Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 06:22

obama-liar.jpgSyrie : Obama savait, longtemps avant août, que des groupes « rebelles » disposaient de l’arme chimique.

Article EDT pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/ (origine : http://vivelepcf.fr/)


Un journaliste américain, et pas des moindres, établit dans un article qui commence à faire parler qu’Obama savait qu’un groupe rebelle islamiste, « Al-Nousra », maîtrisait la fabrication et l’utilisation d’armes chimiques au gaz sarin. Seymour Hersh, lauréat du prix « Pulitzer » a déjà été à l’origine des révélations sur les exactions américaines à Mi Lay au Vietnam en 1969 ou sur les tortures infligées aux prisonniers iraquiens à Abu Grahib en 2004.


En recoupant les déclarations et les informations officielles, des rapports et des  interviews d’éléments des services de renseignements, Seymour Hersh arrive à sa conclusion implacable : Obama et son secrétaire d’Etat Kerry ont menti.


On s’en doutait – la fable des armements de destruction massive de l’Irak est encore récente – mais l’intervention impérialiste avortée en Syrie permet de mieux décortiquer et dénoncer l’appareil de propagande de l’impérialisme américain et de ses alliés.


Fin août, le monde a frôlé une extension internationale de la guerre en Syrie.


Après le bombardement chimique d’une banlieue de Damas, l’appareil de propagande US s’est mis en marche, singé notamment par les gesticulations de Fabius et de Hollande en France.


La suite simpliste s’écrivait ainsi : 1° L’arme chimique est intolérable. 2° Obama avait prévenu que l’utiliser serait « franchir la ligne rouge ». 3° Seul le pouvoir syrien en dispose. 4° Il faut le punir.


En frappant directement le régime syrien, les Etats-Unis auraient rééquilibré les forces en présence, prolongé la guerre, anéanti un peu plus le pays et son unité. C’est leur but de guerre et celui d’Israël.


Mais la complexité de la situation syrienne, la diversité des « rebelles », les contradictions dans les intérêts impérialistes en jeu ont coupé court à ce schéma. Peu d’alliés des Américains ont montré autant d’enthousiasme pour la guerre que le gouvernement français. La Russie a trouvé une porte de sortie avec la résolution de l’ONU sur le désarmement chimique du régime de Damas.


Du coup, la propagande et ses mensonges peut laisser la place aux faits et aux analyses.


Ce qui est avéré par toutes les parties en présence, dont les experts de l’ONU, c’est qu’il y a bien eu usage d’armes chimiques sur le faubourg de Ghouta, que l’agent toxique est le gaz Sarin, et qu’il y a eu des morts. L’estimation des victimes tuées varie de 300 (Médecins sans frontières) à 1.400 (USA)…


En revanche, les experts de l’ONU n’ont jamais attribué l’attaque à une partie ou une autre. La résolution du 26 septembre stipule d’ailleurs qu’ « aucune partie en Syrie ne devra utiliser, développer, produire, stocker ou transférer des armements chimiques ». Elle ne cite aucun groupe.


Le pouvoir syrien a formellement démenti être à l’origine de l’attaque sur Ghuta. Il a mis en avant ses propres images et preuves, fait valoir combien un tel acte politique était absurde dans sa situation stratégique.


Obama, son secrétaire d’Etat Kerry, Hollande, Ayrault ou Fabius, au contraire ont affirmé formellement qu’Assad était coupable parce que seul son régime maîtriserait l’arme chimique.


Seymour Hersh montre que ce dernier point ne tient pas. La CIA, entre autres, avait averti les plus hautes autorités américaines que la milice islamiste Al Nousra, affiliée à Al Qaida, maîtrisait la fabrication en quantité de gaz Sarin et de fusées. Après de premiers bombardements chimiques en mars et avril, les enquêtes des services US l’ont confirmé.


Ne soyons pas naïfs! Seymour Hersh est certainement le relai de tout ou partie des services américains, préparant une réorientation stratégique. Son travail d’investigation n’en est pas moins appréciable et imparable.


Accessoirement, Seymour Hersh prouve sans difficulté que rien ne colle dans l’attribution à l’armée syrienne des ogives retrouvées, dans l’estimation des trajectoires des bombes etc.


Ce serait presque ironique, sans la réalité du drame : les autorités américaines ont affirmé savoir que le régime syrien avait commencé à préparer des munitions chimiques trois jours avant l’attaque. Les bombes au gaz sarin en effet ne restent pas efficaces plus de trois jours et doivent être confectionnées avant chaque utilisation. Cette affirmation a soulevé la colère logique et légitime de certains groupes de la rébellion : « Si vous le saviez, comment avez-vous pu laisser faire ! ».


En fixant sa « ligne rouge », en cachant sa connaissance de l’armement des islamistes, Obama les a incités à passer au crime.


