Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 17:05

© Da Maia Nogueira023200 000 travailleurs portugais ont répondu à l'appel de la CGTP, dans les rues de Lisbonne et Porto, et dit « Non au programme d'agression » du gouvernement, du FMI et de l'UE

 

Communiqué du Parti communiste portugais (PCP)



Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



« Nous sommes venus ici en force, pour la lutte qui s'annonce ! »un des mots d'ordre entendu durant les trois heures de la grande manifestation de la CGTP-IN [NdT : syndicat organiquement lié au PC Portugais], de la place du Duc de Saldanha jusqu'à la Place des restaurateurs, à Lisbonne – résume le message fondamental de cette journée de lutte.



Les près de 200 000 personnes qui sont descendues dans la rue – 130 000 dans la capitale et 60 000 à Porto, et près d'un millier à Funchal – ont donné du corps et de la voix à cette manifestation juste « Contre la paupérisation et les injustices », et ont fait défiler dans un cortège unique les diverses batailles qui ont dernièrement impliqué des travailleurs de différents secteurs et entreprises, tout comme d'autres couches du peuple, les usagers de services publics, notamment ceux de la santé.



Mais ces milliers de portugais et de portugaises sont venus également dire qu'ils ne se plient pas au diktats de l'entente entre la troïka, défenseur des intérêts des financiers qui veulent continuer à pomper la richesse nationale, et la troïka des partis [Le Parti socialiste et les deux partis dits de droite : PSD et PP] qui s'en tiennent aux politiques de droite et acceptent de se soumettre au pacte d'agression.



A Lisbonne, la manifestation fut menée par un groupe des travailleurs de la TNC [Transportadora nacional de camionagem, entreprise de transport national par camion], encadré de six camions avec des banderoles. Suivaient les dirigeants de la CGTP-IN ainsi qu'un groupe de militants enthousiastes d'Interjovem [Secteur jeunes travailleurs de la CGTP]. A côté du personnel de l'entreprise de camionnage, sur l'estrade montée sur la Place des restaurateurs, un autre cas exemplaire de détermination dans la lutte pour la défense des emplois et de l'appareil productif a été mis à l'honneur avec la participation des travailleurs des Porcelaines Bonvida, de Batalha, et du supermarché Leclerc, de Portimão. A Lisbonne, ont manifesté des travailleurs des districts du Sud, notamment ceux de Castel Branco, Santarém et Leiria. Sur la Place des restaurateurs, sont intervenus Isa Girão, d'Interjovem, et Manuel Carvalho da Silva, secrétaire-général de la CGTP-IN. Une délégation du PCP comprenant le secrétaire-général Jeronimo de Sousa, a salué le passage des manifestants et a fini par intégrer également le défilé, Avenue de la Liberté.



A Porto, se sont tenus deux rassemblements, un Place des Lions (pour les manifestants de Porto même) et l'autre Place de la Bataille (pour ceux des autres districts du Centre et du Nord du pays), d'où les manifestants ont défilé vers une destination commune : l'Avenue des alliés, où est intervenu João Torres, de la Commission Exécutive de la CGTP-IN.



Semaine de lutte


cartaz 20111001 750Avec toute la force affichée aujourd'hui, la CGTP-IN et les travailleurs partent avec un moral gonflé à bloc pour la réalisation de la « semaine de lutte », que la centrale va mettre en œuvre entre le 20 et le 27 octobre avec des grèves totales ou partielles et des actions publiques, « dans une lutte qui doit être de plus en plus générale » - comme l'affirme la résolution issue des manifestations d'aujourd'hui.



