Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 05:28

Soda-Stream-Picket-10.11.12---J-Big-Banner.JPGJ-Big – ces Juifs qui soutiennent le boycott d'Israel

 

Article du Morning Star, quotidien communiste britannique

 

 

 

Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Les deux se sont rencontrées à travers Juifs pour la justice pour les palestiniens (JfJfP en anglais), fondé en février 2002 en réponse à la seconde intifada.

 

Fink a rejoint le mouvement en juillet de l'année dernière. Venant d'un milieu conservateur, pro-israélien, elle a été rassuré de pouvoir rencontrer des congénères juifs qui étaient opposés à la politique israélienne en Palestine.

 

Elle perçoit la JfJfP comme une organisation importante.

 

On montre qu'« Israël ne représente pas tous les Juifs »

 

« Elle montre au monde qu’Israël ne représente pas tous les Juifs, qu'ils ne peuvent pas compter sur le soutien de tous les Juifs », dit-elle. « Et dans une certaine mesure, elle protège les critiques non-juifs de la politique israélienne des accusations fallacieuses d'anti-sémitisme ».

 

L'anti-sémitisme est souvent l'accusation lancée à ceux qui osent critiquer Israël, dans le but de les intimider pour mieux les réduire au silence.

 

Fink sentait qu'il fallait être une voix spécifiquement juive pour soutenir la campagne de boycott des biens israéliens, elle a donc fondé avec Wimborne-Idrissi J-Big en 2006.

 

Boycotter les biens israéliens, c'est « kascher » !

 

Elles ont choisi le slogan pince-sans-rire : « il est kascher de boycotter les biens israéliens », soulignant le fait que de nombreux Juifs sont impliqués dans la campagne Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), donc qu'il est « kascher » d'y participer.

 

Wimborne-Idrissi vient d'une famille juive de gauche. Son père vendait le prédécesseur du Morning Star, le Daily Worker, donc la solidarité avec les peuples opprimés est quelque chose avec lequel elle a grandi.

 

Elle a découvert JfJfP dans la campagne contre la guerre en Irak, en 2003. Un intervenant lors d'une manifestation « Stop the war » parlait, en tant que Juif, pour les droits des Palestiniens. Wimborne-Idrissi s'est engagée sur-le-champ.

 

Elle a senti que JfJfP, tout en faisant du bon travail dans la communauté juive, n'était pas allé aussi loin qu'elle et d'autres le souhaitaient dans la campagne de boycott. Il fallait aller un peu plus loin.

 

La Campagne de Solidarité avec la Palestine avait monté une campagne pour le boycott des biens israéliens et se montrait intéressé à se voir soutenu par une voix spécifiquement juive.

 

Wimborne-Idrissi et Fink ont rassemblé des personnes partageant leurs convictions et ont créé J-Big. Une déclaration fondatrice était publiée, une banderole avec le slogan « kascher » était produite et J-Big commençait à construire la mobilisation de solidarité.

 

Résister aux accusations fielleuses des extrémistes sionistes

 

Wimborne-Idrissi dit qu'il n'a pas fallu attendre longtemps avant que ne se déchaîne un déluge d'accusations fielleuses.

 

Elles se voyaient stigmatisées comme des « Juifs qui ne s'assumaient pas » (self-hating Jews) et des « traîtres à l’État juif d’Israël ».

 

« Nous n'avions pas d'illusions sur le fait que la campagne puisse faire s'effondrer l'économie israélienne », dit-elle.

 

« Boycotter les avocats et les poivrons qui ont poussé dans les territoires palestiniens occupés, et qui sont vendus ensuite comme israéliens, cela n'allait pas mettre l'économie du pays à genoux, mais pointer l’immoralité sur comment et où ces biens sont produits, c'est un message important à faire passer ».

