Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 06:52

carlos-latuff-smells-like-foreign-intervention-libya-march-Déclaration commune de 60 partis communistes et ouvriers contre l’agression impérialiste en Libye

 

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Les assassins impérialistes menés par les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et l’OTAN dans son ensemble, et cela avec le consentement de l’ONU, ont lancé une nouvelle guerre impérialiste. Cette fois en Libye.


Leurs prétextes prétendument humanitaires sont tout à fait mensongers ! Ils jettent de la poudre aux yeux des peuples ! Leur véritable objectif, ce sont les hydrocarbures en Libye.

 

Nous, partis communistes et ouvriers, condamnons l’intervention militaire impérialiste. Le peuple de Libye doit déterminer lui-même son avenir, sans interventions impérialistes étrangères.

 

Nous appelons les peuples à réagir et à exiger l’arrêt immédiat des bombardements et de l’intervention impérialiste !

 

  1. Parti algérien pour la démocratie et le socialisme, PADS
  2. Parti communiste d’Arménie
  3. Parti communiste d'Australie
  4. Parti communiste d’Azerbaidjan
  5. Parti communiste du Bangladesh
  6. Parti du travail du Bangladesh
  7. Parti du travail de Belgique
  8. Parti communiste de Biélorussie
  9. Parti communiste brésilien
  10. Parti communiste du Brésil
  11. Parti communiste de Grande-Bretagne
  12. Nouveau parti communiste de Grande-Bretagne
  13. Party des communistes bulgares
  14. Parti communiste du Canada
  15. Parti communiste du Chili
  16. Parti ouvrier socialiste de Croatie
  17. Parti communiste de Bohême-Moravie
  18. Parti communiste de Danemark
  19. Parti communiste au Danemark
  20. Parti communiste d'Estonie
  21. Parti communiste de Finlande
  22. Parti communiste unifié de Géorgie
  23. Parti communiste allemand
  24. Parti ouvrier communiste Hongrois
  25. Parti communiste de Grèce
  26. Parti communiste d’Inde
  27. Parti communiste d’Inde [Marxiste]
  28. Parti Tudeh d'Iran
  29. Parti communiste d’Irlande
  30. Parti du travail d'Irlande
  31. Parti des communistes italiens
  32. Parti de la refondation communiste (Italie)
  33. Parti communiste du Kazakhstan
  34. Parti socialiste de Lettonie
  35. Parti communiste libanais
  36. Parti communiste du Luxembourg
  37. Parti communiste de Malte
  38. Parti communiste du Mexique
  39. Parti populaire socialiste du Mexique
  40. Nouveau parti communiste des Pays-Bas 
  41. Parti communiste de Norvège
  42. Parti communiste du Pakistan
  43. Parti communiste de Pologne
  44. Parti communiste du Portugal
  45. Parti communiste de la Fédération de Russie
  46. Parti communiste ouvrier de Russie – Parti des communistes révolutionnaires
  47. UCP- CPSU
  48. Parti communiste d’Union soviétique
  49. Nouveau parti communiste de Yougoslavie
  50. Parti des communistes de Serbie
  51. Parti communiste de Slovaquie
  52. Parti communiste des peuples d’Espagne
  53. Parti communiste du Sri-Lanka
  54. Parti communiste syrien
  55. Parti communiste de Suède
  56. Parti communiste de Turquie
  57. Parti du travail de Turquie
  58. Parti communiste d’Ukraine
  59. Union des communistes d'Ukraine
  60. Parti communiste du Vénézuela
Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Impérialisme
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 20:23

KPRF_logo_color.jpgLa résolution de l’ONU contre la Libye est contraire aux intérêts de la Russie

 

Déclaration de G. Ziouganov, président du Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF)

 

Traduction AC (à partir de la traduction de l’italien de Mauro Gemma) pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Le 18 mars, le Conseil de sécurité de l’ONU, sur initiative des Etats-unis, de la France, de la Grande-Bretagne et du Liban a approuvé la résolution 1973 qui oblige les troupes gouvernementales Libyennes et l’opposition à cesser immédiatement le feu. Le document formulé de façon ambiguë a obtenu dix voix pour (neuf étaient nécessaires).


