plénière, le député européen du KKE G.Toussas a fait remarquer que : « Cette motion réactionnaire, qui a été votée par le PASOK, la ND, le LAOS, les Verts et les opportunistes du PGE, s’inscrit pleinement dans les plans dangereux des impérialistes, de l’UE, des États-Unis et de l’OTAN qui proposent une intervention militaire en Libye, afin de protéger les intérêts géopolitiques et énergétiques des monopoles.


La motion soutient la création d’une zone d’exclusion aérienne, qui entre autres, comprend la destruction de toute force anti-aérienne en Libye. Elle exige également de façon explicite l’utilisation par l’UE de tous les moyens à sa disposition pour intervenir dans ce pays.


Elle intervient de façon franche et provocatrice et appelle Catherine Ashton, haute-représentante de l’UE pour la Politique étrangère et de sécurité, à reconnaître le Conseil provisoire de Libye qui a été créé pour mettre en œuvre leurs projets aventureux au détriment du peuple Libyen.


C’est une provocation de la part des impérialistes des États-Unis et de l’OTAN, des gouvernements bourgeois, des partis de l’UE comme voie à sens unique, des anciens collaborateurs des régimes autoritaires et réactionnaires d’Afrique du nord, des complices de l’exploitation des peuples dans la région, que de se présenter comme les défenseurs des droits démocratiques et sociaux. La Démocratie, dans le sens que lui donnent les impérialistes, les peuples d’Irak, d’Afghanistan, d’Amérique latine, du monde entier en ont payé et continuent à en payer le prix, celui du sang. Le KKE, dès le départ, a dénoncé le régime d’exploitation capitaliste en Libye, les offensives criminelles de ses forces militaires contre le peuple Libyen en lutte. Le KKE est contre toute implication des impérialistes de l’UE, des États-Unis et de l’OTAN et de notre pays dans les nouveaux plans impérialistes de l’OTAN qui constituent un grave péril pour les peuples de notre région ».

 

NdT/Annexe  - vote des parlementaires du groupe GUE/NGL sur la motion présentée au Parlement européen ouvrant la voie à une intervention en Libye:

 

Pour :


Lothar Bisky (Die linke/Allemagne)

Jaromir Kohlicek (Parti communiste/République tchèque)

Kartika Liotard (Parti socialiste/Hollande)

Jiri Mastalka (Parti communiste/République tchèque)

Marisa Matias (Bloc de gauche/Portugal)

Jean-Luc Mélenchon (PG-Front de gauche/France)

Miguel Portas (Bloc de gauche/Portugal)

Vladimir Remek (Parti communiste/République tchèque)

Soren Bo Sondegaard (Mouvement populaire contre l’UE/Danemark)

Rui Tavares (Bloc de gauche/Portugal)

Marie-Christine Vergiat (PG-Front de gauche/France)

 

Contre :


Charalampos Angourakis (KKE/Grèce)

Cornelis de Jong (Parti socialiste/Hollande)

Cornelia Ernst (Die linke/Allemagne)

Joao Ferreira (Parti communiste-CDU/Portugal)

Ilda Figueiredo (Parti communiste-CDU/Portugal)

Takis Hadjigeorgiou (AKEL/Chypre)

Thomas Handel (Die linke/Allemagne)

Jurgen Klute (Die linke/Allemagne)

Sabine Losing (Die linke/Allemagne)

Willy Meyer (Parti communiste d’Espagne-Izquierda Unida/Espagne)

Miloslav Ransdorf (Parti communiste/République tchèque)

Helmut Scholz (Die linke/Allemagne)

Georgios Toussas (KKE/Grèce)

Sabine Wils (Die linke/Allemagne)


Abstention :

Alfreds Rubiks (Parti socialiste/Lettonie)

Kriacos Triantaphyllides (AKEL/Chypre)


Absents :

Nikolas Chountis (Synapsismos/Grèce)

Bairbre de Brun (Sinn Fein/Irlande)

Jacky Hénin (PCF-Front de gauche/France)

Joe Higgins (Parti socialiste/Irlande)