 

Une participation active au boycott culturel d’Israël

 

J-Big s'est de plus en plus intéressée au boycott d'Israel à un niveau institutionnel – par exemple, en boycottant certains événements culturels tels que les musiciens israéliens venant en Grande-Bretagne sous la bannière israélienne pour se produire ici pendant que des artistes palestiniens subissent l'occupation.

 

Ici, la formation musicale de Fink – elle est diplômée de musique et soprano expérimentée – a fait irruption sur le devant de scène.

 

En travaillant avec d'autres dans le mouvement BDS (Boycott, désinvestissement, sanctions), Fink a commencé par interrompre le Quartet de Jérusalem au Wigmore Hall en 2010, chantant une parodie de Jerusalem, Holy city.

 

J-Big était aussi impliquée quand la campagne a touché une cible d'un niveau encore supérieur, encourageant le maximum de personnes possible à se joindre aux manifestations quand l'Orchestre philharmonique d’Israël a joué au Royal Albert Hall en 2011.

 

Il y eut de nombreuses perturbations lors de la prestation de l'orchestre, la première impliqua 13 militants dans un chœur dirigé par Fink.

 

Sue Blackwell, membre éminent du Comité britannique pour les Universités de Palestine qui a écrit les paroles de la parodie de Wigmore, écrivit une nouvelle version de l'Hymne à la joie transformé en Hymne au boycott, incluant les paroles « Israel, cesse ton occupation, la Palestine doit désormais être libre, le nettoyage ethnique et l'apartheid doivent être de l'histoire ancienne ! ».

 

Manifestants, qui venaient de loin – d'Edinbourg ou de Brighton – étaient placés de façon stratégique autour de l'auditorium et leurs interventions étaient parfaitement calibrées.

 

Lors d'un intermède musical, les manifestants dans les sièges vides du choeur se sont levés et ont brandi des pancartes qui, toutes mises ensemble, formaient le mot d'ordre : « Free Palestine ».

 

Les manifestants furent finalement escortés hors de la salle de concert, mais l'action a fait le tour du monde.

 

Fink explique que l'action controversée visait à pointer du doigt la façon dont l'orchestre agissait comme un ambassadeur culturel, faisant apparaître Israël comme un pays civilisé.

 

« En tant que musicien, j'ai trouvé cela difficile d'interrompre une si belle musique », dit-elle. « Mais les droits humains fondamentaux sont plus importants ».

 

« Il ne s'agit pas seulement d'influencer le public du concert, mais d'influencer l'opinion monndiale. Vous ne pouvez pas faire cela en distribuant quelques tracts ».

 

Wimborne-Idrissi ajoute que les manifestations étaient prévues pour perturber le moins possible la beauté de la musique.

 

Le concerto de violon de Bruch faisait ainsi partie du programme. Donc, le « Free Palestine ! » devait être crié quand le chef d'orchestre levait sa baguette au début de la pièce, mais pas une fois que le violon avait commencé à jouer.

 

Les perturbations étaient orchestrées de façon à s'harmoniser avec la performance, la transformant en une arme pour les Palestiniens.

 

Le concert ne fut pas annulé. C'est la BBC qui a interrompu le programme – chose qui n'était jamais arrivée auparavant dans l'histoire des représentations de concerts. Ce fut une opération encore plus réussie que l'action précédente à Wigmore Hall.

 

J'ai suggéré que ce que cette bande d'une trentaine de personnes avait fait cette nuit à Albert Hall ne visait pas tant à déranger Beethoven, qui était joué, qu'à être fidèle à son esprit. Fink et Wimborne-Idrissi étaient d'accord : « Beethoven était un révolutionnaire ».

 

Une pierre au mouvement mondial contre le boycott

 

Wimborne-Idrissi souligne que le mouvement mondial pour le boycott, commencé par les Palestiniens eux-mêmes, ne vise pas des Israéliens en tant qu'individus – et certainement pas des Juifs en tant que Juifs.