La Russie, la Chine, l’Inde et l’Allemagne se sont abstenues. La liste même de ces pays, dont la population représente la majorité des habitants de la planète, laisse aux promoteurs de la résolution la possibilité de parler au nom de toute la communauté mondiale.


La résolution exclut une intervention militaire directe en Libye. Mais elle n’empêche pas que l’on puisse lui infliger des coupes. A partir de maintenant, l’espace aérien de la Libye sera considéré comme fermé. Mais dans la résolution, il n’y a pas de réponses concrètes et absolument légales par rapport à la façon dont sera mise en place la zone d’exclusion aérienne, quelles seront les règles et les limites de l’usage de la force.


Toutefois, la France et l’Angleterre ont déjà déclaré leur prédisposition à bombarder la Libye, ce qui signifie le début de la guerre de l’OTAN contre un autre Etat souverain. Le gouvernement de la Libye a annoncé qu’il fera appel de la décision. Le danger de guerre pourraît impliquer l’ensemble de la Méditerrannée méridionale.


A Tripoli, le document a été considéré comme une menace à l’unité du pays. Il semble que l’Occident cherche, par le biais du Conseil de sécurité de l’ONU, de mettre en œuvre le plan qu’il cultive depuis longtemps : provoquer un « changement de régime » en Libye, installer à la place de l’actuel gouvernement légal ses vassaux, diviser le pays.


C’est le modèle classique de la politique coloniale du « diviser et régner ». Car nous savons tous que justement la Libye aspire à l’unité des pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, pour résister au néo-colonialisme et à la mondialisation à l’américaine.


Au cours de la votation, ont été constatées des violations sans précédents de la procédure établie. Dans le projet de document covenu juste avant le vote ont été introduits des amendements qui ont créé une sorte de subterfuge pour une intervention terrestre de grande envergure. On fournit ainsi les bases de l’arbitraire de l’Amérique et de ses alliés.


Il est déplorable que la Russie n’ait pas utilisé le droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU, pour empêcher l’adoption du document, qui aggravera considérablement la situation en Afrique du nord, laissant les mains libres à l’OTAN pour la prochaine opération punitive, qui menace sérieusement les intérêts stratégiques de la Russie dans cette région.


De cette façon, la Russie se transforme en partenaire des opérations pour la création du « Grand Moyen-Orient », contrôlées par l’Amérique. C’est la poursuite de la dangereuse politique qui a mené au bombardement des villes pacifiques de Yougoslavie, à l’intervention sanguinaire en Irak et à l’émergence en Afghanistan comme centre du narco-trafic mondial sous l’égide des Etats-unis.


Il est nécessaire de prendre en considération également le fait que, dans les derniers jours, la pression s’est considérablement intensifié sur la Syrie, allié fiable de la Russie au Moyen-Orient. Les Etats-unis et l’Union européenne cherchent à déstabiliser la situation dans ce pays. Il est clair que les mesures légales du gouvernement de Syrie pour éviter que les désordres provoqués par l’extérieur mènent à des tentatives de chantage similaires à celles exercées sur la Libye.


De cette façon, le vote sans convictions et myope de la Fédération de Russie au Conseil de sécurité de l’ONU sur la résolution anti-libyenne crée un très dangereux précédent, qui menace la paix et la stabilité au Moyen-Orient, les intérêts à long terme de notre pays.


Le KPRF demande au gouvernement de la Fédération russe d’interrompre cette politique de concessions à l’Occident et de soutenir celle de la défense des intérêts nationaux de la Russie

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Impérialisme
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 14:36

Flag-Pins-Libya-AlgeriaAprès la décision du Conseil de Sécurité..

 

 

L'agression militaire impérialiste contre la Libye est le début d'une guerre permanente contre les peuples insoumis de la région

 

Solidarité avec les forces démocratiques progressistes anti-impérialistes libyennes dans leurs luttes contre le despotisme et les ingérences étrangères!

 

 

Déclaration du Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme (PADS) reprise par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

 

 

Le Conseil de Sécurité de l'ONU a donné son feu vert au déclenchement de la guerre contre la Libye. La résolution portant autorisation d'intervenir militairement dans ce pays au prétexte mensonger et hypocrite de protéger les populations civiles contre les attaques du régime d'El Kaddafi constitue une grave menace pour la souveraineté de tous les peuples de la région et leurs luttes pour une démocratie véritable de progrès. Cette résolution porte aussi en elle des dangers pour la paix et l'intégrité territoriale des nations africaines.