Ironie et cynisme toujours, avec le désarmement unilatéral en cours de l’arsenal chimique du régime Assad, les islamistes, les seuls qui sont (très probablement) déjà passés à l’acte, se retrouveront les seuls à disposer de l’arme chimique en Syrie…


La fin de toute ingérence impérialiste en Syrie est la condition du retour à la paix, à un développement démocratique dans un pays qui ne sera plus jamais comme avant.


En lien l’article de Seymour Hersh, « Whose Sarin ? » sur le journal britannique en ligne 3London Review of Books ».

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Liban-Syrie
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 07:59

pclibdrapeauLe Parti communiste libanais condamne l'attentat terroriste contre l'ambassade d'Iran à Beyrouth



Traduction OP pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Le Parti communiste libanais condamne l'attentat terroriste contre l'ambassade d'Iran et appelle à la mobilisation pour faire barrage aux appels séditieux avant qu'il ne soit trop tard.

 



Une fois de plus, Beyrouth notre capitale, a été touchée par un attentat, ont été tués et blessés des gens innocents, semant la terreur et la désolation sur leur lieu de travail ou dans leur résidence.



Des dizaines de personnes ont été tuées aujourd'hui, victimes du terrorisme aveugle, qui se déploie dans tout le Liban, à commencer par les frontières nord et est du pays, tentant de plonger notre pays dans l'enfer de la crise syrienne.



Les responsables gouvernementaux sont encore prisonniers de leurs débats internes sur les responsabilités et les avantages que chacun devrait tirer de l'affaire, y compris dans l'ingérence la plus manifeste dans les affaires syriennes (…) Tout cela soi-disant en gardant une posture de « distanciation » pour protéger la patrie et s'immuniser de ce qui se passe autour.



Le Bureau politique du Parti communiste libanais adresse ses plus sincères condoléances aux victimes et souhaite aux blessés un prompt rétablissement, il appelle le peuple libanais à utiliser tous les moyens à sa disposition avant qu'il ne soit trop tard.



 

La sédition est proche, elle est attisée par beaucoup de monde tant dans notre pays qu'à l'étranger. Affrontons l'incendie que ces gens essaient d'allumer, protégeons notre patrie contre ce péril.

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Liban-Syrie
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 06:15

jabhaLe PC libanais et 25 organisations sociales lancent un appel au peuple libanais: « Non à l'agression contre la Syrie, pour que la patrie survive »



Texte communiqué par le Parti communiste libanais repris par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/





La Rencontre de l’UNESCO” appelle à l’unité des Libanais



Une conférence nationale de salut pour sauver le Liban des dangers



Les représentantes et représentants de 26 organisations de femmes, des syndicats, enseignants et associations sociales ont tenu une rencontre au palais de l’Unesco, à Beyrouth, sous le slogan « Afin que la patrie survive». Après avoir discuté de la situation du pays suite aux actions agressives extérieures dans la région, d’une part, et à l’absence de la sécurité, d’autre part. ils ont décidé de publier un « Appel au peuple libanais » dans lequel ils insistent sur la priorité de préserver la paix civile ainsi que sur la nécessité de la tenue d’une conférence nationale de salut. Ils se sont aussi entendus sur le renforcement des liens de coopération avec les partis politiques démocratiques et les ONG œuvrant contre la sédition confessionnelle dont les dangers vont augmentant.



Enfin, ils ont décidé d’interpeler les medias, afin que ceux-ci jouent le rôle qui leur échoit dans la mobilisation patriotique, et de visiter toutes les régions libanaises dans le but de faire signer l’appel suivant par le plus grand nombre des représentants de l’opinion publique libanaise.



APPEL



AFIN QUE LA PATRIE SURVIVE



Les représentantes des  organisations féminines, des jeunes et du mouvement syndical, réunis au Palais de l’UNESCO, à Beyrouth, voient que le Liban vit une situation de chaos due à l’absence totale de sécurité, mais aussi à une dégradation politique et économique dangereuse dont les effets s’expriment par une division religieuse et confessionnelle qui, si on n’y prend pas garde, pourrait aboutir, une fois de plus, à une nouvelle guerre civile.



Cet état de crise grave s’aggrave par les battements des tambours de la guerre que les grandes puissances se préparent à mener contre la Syrie. De ce fait, le bassin méridional de la Méditerranée s’est transformé en un arsenal d’armes de destruction où s’amassent armées et navires de guerres… Pire encore, les Etats-Unis n’hésitent pas à clamer vouloir utiliser les eaux territoriales libanaises afin de larguer leurs missiles contre le peuple syrien ; et ces clameurs sont avivés, non seulement par les menaces d’Israël contre notre pays, mais surtout par les mouvements de troupes près de notre frontière.



Le Liban se trouve déjà dans l’œil du cyclone !



Pendant ce temps, la politique dite de neutralité vis-à-vis de la crise syrienne connaît un échec cuisant du fait de ce qui se passe sur nos frontières, tant au nord qu’à l’est, et des immixtions dans les affaires intérieures syriennes ; par contre, aucune couverture politique n’est accordée à l’armée libanaise dans le but de fermer les frontières libanaises et d’interdire de telles immixtions.