 

Il cible des institutions et vise à l'égalité pour les Palestiniens vivant en Israel, la liberté pour les Palestiniens vivant en territoires occupés et la justice pour les réfugiés palestiniens, y compris le droit au retour pour tous ceux contraints de fuir leurs maisons depuis la Nakba (« catastrophe ») de 1948.

 

 

Ensemble, ces mouvements espèrent gagner leur bataille pour la justice pour les Palestiniens – quelque chose que l'ONU n'a visiblement pas pu conquérir.

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Palestine-Israël
commenter cet article
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 05:29

maki-manif-tel-aviv.jpgDes milliers d’Israéliens manifestent à Tel Aviv contre la guerre à Gaza

 

Communiqué du Parti communiste d’Israël

 

Traduction ML pour vivelepcf et http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Autour de 7000 Israéliens ont manifesté samedi 26 juillet contre la guerre à Gaza sous le mot d’ordre : «  Assez de morts – La paix maintenant entre Israéliens et Palestiniens ».



Le rassemblement s’est déroulé sur la place Rabin dans le centre de Tel Aviv. Parmi les slogans clamés par les manifestants : « Arrêtez la guerre ! », « Retour des soldats à la maison ! » ou « Juifs et Arabes refusent d’être des ennemis ».



Plusieurs personnalités ont pris la parole dont le député Dov Khenin [de la coalition Hadash], un ancien combattant de l’association « Combattants pour la paix », Yifat Solel, représentant du « forum anti-occupation » du parti Meretz, le professeur Eva, président de l’académie des arts décoratifs Bezalel, Odeh Bisharat, écrivain et ancien secrétaire du Hadash, le docteur Julia Chaitlin, professeur au collège académique Sapir de Sderot, qui habite dans le kibboutz Urim, à proximité de Gaza. Alon-Lee Green, membre du Comité central du Parti communiste d’Israël et responsable syndical, présentait les intervenants.



La chaîne de télévision Channel 2 a remarqué que le parti sioniste de gauche, Meretz et l’association « La Paix maintenant » n’étaient pas présentes en tant que tels.



Ben Kfir, du « cercle des parents », dont la fille a été tuée dans un attentat suicide du Hamas en 2003, a également pris la parole. Il a contredit l’affirmation du gouvernement selon laquelle il n’y aurait pas de partenaire avec qui faire la paix parmi les Palestiniens.



Les intervenants ont critiqué l’attitude du gouvernement qui refuse les négociations de paix. Et qui ne connaît d’autre politique que la guerre. Les manifestants ont réclamé la fin de l’occupation et du siège de Gaza. Ils ont allumé des bougies en mémoire des victimes.



De l’ordre de 300 contre-manifestants d’extrême-droite ont essayé de saboter le rassemblement. Un important cordon de police enserrait la place pour séparer les deux camps. 8 personnes ont été arrêtées.



On pouvait lire dans l’appel à la manifestation :



« Samedi, le camp de la paix se rassemble place Rabin. Le tribut payé à la guerre est lourd en vies, en blessures des deux côtés, en destruction et horreur, sous les bombes et les roquettes. Nous réagissons en nous rassemblant et en portant cette exigence : « Arrêtez la guerre maintenant ! ».



« Nous devons arrêter la guerre et entamer les discussions avec les dirigeants palestiniens reconnus de Cisjordanie et de Gaza pour mettre fin à l’occupation et au blocus et pour arriver à l’indépendance et à la justice pour les deux peuples, israélien et palestinien. »



« Au lieu, encore et encore, d’ajouter des guerres et des actions militaires aux guerres et actions militaires, il est temps d’ouvrir la voie au dialogue et à un règlement politique. Il y a une solution politique. Quel prix devrons nous encore payer, population du Sud et de l’ensemble d’Israël, population de Gaza et de Cisjordanie, avant d’arriver à cette solution ? Ensemble, Juifs et Arabes, nous allons surmonter l’occupation et la guerre, la haine et le racisme et nous allons ouvrir un chemin pour la vie et pour l’espoir. »