 

Les grandes puissances impérialistes, et les anciens Etats colonisateurs de l'Afrique qui ont fait adopter cette résolution s'étaient lancés dans les préparatifs pour bombarder la Libye et détruire ses infrastructures sans attendre les résultats des délibérations de l'ONU. Elles n'ont pas perdu une minute pour commencer à exécuter leurs plans criminels. Des missiles sophistiqués et des avions de la coalition impérialiste sont en train de dévaster la Libye. La coalition ne se contente pas d'imposer la zone d'exclusion aérienne décidée par le Conseil de Sécurité. Elle s'attaque à tout le potentiel militaire libyen, y compris terrestre. Elle se prépare même à neutraliser ou détruire les infrastructures civiles, comme le réseau électrique, rééditant ce qu'elle avait fait en 1999 en Serbie et n'hésitant pas à provoquer de la sorte la mort de milliers de citoyens qui seront privés de structures de santé et d'eau potable, comme en Irak. Elle veut mettre ainsi à genoux la population et toutes les forces patriotiques qui refusent son diktat. En fait elle s'emploie méthodiquement à briser toute résistance avant de se ruer avec ses troupes ou sous couvert de mercenaires vers les champs pétroliers et gaziers de ce pays. C'est avec des procédés similaires, reposant sur des déclarations hypocrites et de gros mensonges médiatiques, que les USA avaient préparé l'opinion à l'occupation de l'Irak en 2003.

 

En réalité, cette coalition impérialiste ne s'intéresse nullement à la conquête des libertés démocratiques en Libye ou dans quelque autre pays dans le monde. Afin de réaliser ses plans néo-colonialistes, la coalition impérialiste criminelle a transformé Kaddafi en repoussoir après avoir collaboré avec lui dans la surveillance des mouvements des habitants de la région pour empêcher l'immigration vers l'Europe et dans le montage de manoeuvres communes contre les peuples, comme son projet de création d'un Etat targui menaçant directement l'unité territoriale des nations de la région. Le régime libyen a fait concession sur concession aux puissances impérialistes depuis 2003 en contre-partie de la levée du blocus économque. L'économie libyenne est passée sous le contrôle des multinationales et d'une bourgeoisie compradore antinationale. Encouragées par la coupure que ces changements économiques réactionnaires ont provoquée entre la grande masse du peuple et le régime, les puissances impérialistes en exigent beaucoup plus. Ce n'est pas contre la personne de Kaddafi que cette armada militaire des USA, de la Grande-Bretagne et de la France s'est mise en route. Sa guerre a pour but d'installer des marionnettes à sa solde et spolier le peuple libyen de ses richesses pétrolières. Avec cette nouvelle guerre, les rapaces impérialistes américains, anglais et français étalent au grand jour leur volonté de faire main basse sur les richesses de la Libye.

 

La résolution du Conseil de Sécurité de l'ONU confirme la transformation de cette instance en instrument de partage du monde en zones d'influence entre les puissances impérialistes et d'accaparement des richesses des peuples dépendants et dominés économiquement. Les puissances impérialistes accentuent leur offensive pour mettre au pas les peuples et les régimes insoumis. Elles allument le feu au sein des Etats qui échappent à leur contrôle puis se présentent comme les pompiers qui cherchent à l'éteindre sous couvert d'une légitimité internationale à leur convenance. Outrepassant grossièrement les prérogatives de l'ONU, le Conseil de Sécurité s'arroge depuis quelques mois, avec l'affaire ivoirienne, le droit d'intervenir dans les conflits internes des peuples et de leur dicter les règles de conduite écrites par l'impérialisme. 

