Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 15:03

hiroshima_nagasaki.jpgHiroshima, Nagasaki : 67 ans après, ne jamais laisser banaliser l’existence et la prolifération de l’arme nucléaire !



Déclaration de la section PCF Paris 15 reprise par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Il y a 67 ans, les autorités des Etats-Unis faisaient usage de la bombe nucléaire. En quelques secondes, les villes japonaises d’Hiroshima le 6 août 1945, puis de Nagasaki le 9 août, furent rayées de la carte de l’Humanité : 150.000 morts. A des kilomètres à la ronde, des femmes, des hommes et des enfants sont atrocement blessés. Ceux qui n’ont pas succombés ont porté et portent encore les séquelles horribles des brûlures et des radiations.



La commémoration annuelle de ces crimes ne saurait être réduite à un rituel. C’est un appel pressant à l’éradication de l’arme atomique sur toute la planète.



C’est un appel plus que jamais renouvelé,car depuis 1945, malgré l’horreur, les armes nucléaires sont de plus en plus nombreuses, de plus en plus puissantes, de plus en plus sophistiquées, présentes dans les arsenaux de plus en plus de pays.



C’est un appel à l’élimination de l’arme nucléaire dans tous les pays et non pas simplement un appel au rejet de son usage.Les théories hypocrites échafaudées par les puissances nucléaires ne sont pas acceptables, telles celle de la dissuasion ou celle de l’équilibre de la terreur. La seule assurance de ne pas utiliser la bombe atomique, c’est de ne pas en avoir.



En 1945, la « démocratie » américaine a prétendu utiliser la bombe pour accélérer la reddition d’un Japon exsangue. Elle ne cache plus qu’il s’agissait d’intimider l’URSS. Les puissances impérialistes peuvent toujours trouver de telles raisons pour engager le pire. Pourquoi dépensent également des dizaines de milliards de dollars par an pour élaborer des bombes nucléaires aux effets de plus en plus précis, adaptés à différents types de guerre, donc de plus en plus utilisables ?



On ne peut que s’inquiéter, avec les manifestants japonais, de la présence officielle cette année à la cérémonie de Hiroshima des ambassadeurs des Etats-Unis et de France, dont les Etats, chacun à leur niveau, continuent de développer leur programme militaire nucléaire.



L’anniversaire d’Hiroshima et Nagasaki est aussi un appel mondial à ce que chacun agisse dans son propre pays.



En France, un des premiers actes symboliques du président nouvellement élu a été de visiter un sous-marin lanceur « d’engin nucléaire » pour proclamer que sa politique antisociale d’austérité ne toucherait pas les 4 milliards (officiels) de crédits militaires nucléaires annuels.



Le consensus politique en faveur de l’armement nucléaire s’étend dans notre pays.Tous les principaux candidats à la présidentielles de Hollande et Sarkozy à Mélenchon et Le Pen se prononcent pour la poursuite de la bombe atomique en France.



Communistes, nous ne voulons ni d’armes nucléaires françaises aux ordres de l’OTAN, ni d’armes nucléaires françaises aux ordres de l’UE, ni d’armes nucléaires françaises aux ordres de l’impérialisme national.



Nous prenons position et militons pour le désarmement nucléaire unilatéral de la France, contribution à l’élimination de la bombe nucléaire dans le monde.



De Hiroshima et de Nagasaki parlons-en dans les écoles, dans les villes et les villages, dans les entreprises !



62 ans après l’Appel de Stockholm, la lutte pour « l'interdiction absolue de l'arme atomique, arme d'épouvante et d'extermination massive des populations » est malheureusement toujours d’actualité.

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Impérialisme
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 13:36

120729_coca_bol1.jpgUne civilisation sans Coca Cola est possible : la boisson emblématique de l’impérialisme exclue de Bolivie à compter du 21 décembre 2012 !