Comment devons-nous protéger notre territoire ?



Nous appelons les forces populaires, les syndicats ouvriers, les femmes et les jeunes dire non à l’agression contre la Syrie.



Nous les appelons à serrer les rangs dans le but de former une force de pression démocratique mettant parmi ses priorités la constitution d’un gouvernement d’unité nationale avant qu’il ne soit trop tard.



Nous appelons ces forces à agir par tous les moyens démocratiques et dans toutes les régions libanaises afin de faire face à la sédition et d’empêcher la guerre civile.



 

Nous les appelons à œuvrer pour la tenue d’une conférence nationale de salut qui regrouperait, en plus des forces politiques, tous les représentants de l’opinion publique libanaise. Le but ? Jeter les fondements d’un nouveau Liban indépendant et souverain mais aussi laïque et démocratique.

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Liban-Syrie
commenter cet article
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 06:58

iran-flag-imageNous dénonçons la menace d'une nouvelle guerre au Moyen-orient



Communiqué du Parti Tudeh d'Iran publié dans Nameh Mardom, organe central du Parti Tdueh d'Iran, no 928



Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Le Parti Tudeh d'Iran a suivi avec beaucoup d'inquiétude les évolutions politiques de ces derniers jours au Moyen-orient, et particulièrement les événements liés aux conflits internes sanglants en Syrie. Nous dénonçons fermement le recours aux armes chimiques le 21 août qui a tué de nombreux civils dans les banlieues de Damas, quel que soit le camp qui ait lancé ces attaques.



Dans le même temps, le Parti Tudeh d'Iran dénonce fermement les déclarations provocatrices, irresponsables et bellicistes des puissances impérialistes sur les préparatifs d'une agression militaire contre la Syrie. De telles déclarations vont concrètement engager le Moyen-orient dans une nouvelle guerre dévastatrice dont les premières victimes seront le peuple syrien et l'avenir de la démocratie et de la justice sociale dans ce pays. La crise en Syrie n'a pas de solution militaire.



 

Le Parti Tudeh d'Iran condamne toute sorte d'intervention étrangère et d'armement des deux camps en conflit, et soutient des solutions pacifiques basées sur la négociation et la diplomatie.

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Liban-Syrie
commenter cet article
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 06:19

tkp-logo.jpgNe pensez même pas à une intervention en Syrie

 

Communiqué du Parti communiste de Turquie (TKP)

 

Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

La menace impérialiste envers la Syrie est montée d'un cran avec le battage médiatique récent autour des armes chimiques. Disons plutôt qu'ayant décidé d'intensifier leur campagne virulente contre le peuple syrien, les impérialistes ont forgé l'excuse des armes chimiques pour intervenir.

 

Il n'y a pas la moindre preuve indiquant que le gouvernement syrien ait eu recours à des armes chimiques. Même si nous laissons de côté les déclarations du gouvernement syrien sur le fait qu'ils luttent contre des bandes terroristes armées et non contre le peuple, l'idée que le gouvernement syrien puisse avoir eu recours à des armes chimiques dans une région où ses propres soldats sont présents et à un moment où ils ont le dessus dans le conflit est ridicule.

 

Le gouvernement AKP est à la tête des fauteurs de guerre ...

 

Une des raisons pour lesquelles le gouvernement AKP fait entendre les tambours de guerre, c'est qu'il est lui-même un criminel de guerre. Dans le cas où le peuple syrien réussirait à vaincre cette offensive lancée il y a deux ans et demi contre lui, il mettrait sur la table tous les crimes de l'AKP et des autres. Le Premier ministre Erdogan et le Ministre des Affaires étrangères Davutoğlu sont terrifiés par cette éventualité.

 

La seconde raison est la suivante : leur seul moyen de conserver leur domination, et de dissimuler la crise économique et politique qu'ils connaissent chez eux est de faire la guerre.

 

A ce stade, nous mettons en garde le gouvernement AKP ;

 

Ne prenez aucune mesure concrète pour l'intervention militaire en Syrie dont vous ne cessez de nous rabâcher.

 

Dans le cas où vous iriez dans ce sens, vous le payeriez chèrement … vous en regretteriez même amèrement le temps de la résistance de « Gezi » …

 

Le Parti communiste de Turquie sait bien l'attitude de notre peuple, opposé à la guerre contre la Syrie. Le peuple de Turquie n'enverra pas ses enfants dans cette guerre qui causera la mort de personnes innocentes et de patriotes syriens, victimes d'extrémistes islamistes soutenus par l'étranger. Il ne tira pas une seule balle contre leurs frères et sœurs syriens.

 

 

La raison est simple, nous avons un bien meilleur choix que mourir ou tuer : renverser l'AKP. Nous n'avons pas le moindre doute que renverser l'AKP et bouter les États-Unis hors de la région pour ouvrir la voie à l'unité des peuples de la région, cela sera le choix que fera notre peuple.

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Liban-Syrie
commenter cet article