 

L'argument de la défense de la démocratie pour justifier l'intervention militaire en Libye est d'une hypocrisie inouïe. Les puissances impérialistes ont associé à "l'inauguration" de leur nouvelle guerre les pantins de la Ligue arabe pour tromper l'opinion en lui faisant croire que les peuples arabes eux-mêmes approuvent leur aventure belliciste. Les régimes arabes qui ont donné leur onction à cette guerre sont les plus despotiques au monde. Ce sont des régimes monarchiques-théocratiques rétrogrades ou des valets de l'impérialisme comme les chefs auto-proclamés de la Tunisie et de l'Egypte installés " à titre transitoire" avec le consentement des USA. L'Arabie saoudite qui a voté la résolution de la Ligue arabe a envahi Bahreïn avec 10000 soldats et des chars en nombre pour écraser la révolte populaire et maintenir par la force une monarchie décadente inféodée à l'impérialisme. Mais le Conseil de Sécurité et les puissances impérialiste pleines de "sympathie" pour les "révolutions arabes" font semblant de ne rien voir! Hillary Clinton trouve légitime l'appel de cette monarchie aux forces saoudiennes pour écraser sous ses chars le soulèvement du peuple!

 

Les oligarchies financières impérialistes assoiffées de surprofits cherchent une solution à la crise mondiale de leur système capitaliste en reprenant possession des gisements de pétrole et de gaz nationalisés à l'époque où grâce à l'existence d'un puissant camp socialiste le rapport des forces était plus favorable aux peuples secouant la domination impérialiste. En escomptant reprendre possession de ces sources d'énergie les grandes puissance impérialistes veulent dicter leur volonté à l'ensemble de la planète, y compris à leurs propres peuples, à faire plier les nations dépourvues de ces ressources.

 

L'Algérie est visée. La chute de l'Etat libyen se traduira inévitablement par l'installation de supplétifs à la botte de forces néo-colonialistes revanchardes à quelques dizaines de kilomètres de ses principaux champs pétroliers de Hassi Messaoud.

 

Cette guerre est un avertissement et un signal chargés de lourdes menaces que les oligarchies impérialistes envoient à tous les peuples d'Afrique et d'Amérique latine pour les obliger à accepter de se laisser déposséder de leurs richesses naturelles, sous peine d'être réduits en cendre sous une pluie de tomahawks. Ces gangs internationaux sont décidés à recourir à tous les moyens et à exploiter tous les prétextes, sans hésiter à les fabriquer de toutes pièces à l'aide de leurs puissants médias de propagande et d'intox, pour repartager l'Afrique dans un nouveau congrès de Berlin siégeant au Conseil de Sécurité.

 

 

Ceux qui, en Algérie, applaudissent à cette agression ou contribuent à répandre les mensonges sur le soi-disant objectif de protéger la population en lutte pour la démocratie, ou bien n'ont pas compris les véritables enjeux, ou bien sont des complices conscients des puissances impérialistes dont ils espèrent obtenir récompenses et miettes aux dépens des intérêts vitaux du peuple algérien. La perte de leurs ressources pétrolières n'apportera aux peuples de la région que misère, régression et barbarie.

 

Jamais les puissances impérialistes n'ont apporté la liberté et le progrès social à un peuple en lutte pour les libertés démocratiques et l'indépendance nationale. Un peuple qui attend sa liberté de l'intervention des puissances impérialistes ne peut être libre.

 

Les forces démocratiques anti-impérialistes de la région doivent renforcer leurs liaisons avec les masses populaires et leur solidarité internationale pour mettre en échec les plans impérialistes de recolonisation tout en se battant pour des changements démocratiques révolutionnaires dans leurs pays sans ingérence impérialiste.

 

Non à cette agression!

 

Non aux ingérences des puissances impérialistes!

 

La lutte pour la démocratie en Libye est l'affaire du peuple libyen!

 

Solidarité avec les forces démocratiques progressistes anti-impérialistes libyennes dans leurs luttes contre le despotisme et contre les ingérences étrangères!

 

Front contre les manœuvres des impérialistes et de leurs alliés internes!

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Impérialisme
commenter cet article
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 14:06

libia7« Mobilisons-nous contre la guerre de l’OTAN en Libye »,

 

par Andrea Catone, directeur de la revue L’Ernesto


 

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/


 

A 12 ans d’intervalle de la « guerre humanitaire » de l’OTAN qui, à partir du 24 mars 1999, a bombardé la Serbie durant tout le printemps pour la ramener, comme l’a déclaré le général Wesley Clark, un demi-siècle en arrière, les puissances impérialistes font de même avec la Libye, cent ans après l’invasion italienne. C’est une question de jours, si ce n’est d’heures.