Article EDT pour http://vivelepcf.fr/ et pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/





Le ministre bolivien des affaires étrangères, David Choquehuanca, l’a rendu public le 13 juillet en présence du président Evo Morales. Le Coca Cola cessera d’être commercialisé en Bolivie à compter du 21 décembre 2012.



La date n’a pas été choisie au hasard. Ce solstice d’été (dans l’hémisphère sud) doit marquer, selon le calendrier traditionnel maya, la fin d’une civilisation et le début d’une autre.



A cette occasion, le président et le gouvernement boliviens ont prévu, à travers plusieurs manifestations, de marquer la fin de l’égoïsme, de la division, du capitalisme et le début de la « civilisation de la vie ».



La boisson capitaliste par excellence, le Coca cola, sera symboliquement abandonnée lors d’une grande fête en l’honneur de la « Mocochinche », boisson locale à base de pêche.



Au-delà de la symbolique politique purement bolivienne, cette décision a des fondements qui concernent tous les peuples du monde. Le distributeur de la multinationale n’a pas réussi à obtenir le renouvellement de sa licence pour des raisons objectives.



Les études se suivent démontrant les problèmes de santé publique que cause la consommation des boissons sucrées industrielles. En France, une taxe spéciale a été édictée au nom de ce fait.



La multinationale Coca-Cola, de même que ses concurrents, se conduit comme un prédateur économique en Bolivie comme ailleurs. La décision du gouvernement bolivien suit plusieurs avertissements restés sans suite. Depuis des années, Coca-Cola et son relais en Bolivie s’accaparent la production nationale de sucre pour revendre au prix cher leurs bouteilles et canettes grâce à leur position dominante sur les réseaux de distribution et à la publicité envahissante que l’on connaît. Les subventions sur le sucre ont d’autres objectifs que de nourrir les profits de Coca-Cola.



Il y a quelques années en France, un profond mouvement montait contre l’invasion de Mac-Donald.



Poursuivons, avec l’aide des initiatives de nos amis boliviens, l’offensive contre Mac-Do, Coca-cola, etc. à la fois multinationales capitalistes et véhicules idéologiques de l’impérialisme US/UE.



Le 21 décembre 2012, nous trinquerons à la Mocochinche !

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Impérialisme
commenter cet article
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 07:13

PeaceYesNatoNoLisbonflier-copie-1.jpgL'OTAN, menace pour la paix mondiale!



Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/





Dans une situation internationale marquée par l'aiguisement de la crise du capitalisme et par l'offensive impérialiste violente contre les acquis et les droits des travailleurs et des peuples, se tenait le 20 et le 21 mai à Chicago, aux États-Unis, le Sommet de l'OTAN.



Dans un contexte d'approfondissement de crise du capitalisme, l'impérialisme se lance dans une escalade militariste et interventionniste.



Après avoir réformé son concept stratégique en 2010, ce qui représente un nouveau et dangereux bond qualitatif dans son ambition interventionniste – qu'illustre l'agression contre la Libye – les États-Unis et l'OTAN, dont l'UE est le pilier européen, cherchent à étendre leurs zones d'influence, défendent la course aux armements et les dépenses militaires, l'investissement dans de nouvelles armes et leur réseau mondial de bases militaires.



L'impérialisme militarise les relations internationales, poursuit les occupations, lance des menaces d'agression, défend conspirations et manœuvres d'ingérence contre les pays de tous les continents par une course aux armements permanente, viole les accords internationaux de désarmement existants. Les principes de la Charte des Nations unies sont remis en cause, s'accentue l'instrumentalisation de l'ONU pour légitimer la violence impérialiste. Le processus de destruction du Droit international, produit de la défaite du nazisme et du fascisme lors de la Seconde guerre mondiale, ouvre les portes à la réalisation des desseins impérialistes, le contrôle des ressources et la domination de la planète sur le plan militaire et géo-stratégique.



L'OTAN comme principal instrument de l'impérialisme dans son objectif de domination mondiale, constitue une énorme menace pour la paix et la sécurité mondiales.