Vidéo du rassemblement : http://www.youtube.com/watch?v=85mbQ-gnUQE





 

 

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Palestine-Israël
commenter cet article
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 05:58

palestine libreDéclaration de 28 organisations de jeunesse communiste sur le « nouveau génocide d’Israël contre le peuple palestinien »



Traduction corrigée et reprise par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Les organisations de jeunesse signataires de la déclaration suivante dénoncent fermement les opérations militaires de l'état Israélien contre le peuple Palestinien, qui ont déjà causé la perte de centaines de vies humaines.

 

Les États-Unis, mais aussi l'Union européenne, qui encouragent les activités criminelles d'Israël en lui apportant un soutien sans réserves, en mettant sur un pied d'égalité criminels et victimes, en renforçant leurs relations politiques, financières et militaires avec Israël de plusieurs façons, en organisant par exemple des exercices militaires communs avec les forces armées israéliennes, portent de lourdes responsabilités dans ce crime permanent contre le peuple Palestinien et sa jeunesse.

 

Les organisations de jeunesse communistes appellent les jeunes femmes et les jeunes hommes du monde entier à mettre en échec, par notre lutte et notre solidarité internationale, le nouveau génocide d'Israël contre le peuple palestinien et sa jeunesse qui sont la cible d'une agression impérialiste, s'appuyant sur les plans impérialistes plus globaux qui sont une réalité, déjà mise en œuvre dans l'ensemble du Moyen-Orient et de la Méditerranée Orientale.

 

Nous demandons :



  • que l’opération militaire en cours de l'armée israélienne contre le peuple palestinien cesse immédiatement ;

     

  • que l'armée d'occupation israélienne et tous les colons quittent les territoires palestiniens ;

     

  • la libération de tous les prisonniers politiques des prisons israéliennes et le droit au retour chez eux de tous les Palestiniens. La résolution de la question des réfugiés palestiniens conformément aux résolutions de l'ONU ;

     

  • la fin des exercices militaires communs et de tous les traités de coopération militaire avec Israël ;

     

  • un Etat palestinien indépendant dans les frontières de 1967 avec Jérusalem Est comme capitale ;

     





1 – Fédération de la Jeunesse communiste d'Argentine – La Fede

2 – JC d'Autriche – KJO

3 – JC de Bolivie – JCB

4 – JC du Brésil – UJC

5 – JC du Canada

6 – Jeunes socialistes de Croatie

7 – EDON, Chypre

8 – JC de République tchèque – KSM

9 – JC au Danemark – Ungkomunisterne Danmark

10 – JC d'Equateur – JCE

11 – JC française – MJCF

12 – Jeunesse ouvrière socialiste allemande – SDAJ

13 – JC grecque – KNE

14 – JC d'Irlande

15 – JC d’Israël

16 – Front des JC italiennes – FGC

17 – JC du Luxembourg – JCL

18 – JC du Mexique – FJC

19 – JC Paraguayenne – JCP

20 – JC du Pérou « Patria Roja » – JCP PR

21 – JC péruvienne – JCP

22 – JC portugaise – JCP

23 – JC révolutionnaire de la Russie – RKSMb

24 – JC de Yougoslavie (Serbie) – SKOJ

25 – Collectifs des jeunes communistes d'Espagne – CJC

26 – Union de la jeunesse communiste d'Espagne – UJCE

27 – JC de Suède – SKU

 

28 – JC syrienne – Jeunesse Khaled Bagdach

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Palestine-Israël
commenter cet article
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 06:24

2014-10-09.jpgLe Parti communiste israélien condamne fermement l'agression israélienne contre Gaza et rejette toute attaque visant des civils

 

Communiqué du Parti communiste d'Israel (PCI), traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

 

Le Parti communiste d'Israel (PCI) exprime sa colère et sa condamnation ferme de la guerre terroriste vicieuse et meurtrière que mène le gouvernement israélien contre le peuple de Gaza et les arabo-palestiniens plus largement ces derniers jours.