Sous prétexte de sauver les populations civiles, et avec le blanc-seing d’une résolution du conseil de sécurité de l’ONU (10 pour, 5 abstentions : Brésil, Chine, Russie, Inde, Allemagne), on fait chauffer les moteurs des avions de chasse Tornado. En première ligne, cette fois, se trouvent la France, l’Angleterre et les Etats-unis, avec Hillary Clinton prête à égaler et à dépasser l’entreprise de son époux qui a bombardé la Serbie, soutenu par la dame de fer Madeleine Albright.


Comme alors, en 1999, s’est aussi mise en route la machine infernale des mensonges médiatiques et de la diabolisation du « dictateur » du moment pour justifier l’agression militaire contre un pays riche en pétrole et porte vers l’Afrique centrale (le continent où depuis longtemps les grandes puissances s’entendent pour une répartition néo-coloniale). Les mêmes qui prônent l’ urgence, qu’il est impossible de remettre au lendemain, de la guerre humanitaire contre la Libye, n’ont même pas levé la voix ni pour déplorer la violence d’Israël qui s’est abattue en décembre 2008/janvier 2009 sur la population de Gaza, prison à ciel ouvert pour les palestiniens, et qui a causé des milliers de victimes ; et ne se préoccupent pas non plus de la violence meurtrière des gouvernements du Bahreïn ou du Yémen, où l’Arabie saoudite (un Etat qui porte le nom d’une dynastie !) intervient avec ses troupes contre les manifestants. Ce sont ces mêmes pétro-monarchies – des Emirats à l’Arabie – main dans la main avec les Etats-unis qui envoient des armes et des troupes aux insurgés contre Khadafi. Lesquels – quelque soit leur conscience subjective (parmi eux nous trouvons des anciens ministres et des hauts fonctionnaires de la Jamahiriya) – sont l’instrument dont se servent les forces impérialistes pour mettre la main sur le pays, non seulement pour ses importantes ressources énergétiques, mais pour sa position géographique stratégique pour la Méditerranée et pour l’Afrique.


Dans les conditions concrètes de la Libye, l’imposition d’une « zone d’exclusion aérienne » implique un bombardement militaire de grande ampleur. Comme s’y accordent de nombreux experts, la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne en Libye devrait commencer par une attaque, « en ce sens – explique l’ancien chef d’Etat-major de l’Aéronautique Leonardo Tricarico – qu’il faut neutraliser les moyens anti-aériens ennemis, c’est-à-dire détruire les radars et les postes de missiles. Nous, cette capacité dite SEAD, c’est-à-dire ‘suppression des défenses aériennes ennemies’, nous l’avons et elle est constituée par les chasseurs Tornado ; nous l’avons fait au Kosovo avec les allemands et en trois jours, plus un avion serbe ne volait ».


L’Italie pourra mettre à disposition ces moyens aériens, éventuellement avec les chasseurs F-16 et Eurofighter, idoines pour la patrouille et la surveillance, en plus des avions Av8, dont est équipé le porte-avion Cavour. A été pris pour acquis la mise à disposition des bases aériennes, en particulier celles du centre-sud, tant pour le redéploiement des avions des autres Pays que pour l’assistance logistique. Les avions-radar Awacs, par exemple, pourraient être disposés à Trapan, qui est équipée spécialement pour ce type d’aéronefs, mais toutes les bases sont adaptées pour accueillir des chasseurs : de Grazzanise à Gioia del Colle. On pourrait avoir recours, en cas de nécessité, même à Lampedusa ou Pantelleria. Il y a ensuite une autre capacité fondamentale, rappelle encore le général Tricarico, « qui a à voir avec les renseignements et dont l’Italie est dotée : il s’agit de la constellation de satellites Cosmo-Skymed qui est complètement opérationnelle et qui enregistre des performances supérieures à celles de tout autre système existant. Grâce à ces satellites, on peut avoir une représentation photographique régulière avec une très haute définition, ce qu’il a de mieux aujourd’hui sur le marché. » A ces fins, peuvent être également utilisés les avions sans pilote (drones) ‘Predator’, qui dont dotés d’une grande autonomie et qui pourraient être pilotés depuis leur base de Amendola, dans les Pouilles.