Mais, comme la réalité nous le démontre, la réaction par la force de l'impérialisme à la crise du capitalisme se trouve confrontée à la lutte progressiste et révolutionnaires des peuples qui, partout dans le monde, prennent en main la défense de leurs droits et de la souveraineté ainsi que de l'indépendance de leurs pays, résistant par les moyens les plus variés et mettant en échec la stratégie de domination impérialiste.



Réaffirmant leur engagement dans la lutte pour la paix, le droit de chaque peuple à décider librement de son destin, pour le progrès social et le Socialisme, les Partis communistes et ouvriers signataires de ce déclaration :



  • Exigent le retrait immédiat de tous les peuples étrangers d'Afghanistan, ainsi que de toutes les autres interventions impérialistes dans le monde ;

 

  • Rejettent l'escalade de guerre au Moyen-Orient, notamment contre la Syrie et l'Iran ;

 

  • Exigent la dissolution de l'OTAN et soutiennent le droit de chaque pays à décider de retirer leurs pays de cette alliance agressive ;

 

  • Rejettent l'installation du nouveau système anti-missiles des États-Unis et de l'OTAN en Europe et réclament la fin des bases militaires étrangères ;

 

  • Exigent la fin de la course aux armements, le désarmement nucléaire commençant par les plus grandes puissances nucléaires du monde – comme les États-Unis – et la complète destruction des armes chimiques et biologiques ;

 

  • Expriment leur solidarité avec les peuples qui résistent aux occupations, agressions et ingérences de l'impérialisme, notamment au Moyen-Orient, en Asie, en Amérique latine et en Afrique ;



Partis signataires de l'appel commun des Partis communistes et ouvriers :



1. Parti communiste Sud-africain
2. Parti communiste d'Argentine
3. Parti communiste d'Azerbaidjan
4. Parti communiste d'Australie
5. Parti du travail de Belgique
6. Parti communiste de Biélorussie
7. Parti communiste du Brésil
8. Parti communiste d'Espagne
9. Parti communiste des peuples d'Espagne
10. Parti communiste des Etats-unis
11. Parti communiste de Finlande
12. Parti communiste Français
13. Parti communiste unifié de Géorgie
14. Parti communiste de Grèce
15. Nouveau Parti communiste de Hollande
16. Parti du peuple d'Iran
17. Parti communiste d'Inde
18. Parti communiste d'Inde (Marxiste)
19. Parti communiste d'Irlande
20. Parti des travailleurs d'Irlande
21. Parti des communistes italiens
22. Parti communiste Libanais
23. Parti communiste Luxembourgeois
24. Parti communiste de Malte
25. Parti communiste du Mexique
26. Parti communiste Palestinen
27. Parti communiste Péruvien
28. Parti communiste de Pologne
29. Parti communiste Portugais
30. Parti communiste Britannique
31. Parti communiste de Bohême-Moravie
32. Parti communiste du Fédération de Russie
33. Parti communiste ouvrier Russie – Parti des communistes révolutionnaire
34. Parti communiste Syrien (unifié)
35. Parti communiste d'Ukraine

36. AKEL (Chypre)

37. Parti de la refondation communiste (Italie)

38. Parti communiste ouvrier Hongrois

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Impérialisme
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 08:06

nurses520x300Les déshérités américains parmi les premiers à participer à la « semaine de lutte contre l'OTAN » à Chicago

 

« Ils trouvent de l'argent pour leurs guerres et pas pour nous »



Article JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Aux États-Unis, dans le cœur même de l'organisation atlantiste, l'OTAN fait de moins en moins l'unanimité auprès des couches populaires et des classes moyennes américaines déclassées, touchées de plein fouet par la crise capitaliste, et par le deux poids deux mesures du gouvernement américain, tendre avec le big business, impitoyable avec les travailleurs.



La tenue du sommet de l'OTAN à Chicago ces 20 et 21 mai a été ébranlée par une « semaine d'actions contre l'OTAN », relayée à leur échelle notamment par les communistes américains, remettant en cause l'implication des États-Unis dans cette organisation, et surtout les sommes gaspillées dans des guerres impérialistes à travers le monde.



