Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclarations, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 17:01

mayday2013_fr.jpg1er mai 2013: « Nous ne deviendrons pas les esclaves du 21 ème siècle ! »



Communiqué de la Fédération syndicale mondiale (FSM)



Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



La Fédération Syndicale Mondiale lance un appel à toutes les organisations syndicales dans le monde afin d'organiser à l’occasion de la journée du 1er Mai 2013 des rassemblements et des actions dans tous les pays, sur tous les continents, pour fêter la Journée internationale des travailleurs et des martyrs de la classe ouvrière. La FSM propose, sur la base de sa résolution adoptée à son Conseil présidentiel du 7 et 8 Mars 2013 à Lima au Pérou, que le slogan: « CHICAGO NOUS A MONTRE LA VOIE » soit utilisé à côté des slogans respectifs de chaque organisation syndicale.



Le mouvement syndical international porte une grande responsabilité, celle de protéger et de défendre la Journée internationale des travailleurs face aux tentatives des gouvernements capitalistes, du patronat, de plusieurs institutions et organisations non gouvernementales pour en finir avec cette journée ou pour en dénaturer complètement le sens.



Le Premier Mai est pour la classe ouvrière internationale un SYMBOLEdu rôle irremplaçable que les travailleurs occupent dans la société et dans la production, des acquis importants, des victoires conquises historiquement par la lutte des classes, du fait que tous les droits ont été le fruit de luttes sanglantes. Rien n’a été donné aux travailleurs.



Le Premier Mai est une JOURNEE DU SOUVENIR ET D'HOMMAGEaux martyrs de la classe ouvrière qui se sont sacrifiés dans les grèves décisives des travailleurs américains à Chicago (1886) revendiquant les 8 heures de travail, 8 heures de loisir, 8 heures de repos, ainsi qu'à toutes les luttes sur le temps de travail dans de nombreux pays à travers le monde, avant et après les grèves de Chicago, tout au long de l'histoire de la lutte de classes jusqu'à nos jours. Nous rendons hommage aux martyrs de la classe ouvrière qui ont été tués, torturés, emprisonnés et ont été les victimes de disparitions forcées orchestrées par les gouvernements anti-populaires et anti-ouvriers du capital sur tous les continents.



Le Premier Mai est une LECON POUR LES NOUVELLES GENERATIONS, il intègre les principes propres à la classe ouvrière : l'internationalisme prolétarien, l'unité de la classe, la valeur irremplaçable de luttes résolues, menées avec une orientation de classe.



Le Premier Mai est surtout une JOURNEE DE LUTTE, le jour où la classe ouvrière internationale se rassemble dans la rue pour lutter pour ses droits sociaux actuels. Pour le droit à travailler moins avec des salaires décents, ce qui était réaliste dans les années 1880 et ne peut pas être irréaliste avec le progrès technologique du 21 ème siècle !



Aujourd'hui, alors que le capitalisme se trouve dans une crise profonde qui révèle, sous toutes ces facettes, son visage barbare, brutale et impitoyable, revenant sur le moindre droit conquis par la classe ouvrière et les couches populaires ;



Désormais que la violence d’État, la répression des luttes sociales et ouvrières et la violation des libertés syndicales montent de plusieurs crans à l'échelle internationale, repartons à l'offensive :



  • Chicago nous a montré la voie – NON à l'esclavage capitaliste moderne !

  • Nous luttons pour un monde sans exploitation de l'homme par l'homme

  • Le Premier Mai, la Fédération syndicale mondiale exprime sa solidarité internationaliste avec les peuples de Cuba, de Palestine, de Syrie, du Liban, du Mali, de Colombie, du Vénézuela, etc.

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Mouvement Communiste International
commenter cet article
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 14:11

encontro.jpgDéclaration finale de la 14ème Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers à Beyrouth

 

« Renforcer les luttes anti-impérialistes, se battre pour le socialisme »



Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



beyrouth.JPGLa 14ème Rencontre internationale des Partis communistes et ouvriers (RIPCO) s'esst tenue à Beyrouth, capitale du Liban, du 22 au 25 novembre 2012 sous le thème: « Renforcer les luttes contre l'intensification de l'offensive impérialiste, pour la satisfaction des aspirations et des droits socio-économiques et démocratiques des peuples, pour le socialisme ».

 

84 délégués ont assisté à la rencontre, représentant 60 parties, de 44 pays venant des cinq continents du monde. Parmi les partis représentés : les Partis communistes de Grèce, de Russie, d'Inde, d'Afrique du sud, du Brésil et du Liban naturellement.