L’Italie – les régions méridionales en particulier – est directement impliquée. Le gouvernement met à disposition hommes et moyens, systèmes radar et bases militaires. Le ministre de la guerre Larussa, se rappelle au souvenir de « Tripoli, belle terre d’amour.. Tripoli sera italienne au son du canon ! » et met à disposition sept bases militaires « sans aucune limite restrictive à l’interventio ». Il s’agit d’Amendola, Gioia del Colle, Sigonella, Aviano, Trapani, Decimomannu et Pantelleria: certaines, dit ancore La Russa, ont déjà êté demandées par les anglais et les américains. « Nous avons une forte capacité de neutraliser les radars d’hypothétiques adversaires, et nous pourrions être à l’initiative de cela : nous pouvons intervenir de toutes les façons possibles ». (La Repubblica)


Sauf quelques défections d’un côté et de l’autre (Ligue du Nord et Italie des Valeurs), tout le parlement, gouvernement et opposition « démocrate », se coiffe du casque de guerre.


Bersani, secrétaire du Parti démocrate, en remet une couche : après avoir presque corrigé l’ONU pour avoir retardé de quelques jours la décision, il déclare que lui et son parti sont « prêts à soutenir le rôle actif de l’Italie. Le gouvernement connaît notre disponibilité, nous demandons seulement qu’en ces heures, il n’y ait pas de déclarations improvisées et contradictoires. Il faut parler avec les autres pays disponibles et avec l’OTAN. Que personne ne fasse le stratège, cela est grave ».


Le président Napolitano n’est pas en reste, lui qui devrait défendre la Constitution (article 11 : L'Italie répudie la guerre comme instrument d'offense à la liberté des autres peuples et comme moyen de résolution des controverses internationales; consent, en condition de parité avec les autres États, aux limitations de souveraineté nécessaires pour des règles qui assurent la paix et la justice entre les Nations; promeut et soutient les organisations internationales tendant vers ce but). Dans son intervention au Théâtre Regio de Turin dans le cadre des célébrations du 150ème anniversaire de l’Unité de l’Italie – occasion solennelle – il a dit : « Dans les prochaines heures, l’Italie devra prendre des décisions difficiles, qui l’engageront sur la situation qui s’est créée en Libye. Mais si nous pensons à ce qu’a été le Risorgimento, comme grand mouvement libéral et libérateur, nous ne pouvons pas rester indifférents à la répression systématique des libertés fondamentales et des droits de l’Homme dans quelque pays que ce soit. Nous ne poubons pas laisser être détruites, piétinées, les espérances qui sont nées d’un Risorgimento également dans le monde arabe, une chose décisive pour l’avenir du monde… J’espère que les décisions à prendre seront donc entourées du consensus maximal et de la conscience des valeurs que l’Italie unie incarne et que nous devons préserver partout ».


En 1911 un demi-siècle s’était écoulé… le Risorgimento est entré dans la danse pour la guerre en Libye, avec la rhétorique pascolienne de la « grande prolétaire qui s’est mise en branle ». Aujourd’hui on fait de l’interventionnisme – ou mieux, l’impérialisme – démocratique et la « guerre humanitaire »…


Personne ne mentionne la seule proposition internationale sérieuse, celle du président vénézuélien Chavez et des pays progressistes latino-américains, pour une médiation entre les parties en conflit. La paix ne va pas aux puissances qui, en concurrence entre elles, veulent reprendre « leur place au soleil ». Cette guerre interne à la Libye a été nourrie par les puissances qui disent aujourd’hui vouloir apporter la paix et la démocratie : aux insurgés de Benghazi arrivent armes et équipement, et des conseillers militaires des puissances occidentales. On alimente la guerre civile pour justifier l’agression extérieure. Vieille histoire…


Contre la participation à la guerre en Libye se sont exprimés le secrétaire du PdCI, Oliviero Diliberto, et celui du PRC, Paolo Ferrero.

Commencent à se mobiliser dans diverses villes les réseaux militants contre la guerre.

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Impérialisme
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 23:33

2011-02-23kadhafi-sarkozy-poignee-main 0-200x300Non à toute intervention militaire française en Libye!