Elie Hoarau (Parti communiste réunionais/France)

Patrick Le Hyaric (PCF-Front de gauche/France)

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Impérialisme
commenter cet article
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 23:44

jose-luis-farinas-fidel-2006.jpgLa danse macabre du cynisme

 

 

Traduction ESTI pour Granma reprise par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Réflexion de Fidel du 25 février 2011



La politique de pillage imposée par les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN au Moyen-Orient est entrée en crise. Et cette crise est due, forcément, à la hausse des cours des céréales dont les retombées ont été plus fortes dans les pays arabes où la rareté de l’eau, les zones désertiques et la pauvreté du peuple généralisée contrastent avec les revenus très élevés des secteurs privilégiés liés aux énormes ressources pétrolières.



Alors que les prix des aliments ont triplé, les fortunes immobilières et les trésors de la minorité aristocratique se chiffrent à des billions de dollars.



Le monde arabe, de culture et de religion musulmane, s’est en plus senti humilié par la mise en place, à feu et à sang, d’un État qui n’a respecté aucune des obligations élémentaires ayant présidé à sa création dans le cadre de l’ordre colonial qui existait à la fin de la Deuxième Guerre mondiale et qui permit aux puissances victorieuses de fonder l’ONU et d’imposer les règles du jeu régissant le commerce et l’économie mondiaux.



La trahison de Moubarak à Camp David a empêché l’existence de l’État arabe palestinien visé dans les accords de l’ONU de novembre 1947, si bien qu’Israël est devenu une forte puissance nucléaire alliée des États-Unis et de l’OTAN.



Le complexe militaro-industriel étasunien a livré des dizaines de milliards de dollars tous les ans à Israël et même aux États arabes que celui-ci soumettait et humiliait.



Le génie s’est échappé de la bouteille, et l’OTAN ne sait pas comment le contrôler.



Il va s’efforcer de tirer le plus gros profit des regrettables événements libyens. Nul n’est capable de savoir actuellement ce qu’il se passe dans ce pays. L’Empire a fait publier par ses médias toutes sortes de chiffres et de versions, jusqu’aux plus saugrenus, afin de semer le chaos et la désinformation.



De toute évidence, une guerre civile se déroule en Libye. Pourquoi et comment a-t-elle éclaté ? Qui en paiera les conséquences ? L’agence Reuters, se faisant l’écho d’une banque japonaise bien connue, la Nomura, a signalé que les cours du pétrole pourraient battre tous les records :



  •  

    « "Si la Libye et l’Algérie arrêtaient leur production pétrolière, les cours pourraient dépasser 220 dollars le baril, et l’OPEP verrait réduite sa capacité inutilisée à 2,1 millions de barils par jour, similaire aux niveaux de la guerre  du Golfe, et au record de 147 dollars le baril établi en 2008", a affirmé la banque dans une note. »

Qui pourrait payer des prix pareils? Quelles en seraient les conséquences en pleine crise alimentaire ?



Les principaux leaders de l’OTAN jubilent. Le Premier ministre britannique, David Cameron – selon ANSA – « …a admis dans un discours au Koweït que les pays occidentaux avaient fait erreur d’avoir soutenu des gouvernements non démocratiques dans le monde arabe. » Félicitons-le du moins pour sa franchise.



Son collègue français Nicolas Sarkozy a déclaré : « La poursuite de la répression brutale et sanglante contre la population civile libyenne est répugnante. »



Le ministre italien des affaires étrangères, Franco Frattini, a jugé « crédible » la quantité de mille morts à Tripoli, et a parlé de "chiffres tragiques" et de "bain de sang".



Selon Hillary Clinton, le « bain de sang » est « absolument inacceptable » et « doit cesser ».



Pour Ban Ki-moon, « le recours à la violence dans ce pays est absolument inacceptable… le Conseil de sécurité agira en accord avec les décisions de la communauté internationale… nous envisageons une série de variantes. »



En fait, ce qu’attend Ban Ki-moon, c’est qu’Obama dise le dernier mot.