 

Voici la résolution finale de cette 14ème rencontre :

 

La 14ème Rencontre des partis communistes et ouvriers s'inscrit dans la droite lignée des rencontres précédentes organisées entre 2008 et 2011, dans l'analyse sur la crise capitaliste de sur-production et de sur-accumulation de capital, dont l'origine se trouve dans l'aiguisement de la contradiction fondamentale entre capital et travail, qui ne cesse de s'approfondir et de s'intensifier.

 

Aucune des propositions bourgeoise de gestion de la crise n'a réussi à la maîtriser ; toutes ont brutalement remis en cause les droits populaires. La réaction impérialiste à la crise est marquée par une offensive sur plusieurs fronts contre les droits sociaux, économiques, démocratiques et nationaux des peuples, une offensive qui cherche à démonter les acquis gagnés par les luttes des peuples et des travailleurs au 20ème siècle et à intensifier le niveau d'exploitation et d'oppression.

 

Cette réalité, en combinaison avec l'intensification de l'offensive de l'impérialisme et la multiplication des guerres impérialistes, la recomposition du rapport de forces international où l’affaiblissement relatif de la position des États-Unis s'articule avec le poids économique et politique croissant de plusieurs pays soulèvent une série d'interrogations qui indiquent que le monde est, encore une fois, à un moment charnière, périlleux, où les contradictions et les rivalités s'intensifient, et où de grands périls co-existent avec de grandes opportunités pour le développement de la lutte des travailleurs et des peuples.

 

A cet égard, il est utile de se poser la question : comment cette offensive mondiale, qui va en s'intensifiant, se manifeste-t-elle, militairement, politiquement, économiquement et socialement, et quelle forme prend-elle ?

 

Premièrement, l'impérialisme poursuit une offensive visant à détruire les droits économiques, sociaux, politiques, culturels et nationaux, et à faire pencher le rapport de force encore plus du côté du capital contre le travail. Des opérations massives sont en cours pour concentrer et centraliser le capital. Dans le même temps, des offensives de grande ampleur sont lancées contre les droits sociaux, avec des coupes salariales drastiques, le chômage de masse, la privatisation et la destruction des fonctions sociales des États, la privatisation de la quasi-totalité des secteurs de l'économie et des sphères de la vie sociale. Cette offensive anti-sociale s'accompagne d'une offensive sans précédent contre les droits démocratiques, nationaux et écologiques des peuples.

 

L'offensive contre les droits économiques et sociaux des femmes s'est tout particulièrement accélérée, causant une détérioration brutale de leurs conditions de vie à la fois dans la sphère publique et privée. Mettre en échec cette offensive est essentiel, car la lutte pour l'égalité réelle des femmes est un élément fondamental dans la lutte contre le capitalisme.

 

Deuxièmement, il faut souligner que le discours de Barack Obama à l'ONU, affirmant que son pays ne se « retirerait » pas du monde, est conforme au programme adopté par l'OTAN à son dernier sommet de Chicago, impliquant concrètement des interventions militaires impérialistes dans le monde entier sous la devise de la « défense intelligente ». Cela comprend le lancement de la première phase des « boucliers anti-missile » ou de la « guerre des étoiles » en Europe et le programme de bouclier anti-missile mondial, l'intervention militaire en Libye, les menaces intermittentes contre l'Iran et la Corée du nord, la montée des manœuvres militaires, les agressions et provocations au Moyen-orient, en Asie du sud-est et dans l'ensemble du continent africain, les poussées impérialistes et militaristes en Amérique latine et dans les Caraïbes. L'intensification de l'hostilité et le blocus contre Cuba continuent, tout comme les plans visant le Vénézuela.

 

Troisièmement, cette campagne d'agression militaire s'accompagne d'ingérences ouvertes et éhontées dans les affaires de la plupart des pays du monde. Ces ingérences se concrétisent par le recours au capital et aux jeux d'influence afin de déformer et de falsifier la volonté du peuple, afin de manipuler, intimider et empêcher les représentants choisis par le peuple d'accéder au pouvoir. Les forces impérialistes n'hésitent pas à employer les pires instruments pour atteindre leurs objectifs, y compris l'organisation d'attaques terroristes, de coups militaires, s'alliant avec les puissances néo-fascistes, défendant des forces politiques et religieuses contre-révolutionnaires aux origines idéologiques très diverses, tout cela pour exercer un contrôle impérialiste sur le monde entier, en redessinant les frontières et en se partageant les parts de marché, en particulier du marché de l'énergie avec les ressources en pétrole et en gaz, et les voies d'acheminement.