 

Article publié initialement par la section de Paris 15ème du PCF repris par d'autres sections du PCF ainsi que par le site http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/


 

Nicolas Sarkozy et le gouvernement ont décidé de faire intervenir les forces militaires françaises contre la Libye. Le Parlement ne sera consulté, après coup, que le 22 mars.

 

Avec gravité, communistes, nous condamnons ces actes de guerre, lourds de périls pour le peuple libyen, pour notre pays, pour la paix en Méditerranée et dans le monde.  

 

Nous ne rentrerons pas dans le consensus des partis dominants de droite et de « gauche » qui acceptent de faire de notre pays le valet de l’OTAN et de l’UE, de l’impérialisme américano-européen.

 

Les travailleurs et les peuples de plusieurs pays du monde arabe se soulèvent contre les dictatures, pour la justice sociale. 


Voilà comment les gouvernements des Etats-Unis, des pays de l’UE et de la France réagissent :


-          En Tunisie, la ministre française des affaires étrangères proposait en janvier d’envoyer des forces de sécurité pour aider « notre ami Ben Ali » à maintenir l’ordre.


-          En Egypte, prenant les devants, le gouvernement américain a fait évincer « notre ami Moubarak » (déplacé dans une de ses résidences secondaires) pour mieux maintenir le contrôle de l’armée et des possédants sur le pays.


-          Au Barheïn, le roi tire sur les révoltés. L’armée du régime le plus obscurantiste de la région, l’Arabie Saoudite de « nos amis les rois du pétrole », envahit le petit pays. Les occidentaux se contentent d’exprimer une inquiétude.  


-          Au Yémen, « notre ami le président Saleh » fait tirer sur la foule depuis des semaines : les Etats-Unis observent et cherchent une équipe de remplacement.   

 

Y-a-t-il quelque chose de différent dans les motivations occidentales pour intervenir en Libye ? Absolument pas ! Les mêmes intérêts exactement sont à l’œuvre. Que ceux qui dépliaient le tapis rouge pour vendre des Rafales à Kadhafi, il y a quelques mois encore, ne nous jouent pas la partition de la solidarité entre les peuples !


110319_kadhafi_alliot.jpg

La différence en Libye, c’est qu’il y a beaucoup de pétrole. C’est que le pays est peu peuplé, dont la population active est composée à 50% de travailleurs immigrés surexploités, exclus de la rente pétrolière.

 

Ces derniers jours, le gouvernement américain a hésité. Peut-on continuer à s’arranger comme avant Kadhafi ou bien, l’opportunité existe-t-elle de démembrer le pays, de traiter avec des partenaires plus faibles et accommodants pour les intérêts des multinationales ?


Sarkozy s’est empressé de reconnaître le « Conseil transitoire », composé d’anciens ministres de Kadhafi, de représentants de divers clans, dont les monarchistes. 

 

Visiblement, l’impérialisme américain a fini par opter pour la deuxième solution. Mais il a pris la précaution de laisser le soin d’agir à ses satellites britanniques et français (Sarkozy a réintégré notre pays dans le commandement militaire de l’OTAN !). Peut-être faut-il aussi préserver l’image d’Obama.

 

Souvenons-nous ! On n’a jamais retrouvé les armes de destruction massive au nom desquelles l’OTAN (sans la France alors !) a envahi l’Irak. Bush prétendait délivrer l’Irak de son dictateur mais se promettait en même temps de « renvoyait ce pays au Moyen-âge ». C’est fait !


Le peuple libyen, ses aspirations démocratiques, n’ont rien à gagner des frappes aériennes occidentales. Elles menacent de faire rentrer la Méditerranée, le monde arabe dans un dangereux et incontrôlable engrenage guerrier.


L’alignement sur l’impérialisme américain a déjà coûté la vie à 54 soldats français en Afghanistan où l’opération militaire grève le budget français de 700 millions d’euros par an.

 

Communistes, nous recherchons les moyens les plus efficaces de mobilisation pour exprimer notre refus de l’intervention militaire française en Libye.

 

Pas un sou, pas un homme, pas un avion pour la guerre impérialiste !

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Impérialisme
commenter cet article