Le président étasunien a parlé ce mercredi après-midi. Il a fait savoir que sa secrétaire d’Etat partirait en Europe afin de décider avec les alliés de l’OTAN des mesures à prendre. À le voir, on constatait qu’il ne voulait pas laisser filer l’occasion de se colleter avec le sénateur républicain d’extrême droite, John McCain, avec le sénateur pro-israélien du Connecticut, Joseph Lieberman, et avec les dirigeants du Tea Party, et de garantir son investiture par le Parti démocrate.



Les médias de l’Empire ont préparé le terrain en vue d’une action. Une intervention militaire en Libye n’aurait rien de surprenant, ce qui garantirait par ailleurs à l’Europe les presque deux millions de barils par jour de pétrole léger qu’elle importe, si des événements qui mettraient fin au leadership ou à la vie de Kadhafi n’intervenaient pas avant.



De toute façon, le rôle d’Obama est plutôt compliqué. Comment réagira le monde arabe et musulman si une telle équipée faisait couler à flot le sang libyen ? La vague révolutionnaire déclenchée en Égypte freinera-t-elle une intervention de l’OTAN en Libye ?



L’invasion de l’Iraq déclenchée par Bush sous de faux prétexte – mission remplie !  s’était-il exclamé – a coûté la vie à plus d’un million d’Arabes innocents.



Nul dans le monde n’acceptera jamais la mort de civils innocents, en Libye ou ailleurs. Je me demande : les États-Unis et l’OTAN appliqueront-ils un jour ce même principe aux civils désarmés que leurs drones et leurs soldats tuent tous les jours en Afghanistan et au Pakistan ?



C’est vraiment la danse macabre du cynisme !



Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Impérialisme
commenter cet article
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 02:07

fidel-(portada)-2Le plan de l’OTAN est d’occuper la Libye


Réflexion de Fidel du 21 février

 

Traduction ESTI pour Granma reprise par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Le pétrole est devenu la principale richesse aux mains des grandes transnationales yankees ; cette source de richesse leur a permis de disposer d’un instrument qui a accru considérablement leur pouvoir politique dans le monde. Quand elles décidèrent de liquider la Révolution cubaine qui venait de promulguer les premières lois justes et souveraines dans notre patrie, elles ont eu recours à une arme qu’elles jugeaient imparable : la priver de pétrole.

 

C’est sur cette source d’énergie que s’est développée la civilisation actuelle. Sur notre continent, le Venezuela a été le pays qui l’a payé le plus cher dans la mesure où les USA se sont emparés des gisements énormes dont la Nature a doté ce pays frère.


A la fin de la dernière guerre mondiale, des quantités toujours plus élevées de pétrole ont été extraites des gisements d’Iran, ainsi que de ceux d’Arabie saoudite, d’Irak et des pays arabes situés autour qui en devinrent les principaux fournisseurs. La consommation mondiale n’a cessé de s’élever pour atteindre le chiffre fabuleux d’environ quatre-vingts millions de barils par jour, y compris ceux qui sont extraits aux Etats-Unis, à quoi sont venus s’ajouter le gaz, l’énergie hydraulique et l’énergie nucléaire. Le charbon avait été jusqu’au début du XXe siècle la source d’énergie fondamentale qui permit le développement industriel, avant la production de milliards de véhicule automobiles et de moteurs consommant le carburant liquide.


Le gaspillage du pétrole et du gaz est associé à l’une des plus grandes tragédies, absolument pas solutionnées, que souffre l’humanité : les changements climatiques.


Quand notre Révolution a vu le jour, l’Algérie, la Libye et l’Egypte n’étaient pas encore productrices de pétrole, et une bonne partie des grosses réserves de l’Arabie saoudite, de l’Irak, de l’Iran et des Emirats arabes unis restaient encore à découvrir.


La Libye est devenue en décembre 1951 le premier pays africain à atteindre son indépendance après la Deuxième Guerre mondiale au cours de laquelle son territoire fut le théâtre de combats importants entre les troupes allemandes et celles du Royaume-Uni qui rendirent célèbres les généraux Erwin Rommel et Bernard L. Montgomery.