Les premiers à exprimer leur colère sont les habitants même de Chicago, en particulier ceux des quartiers déshérités, noirs ou latino-américains, qui voient des sommes colossales dépensées pour le sommet, tandis que les infrastructures de leur quartier tombent en ruines.



Nombre d'habitants et d'animateurs sociaux des quartiers populaires de Chicago se sont joints à la protestation générale contre le sommet coordonnée par les mouvements locaux « Grassroot collaborative » et « Occupy Chicago », inspirés par les mouvements de base lancés aux États-Unis depuis plus d'un an.



36 millions pour l'organisation du sommet, rien pour les quartiers de Chicago



Parmi eux, Victor Rodriguez a accueilli les journalistes dans le quartier latino de La Villita, dans son club de boxe qu'il tient à bout de bras et maintient hors des gangs une centaine de jeunes : « 2% des 90 000 habitants du quartier sont impliqués dans des gangs » dit-il, « mais ça suffit pour me dire que la salle de sport fait une différence pour nombre de ces enfants, entre ceux que l'on retire de la rue et ceux qui y restent, et le paient de leur vie bien souvent ».



Quel rapport avec l'OTAN ? « 60% de nos taxes fédérales vont à l'armée », a expliqué Rodriguez. « Dans le seul comté de Cook [district administratif regroupant l'essentiel des habitants de Chicago], 9,8 milliards de $ iront pour financer l'armée et les guerres. C'est beaucoup d'argent qui pourrait être dépensé pour la jeunesse, à traiter la question de la violence et des bandes armées dans nos quartiers ».



Victor Rodriguez dénonce le scandale d'un sommet qui coûtera 36 millions de $, et si le maire de la ville Emmanuel Rahm a pu se vanter que la ville n'ait pas eu à dépenser un sou, la cérémonie étant au frais du Comité des entreprises de Chicago, les activistes sociaux de la ville rappellent que ce sont bien les habitants modestes de Chicago qui paient la facture du sommet :



« Les enfants Afro-américains et latino-américains meurent de ce manque d'emplois et d'investissements dans leurs quartiers, de la saisie de leurs maisons qui deviennent des paradis pour l'usage de drogues et les crimes sexuels, des écoles sont fermées et nous devrions être heureux que de grandes entreprises aient mobilisé plusieurs dizaines de millions de dollars pour des fêtes-caviar. Ces soi-disant généreuses entreprises ont piqué l'argent des contribuables, de là où il devrait aller », rappelle Amisha Patel, membre de la direction de « Grassroot collaborative ».



Il faut rappeler que les grandes entreprises de Chicago se sont gavés d'argent public selon les chiffres officiels : 31 millions de $ pour United Airlines, 24 millions pour Boeing, et 10 millions pour le Chicago Mercantile Exchange.



3 millions d'expulsions aux Etats-unis en 2011, où est le 'droit de l'homme' au logement ?



Parmi les grandes manifestations de la semaine précédant le sommet, celle des dépossédés, des expulsés victimes de la crise immobilière aux États-Unis.



Une centaine d'entre eux ont manifesté devant les locaux de la Citibank et le siège du shérif du comté pour exiger l'ouverture d'un moratoire sur les expulsions dont le shérif a dû accepter qu'il soit public sous la pression des manifestants.



Les manifestants ont dénoncé le fait que 3 millions de propriétaires américains de milieux modestes ont été dépossédés par les banques de leur logement en 2011, en empilant leurs meubles devant l'entrée du siège de la Citibank.



« 100 000 propriétés sont désormais laissées à l'abandon à Chicago, et cela n'a aucun sens d'expulser encore des gens », a déclaré Loren Taylor, de la Camapgne anti-éviction. « Le logement est un droit de l'Homme ».