 

Quatrièmement cette campagne d'agression sur le plan militaire s'accompagne également d'une intensification dans l'attaque générale, avec le recours aux ressources de diverses agences et organisations internationales, en particulier le FMI, la Banque mondiale et l'Union européenne, avec comme perspective de préserver le pouvoir du grand capital. Afin de garantir ses intérêts et ses objectifs, tout en mettant en œuvre des ingérences éhontées dans tous les pays du monde, le système capitaliste mondial mène de façon résolue la guerre contre la classe ouvrière internationale et ses représentants, par une série de mesures :

 

  • Un déni du droit fondamental de l'Homme au travail, et des acquis gagnés par la classe ouvrière;

 

  • Une offensive mondiale idéologique et médiatique visant à faire obstacle les luttes ouvrières et populaires et à persécuter toutes les forces politiques et sociales qui luttent contre l'impérialisme, en partiuclier les partis communistes et ouvriers;

 

  • Des efforts et des actions concertés en violation avec tout ce qui est inclus dans la charte de l'ONU et dans la « Déclaration universelle des droits de l'Homme », qui ont été rédigés dans les conditions d'un rapport de force différent grâce à la présence de l'Union soviétique et d'autres pays socialistes.

 

Cinquièmement, dans le contexte de cette agression impérialiste de portée mondiale, il faut prêter attention à la manière dont elle se manifeste au Moyen-orient par le projet du « Nouveau moyen-orient », qui vise à re-diviser la région et ses peuples en des groupes ethniques et religieux, en lutte constante les uns contre les autres. Cela permet en retour l'appropriation des ressources naturelles de la région, en particulier le gaz et le pétrole. Les guerres et l'occupation de l'Afghanistan, de l'Irak et de la Libye, les agressions israéliennes contre le Liban et le peuple palestinien sont des éléments indissociables du projet impérialiste de « Nouveau Moyen-orient ». C'est dans le cadre de ce projet que les derniers événements doivent être analysés :

 

1 - L'escalade du niveau des menaces impérialistes portées par les Etats-unis et l'Union européenne pour une intervention militaire en Iran, et contre la Syrie, tirant profit à la fois des actes violents perpétrés contre des civils et s'appuyant sur des forces soutenues par les impérialistes ;

 

2 – les efforts constants pour orienter l'issue des soulèvements qui se sont déroulés ces deux dernières années dans les pays Arabes et, en particulier, l’Égypte et la Tunisie, avec le recours au communautarisme, au racisme et aux préjugés ainsi qu'aux pétro-dollars toujours utiles de tous les régimes du Golfe ;

 

Ces événements, et leurs conséquences potentielles, mettent une pression sur la classe ouvrière et les partis communistes et ouvrières pour qu'elles assument leurs responsabilités historiques : l'affrontement avec le système capitaliste et l'offensive impérialiste. Cet affrontement, qui doit se produire dans chaque pays individuellement, et au niveau international, est nécessaire pour gagner les ruptures anti-monopolistes et anti-impérialistes et réussir à construire le socialisme, comme cela a été spécifié lors de la 13ème Rencontre des partis communistes et ouvriers, en décembre 2011, à Athènes.

 

L'affrontement avec l'impérialisme impose le renforcement de la coopération et de la solidarité entre nos Partis et la définition de nos objectifs communs et de nos grands axes de lutte d'une part, et des actions convergents avec les forces anti-impérialistes et les mouvements de masse, y compris les organisations syndicales, féminines, de jeunesse et intellectuelles, d'autre part.

 

En Amérique latine, les forces anti-impérialistes, les mouvements syndicaux et sociaux plus largement, continuent de lutter pour les droits des peuples et contre l'impérialisme. Ces luttes, qui sont la cible d'une contre-offensive de l'impérialisme, ont conduit, dans certains cas, à l'émergence de gouvernements qui s'affichent pour la défense de la souveraineté nationale et des droits sociaux, pour le développement et la protection de leurs ressources naturelles et de la biodiversité, donnant un nouvel élan à la lutte anti-impérialiste.

 

Cet affrontement mondial impose l'organisation des travailleurs sur les lieux de travail et dans les syndicats, le renforcement du mouvement syndical sur des positions de classe, la défense de l'alliance de la classe ouvrière avec les couches populaires opprimées, l'intensification de la lutte de la classe ouvrière internationale et des peuples du monde. Pour mettre en échec les mesures anti-populaires et porter des axes de lutte qui répondent aux besoins populaires actuels, il nous faut une contre-offensive portant des ruptures anti-impérialistes et anti-monopolistes, la rupture avec le capitalisme.

 

La lutte idéologique du mouvement communiste est d'une importance vitale pour défendre et développer le socialisme scientifique, repousser l'anti-communisme, affronter l'idéologie bourgeoisie et toutes les tendances mutantes, les théories anti-scientifiques et les courants opportunistes qui rejettent la lutte de classe ; et pour combattre le rôle des forces social-démocrates qui défendent et mettent en œuvre des politiques anti-populaires et pro-impérialistes en soutenant la stratégie du capital et de l'impérialisme. La compréhension de la nature unitaire de nos responsabilités dans la lutte pour l'émancipation sociale, nationale et de classe, pour la défense d'une alternative socialiste nécessite une contre-offensive idéologique de la part du mouvement communiste.