Vidéo du PC Portugais montrant des images de la manifestation ainsi qu'une intervention du secrétaire-général Jeronimo de Sousa : http://www.youtube.com/watch?v=7z9SDyDCkUI&feature=player_embedded



Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Portugal
commenter cet article
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 11:30

festa avante 201135ème Fête d'Avante au Portugal du 2 au 4 septembre


Une fête politique pas comme les autres qui mise sur le renforcement du parti dans les luttes contre l'austérité concoctée par l'UE



Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Ce 2 septembre marque le premier des trois jours de la fête traditionnelle des communistes portugais, la fête d'Avante, qui se tient comme chaque année à Seixal, dans la banlieue de Lisbonne. Cette année, comme pour la trente-cinquième année consécutive depuis la chute de la dictature de Salazar, des centaines de milliers de militants, sympathisants, jeunes et travailleurs retrouveront une fête placée sous le signe de la « lutte et de la fête ».



Fortement inspirée à sa création par la Fête de l'Humanité, telle que nous l'avons connue en France dans les années 1970 et 1980, elle reste selon les organisateurs une « manifestation culturelle de classe et de masse », offrant une remarquable diversité d'activités : compétitions sportives, expositions culturelles et artistiques, représentations théâtrales ou de danse. Sur le plan de la programmation musicale, derrière l’éclectisme apparent, une cohérence réelle : des musiques traditionnelles portugaises à une ouverture à la musique du monde, de grandes voix de l'opéra aux chanteurs à texte, de la nouvelle scène portugaise au rock alternatif.



Mais ce qui fait de la fête d'Avante une « fête pas comme les autres », c'est tout autre chose. Comme la fête de l'Humanité en son temps, la fête d'Avante est tout d'abord une fête politique, et une fête communiste, un moment essentiel de présence du PCP et de rencontre avec les masses.





La fête comme point de départ de la lutte pour mettre en échec l'austérité voulue par l'UE et mise en œuvre par le PS et la droite



Cette année, plus encore que l'an dernier, la Fête est conçue comme le point de départ de la lutte que doit mener le peuple portugais pour mettre en échec la politique de guerre contre le monde du travail coordonnée par la troïka (BCE/FMI/UE) et défendue sur le plan national tant par la droite que le PS.



Sur tous les stands comme sur l'espace central, la question de l'organisation de la résistance et de l'alternative à cette politique de droite sera centrale. C'était le cas au « Forum » hier soir avec le débat « Souveraineté et développement – refuser l'intervention extérieure, renégocier la dette, défendre la production et les services publics ». Ce sera encore le cas aujourd'hui et demain avec des débats sur la lutte contre l'exploitation et la modification du Code du travail, la lutte contre les privatisations et pour la défense de l'appareil productif national.



Jeronimo de Sousa, secrétaire-général du PCP, dans son discours d'ouverture prononcé hier après-midi, a bien indiqué cette ligne de résistance : « Non, nous n'acceptons pas cette politique. Nous n'acceptons pas la politique du moindre mal. Il y a une alternative, une alternative patriotique et de gauche (…) Nous pouvons construire autre chose dans l'action, dans la convergence des luttes concrètes ».



Ce n'est pas un hasard si Jeronimo de Sousa conclut son discours en réaffirmant le rôle central du parti : « un parti qui doit devenir plus fort, influent et préparé pour tous les combats en cours et ceux qui s'annoncent ».



Un espace central à l'image des objectifs que se fixe le Parti : renforcer le Parti, organiser la lutte contre l'austérité, l'alternative socialiste



L'espace central reste cette année, comme toujours, le principal lieu d'échange et le cœur politique de la fête. Les responsables de la fête ont choisi d'organiser l'espace en cinq zones, reflétant clairement les priorités du Parti communiste portugais :



La 1ère zone est consacrée au Parti, à l'exposition de son identité et de sa nature : son objectif, la construction du socialisme et du communisme ; sa nature de classe, le parti de la classe ouvrière ; sa base théorique, le marxisme-léninisme ; ses principes organisationnels, le centralisme démocratique et enfin son caractère à la fois patriotique et internationalisme

La 2nde zone, historique, est réservée à la lutte clandestine de résistanceà la dictature fasciste de Salazar.