Interrogé sur la raison pour laquelle il organisait une telle initiative durant la semaine du sommet de l'OTAN, l'activiste local Micah Philbrook d'Occupy Chicago a répondu:« L'OTAN est une organisation pour laquelle on a dépensé beaucoup de l'argent des contribuables. Les Etats-Unis ont dépensé plus de 800 millions de $ pour l'OTAN, et nous pensons que cet argent pourrait mieux être dépensé dans nos quartiers, en permettant aux gens de rester chez eux, par exemple."



Les manifestants continuent jusqu'à celle de dimanche. Enseignants, vétérans de la guerre, fonctionnaires de l'Etat de l'Illinois, tous ont répondu à l'appel lancé par les organisations de base contre le sommet de l'OTAN.



A titre d'exemple, le Syndicat national des infirmières est parvenu à mobiliser à lui seul entre 5 et 10 000 infirmières ce samedi à Chicago pour demander une couverture médicale universelle, la défense d'une santé publique de qualité financés d'une part par la fin des guerres américaines dans le monde ainsi tout simplement que par la taxation de Wall Street.



A Chicago, comme partout ailleurs dans le monde, la lutte contre l'OTAN est une cause de plus en plus unanimement partagée.





Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Impérialisme
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 05:41

nicolas-sarkozy-david-cameron-et-mustafa-abdul-jalil-le-cheUne ONG américaine épingle les pseudo-démocrates du CNT Libyen, soutenus par l'OTAN, pour usage répété de la torture et de l'esclavage sur ses détenus


Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Un organisme américain de protection des droits de l'Homme a appelé le nouveau régime Libyen à mettre fin aux rafles orchestrées par ses partisans envers les forces d'opposition, exposées à la pratique de la torture et de l'esclavage.

 

 

Human Rights Watch(HRW) a annoncé vendredi dernier que des miliciens fidèles au Conseil national de transition, soutenu par l'OTAN, ont enfermé des milliers de personnes soupçonnées de soutenir l'ancien leader Muhammar Kaddafi, y compris des femmes et des enfants – et aucun n'a été traduit devant un juge.

 

 

L'organisme a déclaré que certains détenus avaient fait état de bastonnades et de chocs électriques qu'ils pouvaient prouver par les cicatrices dont leur corps est couvert.

 

 

Les activistes d'HRW ont visité 20 camps de détention à Tripoli et interrogé 53 prisonniers, dont 37 citoyens Libyens et 16 Africains sub-sahariens.

 

 

Les enquêteurs ont découvert que les hommes armés, rangés du côté du CNT, ont forcé certains Libyens et immigrés de couleur à réaliser du travail manuel, y compris à porter du matériel lourd, à nettoyer et à rénover des bâtiments autour de Tripoli ou au sein des bases militaires.

 

 

Les détenus qui ont dénoncé ces mauvais traitements ont affirmé que les gardes les battaient, parfois quotidiennement.

 

 

Le HRW n'a pas communiqué le nom des détenus et des installations en question par peur des représailles contre les détenus interrogés.





Un homme d'Afrique sub-saharienne, identifié seulement sous le nom de Mohammed, a fondu en larmes lorsqu'il a montré aux enquêteurs de HRW les marques sur ses bras et son cou des coups infligés par les gardes d'un petit camp de détention.





Et sept prisonniers dans deux camps, y compris des femmes, ont déclaré que des gardes les ont soumis à des chocs électriques.





Le directeur régional d'HRW, Joe Stork, a déclaré : « Après tout, les Libyens ont souffert dans les prisons de Muhammar Kaddafi, il est triste de voir que les nouvelles autorités soumettent désormais les détenus à des arrestations arbitraires et aux bastonnades ».





Le CNT a du mal à former un nouveau gouvernement au milieu des querelles autour des postes gouvernementaux et de la résistance acharnée à sa domination dans plusieurs villes.


 

Article publié initialement par le Morning Star, quotidien du Parti communiste de Grande-Bretagne

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Impérialisme
commenter cet article