 

Si on considère la crise capitaliste et ses conséquences et les expériences internationales de construction du socialisme, nous avons la preuve de la supériorité du socialisme. Nous soulignons notre solidarité avec les peuples qui luttent pour le socialisme et sont impliqués dans la construction du socialisme.

 

Sur la base de ce qui a été affirmé ci-dessus, nous soulignons la nécessité d'insister sur les actions communes suivantes :

 

1 – Lutter pour s'opposer aux nouveaux plans de l'impérialisme aux niveaux militaire, politique, économique et social afin de l'empêcher de contrôler le monde et de le détruire ;

 

2 – Rassembler des forces pour le retrait des bases militaires de l'OTAN et le droit au retrait des blocs impérialistes ;

 

3 – Exprimer une solidarité de classe et contribuer à renforcer les luttes populaires et ouvrières dans les pays capitalistes contre les politiques qui font porter le fardeau de la crise sur le dos des travailleurs et pour gagner des acquis pour améliorer les conditions de vie des travailleurs par une transformation révolutionnaire ;

 

4 – Réaffirmer la solidarité internationale avec les mouvements et soulèvements démocratiques et populaires face à l'occupation et aux régimes oppressifs ; et la condamnation ferme de toute intervention impérialiste dans ces pays

 

5 – S'opposer aux lois, mesures et aux persécutions anti-communistes ; mener une lutte idéologique contre la révision de l'histoire, pour réaffirmer la contribution du mouvement communiste et ouvrier dans l'histoire de l'humanité ;

 

6 – Condamner le blocus nord-américain de Cuba et soutenir la lutte de Cuba pour sa levée immédiate. Renforcer les campagnes pour la libération et le retour des cinq patriotes cubains à Cuba ;

 

7 – Condamner les atrocités perpétrés par les forces d'occupation israéliennes contre le peuple palestinien, soutenir leur droit à résister à l'occupation, et à construire leur État indépendant, avec Jérusalem comme capitale, et renforcer la campagne pour la levée immédiate du blocus contre Gaza et pour le droit au retour ;

 

8 – Promouvoir un front international contre l'impérialisme et le soutien aux organisations internationales de masse anti-impérialistes : la Fédération syndicale mondiale (FSM), le Conseil mondial de la paix (CMP), la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD) et la Fédération démocratique internationale des femmes (FDIM), dans le cadre spécifique de chaque pays.

 

Déclaration signée par les partis suivants:

 


 

1-    Parti Algérien pour la démocratie et le socialisme (PADS)

2-    Parti communiste d'Azerbaidjan

3-    Tribune démocratique progressiste (Menbar) du Bahrain

4-    Parti du travail du Bangladesh

5-    Parti communiste du Bangladesh

6-    Parti communiste de Biélorussie

7-    Parti du travail de Belgique (PTB)

8-    Parti communiste brésilien (PCB)

9-    Parti communiste du Brésil (PC do B)

10- Parti communiste de Grande-Bretagne

11- Parti communiste du Canada

12- Parti communiste de Chine

13- Parti socialiste ouvrier de Croatie

14- Parti communiste cubain

15- AKEL- Chypre

16- Parti communiste de Bohême-Moravie

17- Parti communiste au Danemark (KPID)

18- Parti communiste du Danemark

19- Parti communiste d'Egypte

20- Parti communiste de Finlande

21- Parti communiste français (PCF)

22- DKP- Allemagne

23- Parti communiste de Grèce (KKE)

24- Parti communiste ouvrier hongrois

25- Parti communiste d'Inde (Marxiste)

26- Parti communiste irakien

27- Parti communiste du Kurdistan – Irak

28- Parti communiste d'Irlande

29- Parti ouvrier d'Irlande

30- Parti des communistes italiens

31- Parti de la refondation communiste

32- Parti communiste jordanien

33- Parti communiste libanais

34- Parti communiste du Mexique

35- Parti communiste du Népal

36- Parti communiste des Pays-Bas

37- Parti du peuple palestinien (PPP)

38- Parti communiste de Norvège

39- Parti communiste palestinien

40- Parti communiste portugais

41- Parti communiste de la Fédération de Russie

42- Parti communiste ouvrier de Russie - Parti des communistes révolutionnaires (RKRP-RPC)

43- Parti communiste d'Union soviétique

44- Parti communiste sud-africain

45- Parti communiste d'Espagne

46- Parti communiste de Catalogne

47- Parti communiste des peuples d'Espagne (PCPE)

48- Parti communiste du Sri Lanka

49- Parti communiste soudanais

50- Parti communiste de Suède (SKP)

51- Parti communiste syrien

52- Parti communiste syrien (Unifié)