Le territoire de la Libye est désertique à 95%. La technologie a permis de découvrir d’importants gisements d’excellent pétrole léger – qui produisent aujourd’hui 1,8 million de barils par jour – et des gisements abondants de gaz naturel. Cette richesse a permis au pays d’avoir une espérance de vie de presque soixante-quinze ans et le revenu par habitant le plus élevé d’Afrique. Son rude désert est situé sur un énorme lac d’eau fossile, qui fait le triple de la surface de Cuba, ce qui lui a permis de construire un vaste réseau de conduites d’eau potable à travers tout le pays.


La Libye, qui comptait un million d’habitants à son indépendance, en a aujourd’hui un peu plus de six.


La Révolution libyenne a eu lieu en septembre 1969. Son principal dirigeant était Mouammar Kadhafi, un militaire d’origine bédouine, qui s’inspira dès sa première jeunesse des idées du leader égyptien Gamal Abdel Nasser. Nombre de ses décisions furent sans doute associées aux changements qui se produisirent quand, tout comme en Egypte, une monarchie faible et corrompue y fut renversée.


Les habitants de ce pays ont des traditions guerrières millénaires. On dit que les anciens Libyens firent partie de l’armée d’Annibal quand celui-ci faillit liquider l’ancienne Rome en traversant les Alpes.


On peut d’accord ou non avec Mouammar Kadhafi. Le monde est actuellement bombardé de nouvelles de toutes sortes, surtout produites par les médias. Il faudra attendre le temps nécessaire pour connaître vraiment ce qu’il a de vrai et de mensonges ou de semi-vérités dans ce qu’on nous dit de la situation chaotique en Libye. Ce qui est absolument évident à mes yeux, c’est que l’administration étasunienne se fiche bien de la paix en Libye et qu’elle n’hésitera pas à donner l’ordre à l’OTAN d’envahir ce riche pays, peut-être même dans quelques heures ou quelques jours.


Ceux qui, motivés par de perfides desseins, ont inventé, hier dimanche 20 février dans l’après-midi,  le mensonge selon lequel Mouammar Kadhafi se dirigeait au Venezuela, ont eu droit aujourd’hui à la digne réponse du ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Nicolas Maduro, qui a affirmé « souhaiter que le  peuple libyen trouve, dans l’exercice de sa souveraineté, un règlement pacifique à ses difficultés, de façon à préserver son intégrité et celle de sa nation, sans ingérence de l’impérialisme… »


Je n’imagine pas, quant à moi, que le dirigeant libyen puisse abandonner le pays et fuir les responsabilités qu’on lui impute, qu’elles soient fausses ou non en tout ou partie.


Toute personne honnête sera toujours opposée à n’importe quelle injustice commise contre n’importe quel peuple du monde. La pire serait maintenant de faire silence sur le crime que l’OTAN s’apprête à commettre contre le peuple libyen.


Pour les chefs de cette organisation belliciste, il y a urgence. Il faut le dénoncer !

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Impérialisme
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 00:59

persiangulfwarDéclaration commune de 34 partis communistes et ouvriers: vingt ans après la guerre du Golfe, l'importance de la lutte pour paix, contre l'exploitation et l'oppression capitalistes

 

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Vingt ans se sont écoulés depuis le début de la guerre du Golfe. Le 17 janvier 1991, les forces armées des États-Unis, de l'OTAN et leurs alliés ont déclenché – avec la ratification au Conseil de sécurité des Nations unies – leur première guerre de grande envergure au Proche-orient, en dépit d'une très large opposition à la guerre dans plusieurs pays. Inséparable des changements profonds et négatifs associés à la liquidation du Socialisme en Union soviétique et en Europe de l'Est, cette guerre a été le prélude à vingt années d'agressions, d'invasions et d'ingérences impérialistes à grande échelle.