 

De la même façon, le PCI réprouve clairement et sans ambiguïté le bombardement de civils israéliens par le Hamas et d'autres organisations dans la bande de Gaza. De notre point de vue, de telles attaques ne sont pas seulement répréhensibles mais aussi contre-productives à la cause palestinienne même, précisément son aspiration juste et légitime à établir un Etat indépendant aux côtés de l’État d’Israël, dont la capitale est Jérusalem-est, dans les frontières du 4 juin 1967.

 

En dépit de notre dénonciation de toute attaque contre la population civile, le PCI met l'accent sur le fait que le responsable de l'escalade et du bain de sang actuel est le gouvernement d’Israël – son refus continu de toute perspective d'une paix juste, les massacres de masse et les ravages qu'il inflige à Gaza, son indifférence totale pour les vies et le bien-être palestiniens et, surtout, son éternel renforcement de l'occupation israélienne et de la colonisation de la Cisjordanie et de Jérusalem-est accompagnant le blocus inhumain de Gaza.

 

Comme le PCI avait mis en garde il y a un mois de cela, la réelle motivation de l'administration Netanyahu n'a jamais été de garantir la sécurité des israéliens mais seulement de faire obstacle au gouvernement d'unité nationale palestinien et de s'absoudre de toute responsabilité dans l'échec des négociations de paix.

 

Nous devons désormais ajouter que l'agression actuelle contre Gaza sert également le gouvernement israélien dans deux autres façons: (1) elle consolide la coalition de Netanyahu dans une période d'agitation sociale interne, elle aide ainsi Netanyahu à maintenir intact son gouvernement criminel, et (2) elle met les questions de pauvreté, d'inégalité, de racisme, de sexisme sous le tapis, et marginalise toutes les luttes pour la justice sociale et la démocratie.

 

Tout le monde sait désormais que Netanyahu, et ses compères de choc au gouvernement tout comme l'armée étaient au courant que les trois jeunes colons assassinés avaient été enlevés, dès le premier jour.

 

Quelle était la cause de l'invasion israélienne et des arrestations de masse en Cisjordanie si ce n'est mettre la feu à la région et défendre les objectifs affichés ?

 

Le PCI réaffirme son dernier message et insiste à nouveau sur le terrorisme, beaucoup plus massif et dangereux, de l'occupation israélienne et toutes ses conséquences, ses crimes de guerre, y compris le mur de séparation, le blocus et les complexes coloniaux.

 

L'histoire nous enseigne que toute occupation rencontre la résistance du peuple occupé. Le droit international garantir au peuple occupé le droit de résister à l'occupation en usant des moyens légitimes dans sa lutte légitime. Le PCI réaffirme sa position de principe contraire à toute attaque visant les civils, en particulier des mineurs.

 

Le PCI appelle les mouvements progressistes, les organisations de défense des droits de l'Homme et tous les États du monde à organiser des événements en solidarité avec le peuple palestinien, appelant le gouvernement israélien à cesser immédiatement son agression contre la bande de Gaza et à arrêter ses crimes de guerre, et tant le gouvernement israélien que les organisations palestiniennes de s'abstenir de toute attaque contre des civils.

 

Non aux crimes de guerre !

 

Non aux attaques contre des civils !

 

Levée du blocus de Gaza !

 

 

A bas l'occupation !

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Palestine-Israël
commenter cet article
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 05:32

Freedom for Gaza by babylonienLe massacre du peuple de Palestine doit cesser maintenant



Communiqué de 51 partis communistes, traduit par MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Nous, partis communistes qui signons cette déclaration commune condamnons l'offensive barbare et criminelle de l’État d’Israël contre le peuple palestinien.