53- Parti communiste du Tadjikistan

54- Parti du travail de Turquie (EMEP)

55- Parti communiste de Turquie (TKP)

56- Parti communiste d'Ukraine

57- Union des communistes d'Ukraine

58- Parti communiste des Etats-unis (CPUSA)

59- Parti communiste du Vietnam

60- Nouveau parti communiste de Yougoslavie

 

Messages d'excuse:


1- Parti communiste d'Australie

2- Parti communiste du Chili

3- Parti communiste d'Inde (CPI)

4- Parti communiste d'Iran (TUDEH)

5- Parti communiste du Luxembourg

6- Parti communiste de Malte

7- Parti communiste du Pakistan

8- Parti communiste des Philippines

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Mouvement Communiste International
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 06:39

encontro.jpg

Le groupe de travail de la rencontre internationale des Partis communistes réaffirme sa solidarité avec la lutte des peuples contre tous les impérialismes

Communiqué de presse du Parti communiste portugais (PCP) sur la réunion du groupe de travail de la Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers

Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net

 

 

 

 

Le groupe de travail de la Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers a organisé à Lisbonne ce 10 septembre, à l'occasion de la 36ème Fête de l' « Avante », une réunion préparatoire de la 14ème Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers (RIPCO). La 14ème RIPCO aura lieu à Beyrouth, au Liban, du 23 au 15 novembre 2012, organisée par le Parti communiste libanais, sous le thème « Renforcer les luttes contre l'agressivité impérialiste croissante, pour la satisfaction des droits et aspirations socio-économiques des peuples, pour le socialisme ».

 

Cette rencontre du Groupe du travail – qui a été organisée par le Parti communiste portugais (PCP) – a vu la participation de tous les partis membres du groupe de travail et de tous les autres partis qui, tout en n'étant pas membres du groupe, participent au processus des RIPCO.

 

Le groupe de travail a étudié divers aspects liés à la préparation de la 14ème Rencontre internationale et souligné son importance dans une situation où les peuples doivent faire face à une offensive impérialiste puissante sur tous les fronts.

 

Une solidarité a été exprimée lors de la Réunion avec les peuples, notamment au Moyen-Orient, qui sont la cible des interventions de l'impérialisme et de ses structures – telles que l'OTAN – qui cherchent, en fomentant des tensions, en instrumentalisant et pervertissant des demandes justes et par l'ingérence, la déstabilisation, le terrorisme et la guerre, de préserver et renforcer leur contrôle sur les ressources naturelles, les marchés et leurs positions géo-stratégiques. Les participants ont souligné les risques de cette stratégie impérialiste, qui peut avoir des conséquences imprévisibles au niveau régional et international. Réaffirmant le droit des peuples à s'organiser, à défendre leurs droits, et à choisir et définir leur avenir, les participants appellent les travailleurs et les peuples du monde entier à se mobiliser et à lutter pour la paix au Moyen-Orient, contre les menaces et les agressions impérialistes – précisément celles contre la Syrie, le Liban ou l'Iran – et en solidarité avec le peuple palestinien.

 

Dans un contexte de crise profonde du capitalisme et de contradictions de plus en plus aiguës du système, la solidarité avec ces peuples a été réaffirmée, en particulier sur le continent européen, qui sont les victimes d'une offensive de grande ampleur qui, émanant de l'Union européenne, cherche à intensifier l'exploitation ; à détruire les droits socio-économiques et démocratiques qui ont été gagnés par des décennies de lutte ; à imposer un degré encore plus important de concentration et de centralisation de richesse, notamment par des relations supranationales imposées de domination économique et politique au service du grand capital, et qui vont à l'encontre du droit souverain des peuples à choisir leur développement social et économique.

 

Dans un contexte de réponse impérialiste basée sur la force – qui est en soi une expression de la profondeur de la crise capitaliste et de la décadence du système – l'importance de la lutte organisée des travailleurs contre les mesures et politiques adoptées à la fois par la droite et la social-démocratie a été soulignée. Le mouvement syndical de classe a été salué pour son rôle essentiel dans l'information, l'organisation et la mobilisation des masses laborieuses en vue de grandes actions de lutte, de grèves et de manifestations pour défendre leurs salaires, les droits sociaux, et contre le chômage, ainsi que leur détermination à rejeter les manœuvres et les pièges du « dialogue social ».

 

Une solidarité a été réaffirmée lors de la rencontre avec les processus actuels de lutte sur divers continents, comme en Amérique latine, contre les agressions de l'impérialisme et pour la paix ; pour la défense de la souveraineté ; pour le droit au développement et pour le renforcement des processus d'intégration nationaux et régionaux qui correspondent aux intérêts des peuples et peuvent contribuer à construire des alternatives à la domination hégémonique de l'impérialisme.