 

Du Golfe à la Yougoslavie, de l'Afghanistan à l'Irak, au Liban et à la Palestine, l'impérialisme a tenté d'imposer sa domination dans chaque pays et dans le monde entier, cherchant à imposer son contrôle direct sur les principales ressources énergétiques mondiales, à annihiler les droits souverains des peuples et à soumettre la planète entière à l'exploitation et aux intérêts du grand capital. Cette offensive militariste et belliciste s'est développée de pair avec les attaques contre les droits sociaux, économiques et politiques des peuples et des travailleurs – même dans les centres de l'impérialisme – et a contribué à exacerber les contradictions entre puissances impérialistes.

 

Grâce à la résistance et à la lutte des peuples – d'abord et avant tout, celles des peuples qui ont été victimes d'agressions – l'offensive de l'impérialisme a rencontré des obstacles et a essuyé d'important revers. Mais les dangers pour la paix et les peuples n'ont pas disparu. Au contraire, la crise économique profonde du capitalisme, et l'incapacité des classes dirigeantes à la surmonter, mène – comme dans le passé – à une tentative de conserver leur pouvoir par la violence, l'autoritarisme, la guerre et l'offensive brutale contre les droits et les conditions de vie des travailleurs et des peuples.

 

Les menaces de guerre et d'agression sont manifestes dans les attaques contre les mouvements ouvriers et populaires qui luttent contre l'impérialisme, qualifiés d'« ennemi intérieur »; dans le récent sommet de l'OTAN et le nouveau concept stratégique de cette organisation impérialiste militariste et agressive – que le Traité de Lisbonne considère comme son bras armé renforçant ainsi le processus d'affirmation de l'Union européenne comme un bloc économique, politique et militaire impérialiste –; dans les menaces impérialistes constantes de guerre, de provocations et d'ingérences dans de nombreuses régions du globe; dans les dépenses croissantes pour des équipements militaires et de sécurité.

 

Les Partis signataires appellent les travailleurs et les peuples du monde entier à renforcer la lutte pour la paix et contre les plans de guerre et d'agression de l'impérialisme, à renforcer la lutte contre l'exploitation capitaliste et pour la défense de la souveraineté et des droits de tous les peuples du monde. Ils soulignent que la lutte pour la paix, la coopération et le progrès est un élément inséparable de la lutte pour le renversement du capitalisme et la construction du socialisme.

 

Ils expriment leur solidarité avec les peuples et les forces anti-impérialistes de libération nationale, révolutionnaires et progressistes qui luttent contre les agressions, ingérences et menaces de l'impérialisme. En particulier, ils expriment leur solidarité avec les communistes et autres forces anti-impérialistes du Proche-orient et en particulier avec le peuple Palestinien dans ssa lutte pour le droit à la constitution d'un État de Palestine indépendant dans les frontières d'avant 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.

 

Janvier 2011

 

Les partis signataires:

 

1 – Parti algérien pour la démocratie et le socialisme (PADS)

2 – Parti communiste du Bangladesh

3 – Parti communiste du Brésil

4 – Parti du travail de Belgique

5 – Nouveau parti communiste de Grande-Bretagne

6 – Parti communiste du Canada

7 – AKEL (Chypre)

8 – Parti communiste au Danemark

9 – Parti communiste de Finlande

10 – Parti communiste de Grèce

11 – Nouveau Parti communiste des Pays-Bas

12 – Parti communiste ouvrier Hongrois

13 – Parti communiste d'Inde (Marxiste)

14 – Parti communiste d'Irlande

15 – Parti des travailleurs d'Irlande

16 – Parti des communistes italiens

17 – Parti du travail de Corée

18 – Parti communiste libanais

19 – Parti communiste du Luxembourg

20 – Parti communiste du Mexique

21 – Parti communiste de Norvège

22 – Parti du peuple palestinien

23 – Parti communiste péruvien

24 – Parti communiste philippin (PKP-1930)

25 – Parti communiste portugais

26 – Parti communiste sud-africain

27 – Parti communiste de la Fédération de Russie

28 – Parti communiste ouvrier de Russie/Parti des communistes de Russie (RKRP-RPC)

29 – Parti communiste d'Espagne

30 – Parti des communistes de Catalogne

31 – Parti communiste des peuples d'Espagne

32 – Parti communiste de Turquie

33 – Parti communiste du Vénézuela

34 – Nouveau Parti communiste de Yougoslavie

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Impérialisme
commenter cet article
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 21:25