Nous exprimons notre entière solidarité avec le peuple palestinien et nous appelons les travailleurs du monde entier à se mobiliser afin de renforcer la vague de condamnation d’Israël, afin que la solidarité avec le peuple palestinien trouve une expression concrète.



Les États-Unis portent une énorme responsabilité dans ces événements sanglants, ils soutiennent Israël, par tous les moyens possibles, dans sa poursuite de l'oppression et du massacre du peuple palestinien.



L'Union européenne porte également une responsabilité, en suivant la ligne consistant à mettre à « équidistance » la victime et le persécuteur, et en développant dans le même temps une coopération avec Israël dans les domaines militaire, économique et politique.



Les partis communistes et ouvriers qui signent cette déclaration exigent que :



  • Le crime contre le peuple palestinien soit condamné ;

     

  • Les raids aériens continus contre le peuple palestinien cessent immédiatement et qu'une offensive terrestre soit empêchée ;

     

  • Les armées d'occupation israéliennes se retirent ;

     

  • Les prisonniers politiques soient tous libérés immédiatement des geôles israéliennes ;

     

  • L'inacceptable mur de division soit démoli et toute forme de blocus contre les Palestiniens à Jérusalem, en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza soit levée ;

     

  • La fin immédiate des colonies et le retrait de tous les colons qui se sont établis au-delà des frontières de 1967 ;

     

  • Le droit au retour de tous les réfugiés palestiniens chez eux, sur la base des décisions de l'ONU correspondantes ;

     

  • Les exercices militaires communs et les accords de coopération militaire avec Israël soient annulés ;

     

  • Un État palestinien dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, soit institué ;





1 - Parti communiste d'Albanie

2 - PADS, Algérie

3 - Parti communiste d'Australie

4 - Tribune démocratique progressiste, Bahrein

5 - Parti communiste du Bangladesh

6 - Parti des travailleurs du Bangladesh

7 - Parti communiste brésilien

8 - Parti communiste britannique

9 - Nouveau parti communiste de Grande-Bretagne

10 - Parti communiste du Canada

11 – Parti communiste du Chili

12 – Parti socialiste ouvrier de Croatie

13 – AKEL, Chypre

14 – Parti communiste au Danemark

15 – Parti communiste colombien (et les FARC-EP)

16 – Parti communiste de Finlande

17 – Parti communiste allemand

18 – Parti communiste de Grèce

19 – Parti ouvrier hongrois

20 – Parti communiste d'Inde (marxiste)

21 – Parti Tudeh, Iran

22 – Parti communiste d'Irlande

23 – Parti communiste d'Israel

24 – Parti des communistes italiens

25 – Parti communiste jordanien

26 – Parti communiste du Luxembourg

27 – Parti communiste du Mexique

28 – Parti populaire socialiste, Mexique

29 – Nouveau parti communiste des Pays-Bas

30 – Parti communiste de Norvège

31 – Parti communiste palestinien

32 – Parti du peuple palestinien

33 – Parti communiste péruvien

34 – Parti communiste philippin (PKP-1930)

35 – Parti communiste du Pologne

36 – Parti communiste portugais

37 – Parti communiste de Roumanie

38 – Parti communiste de Fédération de Russie

39 – Parti communiste des travailleurs de Russie

40 – Parti communiste sud-africain

41 – Nouveau parti communiste de Yougoslavie, Serbie

42 – Parti des communistes de Serbie

43 – Parti communiste de Slovaquie

44 – Parti communiste des peuples d'Espagne

45 – Parti des communistes de Catalogne, Espagne

46 – Parti communiste soudanais

47 – Parti communiste de Suède

48 – Parti communiste de Syrie

49 – Union des communistes d'Ukraine

50 – Parti du travail d'Autriche

51 – Parti communiste ouvrier de Biélorussie



 

S'associent à la déclaration : le PRCF (France), le Parti communiste (Italie), l'Union du peuple galicien (Espagne), le Parti communiste (Suède)

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Palestine-Israël
commenter cet article