 

Dans un contexte international marqué par l'instabilité et par des changements ayant un véritable impact géo-stratégique, dans une situation où de graves dangers coexistent avec de réelles potentialités pour des évolutions progressistes voire révolutionnaires, il a été réaffirmé que, en renforçant les luttes pour les aspirations et les droits des peuples et des travailleurs, il est possible de faire reculer l'impérialisme, de gagner des victoires avec une orientation anti-monopoliste et anti-impérialiste, avec l'implication et la participation créative des masses laborieuses et populaires, d'avancer vers le socialisme.

 

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Mouvement Communiste International
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 08:12

premier%20mai%20n%B0%2030Déclaration commune de 34 partis communistes et ouvriers : « Ce 1er mai, manifestons contre l'exploitation capitaliste et les guerres impérialistes, pour le socialisme et le communisme »

 

 

Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Déclaration commune des partis communistes et ouvriers pour le 1er mai 2012

 

Nous manifestons contre l'exploitation capitaliste et les guerres impérialistes, pour la réponse aux besoins actuels de la classe ouvrière et du peuple, pour le renversement du système capitaliste, pour le pouvoir ouvrier et populaire, pour le socialisme et le communisme

 

Travailleurs et travailleuses !

 

Travailleurs du monde entier !

 

Les partis communistes et ouvriers, qui ont signé ce communiqué, livre ce message commun à l'occasion de ce 1er mai 2012 capital, d'une signification particulière, à l'heure où les travailleurs dans de nombreux pays subissent les conséquences de la crise capitaliste, les conséquences des guerres et interventions impérialistes ainsi que l'intensification de l'exploitation capitaliste.

 

Notre message est clair : la classe ouvrière a les moyens de renverser la vapeur. Nous devons être des millions à crier des quatre coins de la planète : « Plus aucun sacrifice pour les exploiteurs ! ». Prise de conscience de classe, unité et organisation partout. Lutte pour la mise en échec de la ligne politique anti-populaire, pour prémunir les familles ouvrières de la pauvreté et du chômage. Nous devons tous lutter pour une vie digne de notre travail et de nos besoins. Pour que la classe ouvrière s'impose comme une force d'opposition et de pouvoir.

 

Nos partis sont tous d'accord sur le fait que :

 

Contrairement aux thèses bourgeoises et opportunistes, en réalité la classe ouvrière n'a non seulement pas disparu mais elle est en essor, elle croît pas uniquement quantitativement mais aussi qualitativement, en tant que force productrice fondamentale, indépendamment des évolutions qui ont pu avoir lieu dans sa structure et sa composition, dues aux changements dans le processus de production causés par le progrès technologique. La classe ouvrière est la force motrice du développement social et sa mission historique reste l'abolition de la propriété privée des moyens de production, de l'exploitation de l'homme par l'homme vers la suppression de toutes les classes. Aucune autre classe sociale ne peut jouer ce rôle.

 

La réalité actuelle de la crise économique capitaliste, qui s'est manifestée simultanément dans nombre de pays capitalistes, démontre une fois encore que le capitalisme se trouve au stade suprême impérialiste de son développement, martyrise des millions de travailleurs à travers le monde, ne cause que pauvreté et chômage, souffre de contradictions indépassables qui se révèlent tant dans les crises cycliques que dans les guerres pour l'expansion des activités commerciales des monopoles, le partage des marchés, le contrôle des matières premières.

 

La crise du capitalisme démontre les limites historiques du système alors que la classe ouvrière, qui ne possède pas les moyens de production, est le « fossoyeur » du mode de production capitaliste. Ce rôle révolutionnaire historique de la classe ouvrière suppose, comme condition préalable, qu'elle soit elle-même organisée en tant que classe. La formation et le renforcement du parti révolutionnaire est nécessaire à la prise de conscience par la classe ouvrière de sa mission, à la mise en place d'une direction stratégique révolutionnaire pour mener une lutte de classe impitoyable contre le capital.

 

La classe ouvrière n'a rien à gagner de la ligne du « dialogue social » et de la « paix sociale », défendue par les forces réformistes et opportunistes. Toutes ces années jonchées d'échecs nous prouvent combien cette ligne a conduit à l'intégration au système du mouvement syndical, la social-démocratie et les forces opportunistes en portant l'entière responsabilité. C'est une nécessité aujourd'hui pour le système capitaliste de revenir sur les acquis les plus fondamentaux, gagnés durant les décennies précédentes par la lutte de classe menée au niveau national et international.

 

La lutte ouvrière pour mettre en échec ces mesures anti-populaires, pour des revendications et conquêtes économiques et sociales dans le système capitaliste ne peut pas être séparée par une « muraille de Chine » de la lutte pour une société socialiste, communiste.