Die linkeLe PC Grec dénonce chez Die Linke et le PGE « un amour qui n'ose pas dire son nom »... ou leurs compromissions avec le système et les organisations impérialistes


Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



par Elisaios Vagenas, membre du Comité central du KKE et responsable du Département international du CC



Dans le numéro du 28 décembre de “Rizospastis”, organe du Comité central du PC Grec



Le scandale politique qui a éclaté autour des révélations de Wikileaks sur le Parti de « gauche » Allemand Die Linke, « figure de proue » du Parti de la gauche européenne (PGE), démontre une fois de plus la nature de certaines forces politiques, qui à fois opèrent dans le cadre du système et se mettent au service de sa gestion.



Comme cela vient d'être révélé, l'ambassadeur Américain en Allemagne a informé Washington, par télégramme, que dans une rencontre avec Gregor Gyzi, président du groupe parlementaire du parti allemand « Die linke », ce dernier a cherché à le rassurer par rapport à la revendication que son parti met en avant, la « dissolution de l'OTAN ». Gyzi aurait dit que serait dangereuse la revendication d'un retrait de l'Allemagne de l'OTAN, et non la revendication générale de sa « dissolution ». Il a ajouté qu'en tout cas cela ne pourrait avoir lieu, puisque la dissolution de cette organisation impérialiste devrait, pour être effective, nécessiter l'accord des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France, ce qui est tout à fait irréaliste.



Bien sûr, Gyzi prétend maintenant qu'il « ne se souvient plus » sa formulation exacte et la met sur le compte d'une erreur de traduction. La question a évidemment provoqué des frictions au sein de « Die linke ».



Même en acceptant l'idée que l'ambassadeur Américain ait déformé certains propos tenus par Gyzi, cela ne change rien au fond du problème! Dans le fond, « Die linke » est vaguement et dans des termes généraux en faveur de la « dissolution de l'OTAN », sans faire pression pour le retrait des pays-membres de cette organisation impérialiste. La formulation au 3ème Congrès du PGE, auquel Synapsismos participait pour la Grèce, était très similaire: « nous revendiquons la dissolution de l'OTAN et lançons un appel à un système de sécurité internationale basé sur la coopération en conformité avec le droit international et les principes d'un système des Nations unies réformé et démocratisé ».



Ce qui est rapporté ci-dessus confirme, de la façon la plus catégorique qui soit, l'analyse du Bureau politique du Comité Central du KKE, qui dans une déclaration récente sur la pseudo « nouvelle » OTAN, faisait remarquer entre autre que:« La revendication pour la dissolution de l'OTAN mise en avant par certaines forces opportunistes, sans être articulée à la lutte pour le désengagement de nos pays de l'OTAN, paraît plus un vœu pieux qu'un objectif de lutte pour le mouvement. »



Par ailleurs, il a été prouvé à quel point était correcte la position du KKE selon laquelle le PGE ne remet ni le système capitaliste ni les organisations impérialistes en question. La position du PGE par rapport à l'UE est bien connue, il s'est engagé à la servir dans sa Constitution et appelle maintenant à sa refondation, à son « épuration » des 'profiteurs' et du 'néo-libéralisme'. Dans le même temps, il a été prouvé combien étaient inoffensives les positions du PGE quant à l'organisation impérialiste qu'est l'OTAN – car sa revendication d'une « dissolution de l'OTAN » n'est pas articulée à un renforcement de la lutte anti-impérialiste pour le retrait de tous les pays-membres, en ce sens, elle désarçonne le mouvement populaire et « rassure » les impérialistes et le système.



Néanmoins, il semble que les forces opportunistes au sein du PGE nourrissent un « amour qui n'ose pas dire son nom » dans leur ligne de compromission avec le système et les organisations impérialistes que sont l'OTAN et l'UE. Le problème pour ces forces est que les peuples ne mâchent pas leurs mots quand ils voient qu'ils ont été trompés de la sorte...

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Impérialisme
commenter cet article