 

La lutte pour les revendications économiques, sociales et politiques, reposant sur les besoins actuels du peuple et de la classe ouvrière, avec comme objectif de rassembler et de préparer les forces ouvrières à un dur affrontement avec ce système d'exploitation, ne se limite pas à quelques acquis, mais est liée à l'objectif de renversement de la barbarie capitaliste. La classe ouvrière produit les richesses, et elle doit l'affirmer dans sa lutte pour le pouvoir.

 

Cette lutte est menée aujourd'hui dans des conditions plus défavorables, avec la contre-révolution en URSS et dans les autres pays d'Europe centrale et orientale, ce qui a conduit, temporairement, à un recul du mouvement, à la montée d'illusions, nourries par la classe bourgeoise, selon lesquelles le capitalisme serait la « fin de l'histoire ». 20 ans plus tard, les impasses du capitalisme nous renvoient à la nécessité et l'actualité du socialisme. Nous étudions l'expérience de la construction socialiste au 20ème siècle, sans adopter une position négative et nihiliste vis-à-vis de cette contribution positive et irremplaçable. Nous cherchons à tirer les conclusions qui rendront nos partis plus forts, et qui donneront également aux travailleurs et travailleurs du monde entier les outils pour retrouver une conscience et une espérance dans le pouvoir ouvrier, le socialisme et le communisme.

 

Travailleurs, travailleuses du monde entier !


Nous rendons hommage au 1er mai des travailleurs, aux sacrifices, aux luttes ouvrières dans le monde entier, en envoyant partout ce message de solidarité militante pour nos manifestations du 1er mai ! Nous nous engageons à contribuer de manière encore plus décisive à l'organisation du prolétariat ainsi que des luttes de classe dans nos pays, à l'échelle régionale et internationale afin de vaincre le pouvoir des monopoles, de renverser la barbarie capitaliste, de construire le socialisme.

 

Nous élevons résolument nos voix et appelons tous les travailleurs, jeunes, femmes, radicaux, progressistes à rassembler leurs forces contre l'anti-communisme et les mesures visant les partis communistes, imposées par l'UE et d'autres organisations impérialistes.

 

Nous manifesterons partout contre l'exploitation capitaliste et les guerres et interventions impérialistes dont pâtissent les peuples. Pour le droit de chaque peuple à disposer de lui-même sans interventions impérialistes étrangères !

 

Vive la classe ouvrière du monde entier !

 

Vive la vision du monde communiste révolutionnaire, le Marxisme-léninisme, la lutte basée scientifiquement sur le renversement du système capitaliste dans chaque pays, dans le monde entier. Voilà la seule perspective pour les peuples, celle qui leur permettra de vivre dans la paix, sans la barbarie du capitalisme, sans guerres.

 

Travailleurs de tous pays, unissez-vous !

 

Signataires :

 

1 – PADS, Algérie

2 – Parti communiste d'Azerbaidjan

3 – Parti communiste du Bangladesh

4 – Parti communiste brésilien

5 – Parti communiste de Grande-Bretagne

6 – Nouveau parti communiste de Grande-Bretagne

7 – Parti communiste de Bulgarie

8 – Parti de communistes bulgares

9 – Parti communiste au Danemark

10 – Parti communiste unifié de Géorgie

11 – Parti communiste de Grèce

12 – Parti communiste ouvrier de Hongrie

13 – Parti ouvrier d'Irlande

14 – Parti socialiste de Lettonie

15 – Parti communiste libanais

15 – Front populaire socialiste de Lituanie

16 – Parti communiste du Luxembourg

17 – Parti communiste de Malte

18 – Parti communiste du Mexique

19 – Nouveau parti communiste des Pays-Bas

20 – Parti communiste du Pakistan

21 – Parti communiste philippin

22 – Parti communiste de Pologne

23 – Parti communiste Roumain

24 – Parti communiste d'Union soviétique

25 – Parti communiste de la Fédération de Russie

26 – Parti communiste ouvrier russe

27 – Nouveau parti communiste de Yougoslavie

28 – Parti des communistes de Serbie

29 – Parti communiste des peuples de Serbie

30 – Parti communiste syrien

31 – Parti communiste de Turquie

32 – Union des communistes d'Ukraine

33 – Parti communiste d'Australie

34 – Parti communiste des peuples d'Espagne

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Mouvement Communiste International
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 06:11

AKROPOLI3Déclaration commune des partis communistes et ouvriers des cinq pays aux taux de chômage les plus élevés de l'UE


 

« S'organiser et lutter pour un emploi stable avec des droits. Des mesures immédiates pour les chômeurs. Lutter pour une société sans chômage, sans exploitation, sans capitalistes. La réponse, c'est le socialisme. »

 



Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Travailleur, chômeur,



Les Partis communistes et ouvriers des pays d'Europe qui sont le plus touchés par le chômage : l'Espagne, la Grèce, la Lituanie, la Lettonie et l'Irlande te lancent un appel à la lutte et à l'organisation.



Nous nous adressons aux 24 millions de chômeurs « officiels » au sein de l'Union européenne, particulièrement aux chômeurs de longue durée, aux jeunes chômeurs et aux femmes qui sont les plus durement touchés.



Nous nous adressons à tous ceux qui ne sont pas comptés dans les statistiques officielles, mais connaissent ce cauchemar que constitue le chômage.



Nous nous adressons aux travailleurs indépendants, aux intérimaires, aux travailleurs sans sécurité sociale, à ceux qui travaillent à temps partiel avec des horaires flexibles, avec des contrats individuels, avec des contrats à la pièce, qui subissent le chantage patronal, qui doivent faire face au risque du licenciement et du chômage.



Nous nous adressons à tous ceux qui sont contraints au travail forcé non-rémunéré sous prétexte d'un retour au travail ; ceux privés de leurs droits à des indemnités de licenciement face à des patrons plaidant l' « incapacité à payer » ; les travailleurs en grève et engagés dans des occupations et des sit-ins pour défendre leurs emplois et leurs droits.



Nous nous adressons aux agriculteurs qui sont écrasés, les petits travailleurs indépendants qui ont été contraints de fermer boutique sous les assauts des monopoles, la ligne politique anti-populaire d'austérité qui s'en prend aux familles ouvrières et populaires.



Vous tous, comme pour tout travailleur aujourd'hui, comprenez mieux que quiconque que cette « jungle » du travail se développe et devient une loi générale que, rapidement ou lentement, le grand capital, ses gouvernements, et l'UE cherchent à imposer sur chaque lieu de travail. Il n'y a pas de temps à perdre.



Dans les pays où nos partis opèrent, l'Espagne, la Grèce, la Lituanie, la Lettonie et l'Irlande, le chômage a atteint des niveaux très dangereux. La classe bourgeoise dans chaque pays et l'alliance prédatrice de l'UE dans son ensemble, ont déclaré la guerre à la classe ouvrière et aux couches populaires. La crise économique capitaliste conduit à de nouvelles mesures qui s'attaquent à tout ce qu'avait épargné l'offensive anti-populaire dans la période précédente, en particulier après le Traité de Maastricht.



Dans cette dure réalité, une poignée de ploutocrates a réalisé des profits fabuleux. Et pourtant ils exigent de nouvelles mesures. Leur crise n'est pas une crise de la dette, c'est une crise capitaliste dont l'origine est une crise de sur-accumulation de capital.



Pour surmonter la crise dans les intérêts du capital, les industriels, les banquiers et les autres fractions de la ploutocratie avec leurs représentants politiques imposent des mesures brutales afin de faire encore baisser le prix de la force de travail, poussant ainsi de nouveaux travailleurs vers le chômage.



Dans cette situation, la résistance populaire à ces mesures brutales a été entravée par des éléments au sein du mouvement ouvrier et syndical qui, ayant accepté depuis longtemps la logique et l'idéologie du capitalisme, prétendent désormais qu'il n'y a pas d'autre choix que de succomber à l'offensive du capital.



La voie à suivre est celle qui consiste à rallier les travailleurs et leurs familles à des luttes populaires sur des bases de classe, avec une stratégie qui défende les intérêts. Les partis communistes et ouvriers doivent être au cœur de ce processus.



Lutter avec les forces de classe, lutter avec les partis communistes et ouvriers.



Organisez-vous dans vos syndicats et sur vos lieux de travail. Contribuez au développement des actions. C'est dans ce sens que la classe ouvrière doit se renforcer.



Exigez des mesures immédiates pour la protection des chômeurs :



  • des allocations chômage décentes pour tous les chômeurs;

  • une couverture santé médicale et pharmaceutique générale comprise dans la sécurité sociale:

  • gel des emprunts et des hypothèques ;



Le chômage n'est pas un phénomène naturel. Il se développe au sein d'un système capitaliste qui se caractérise par l'anarchie dans la production, par l'exploitation.



Seule une économie socialiste, c'est-à-dire une économie centrale planifiée qui sera basée sur le pouvoir populaire et la socialisation des moyens de production peuvent garantir le droit au travail pour tous.



C'est ce qui s'est produit en Union soviétique et dans d'autres pays socialistes, et il s'agit d'un acquis historique et une des nombreuses réalisations des pays socialistes.



Nos partis lancent un appel à la lutte quotidienne, à la lutte pour l'abolition de l'exploitation de l'homme par l'homme, pour une société sans chômage, pour le socialisme qui peut seul satisfaire les besoins du peuple.

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Mouvement Communiste International
commenter cet article