La 3ème zone, elle fait le lien avec l'actualité, en insistant sur l'héritage de la Révolution d'avril, les conquêtes d'Avril et la trahison de la révolution, la transformation du parti de cadres en un parti de masses et enfin la lutte acharnée qu'a mené le PCP contre la construction européenne depuis la fin des années 1970.

La 4ème zone, c'est l'espace de résistance à la politique d'ingérence étrangère de la troïka, d'aggravation de l'exploitation et des injustices. Le point de départ de cet espace sera la phrase de Brecht : « Il y a pire que de braquer une banque, c'est d'en fonder une ». Sont indiqués les responsables de la situation du pays (les partis de droite, le PS, l'UE, les grands groupes capitalistes) ainsi qu'une alternative reposant fondamentalement sur la défense de la souveraineté nationale, le pari de la production nationale et la défense des services publics.

La 5ème zone, enfin, exposera l'objectif et l'alternative des communistes, le socialisme comme « exigence d'actualité et d'avenir ».



Le renforcement du parti et le rappel de l'histoire glorieuse des communistes seront, avec l'organisation de la résistance, un des deux piliers politiques de la fête. A chaque coin de la Fête, les militants communistes proposeront l'adhésion sous le mot d'ordre simple : « Adhère au PCP, ce parti est le tien ! ». Un des débats centraux de la fête se tenait hier soir sous le thème et donnait le ton :« Le lien du parti aux masses – question décisive pour le renforcement du Parti ».



Même les commémorations historiques de cette année – 35ème anniversaire de la révolution d'Avril et 140ème de la Commune de Paris – mettront l'accent sur l'actualité des idées communistes. L'exposition et le débat sur la Commune de Paris seront ainsi tournés vers l' « actualité de l'idéal communiste ».

 

Solidarité internationale et soutien aux luttes de masse et aux processus révolutionnaires aux quatre coins du globe !

 

L'espace international sera sans nul doute un autre lieu d'intense activité politique sur la fête. Comme chaque année, plusieurs dizaines d'organisations étrangères seront invités à la Fête, la plupart issues du monde communiste. Des partis communistes européens au Parti communiste allemand (DKP), espagnol (PCE), grec (KKE), italien (PRC et PdCI), britannique (CPGB), turc (TKP) mais aussi latino-américains comme les PC brésilien chilien, colombien, uruguayen. Des partis africains issus des mouvements de libération nationale, ayant pour la plupart lutté contre le colonialisme portugais avec l'apport décisif du PCP, sont également invités. A noter que, comme c'est le  cas depuis plusieurs années, le PCF est invité à la fête mais ne sera pas présent. Un fait que nous regrettons.



Cette année, l'accent est mis nettement sur le soutien aux luttes de masse et aux processus révolutionnaires en cours sur les quatre continents. En Europe,sur la lutte des peuples et des travailleurs contre la politique de l'Union européenne avec le débat « Europe – crise du capitalisme, lutte et alternative ». Dans le monde Arabe, avec les événements des derniers mois aux potentialités tant révolutionnaires que contre-révolutionnaires, les communistes portugais décidant d'insister sur l' « agression impérialiste contre le Monde Arabe » à la lumière des derniers développements en Libye et en Syrie. En Amérique latine, avec le pari des communistes cubains d' « avancer sur la voie de la révolution, vers le socialisme, l'occasion pour les communistes portugais de réaffirmer leur solidarité sans failles avec Cuba socialiste. Enfin, en Asie, avec une commémoration des 90 ans du PC Chinois, et un défi ouvert sur l'avenir de la révolution chinoise : « Les grandes conquêtes et les défis de la Chine ».


JCP Avante

Les communistes français souhaitent aux camarades portugais une bonne fête de l'Avante ! Une fête dans un esprit de fête et de lutte, une fête qui a fait le choix de rester une fête politique communiste, dans un esprit de solidarité internationaliste !



A luta continua !

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Portugal
commenter cet article
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 21:40

mupiout2010Le PC portugais dénonce dans le nouveau plan d'austérité un « programme de ruine économique et de misère sociale » et propose une alternative à construire dans la lutte

 

 

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Mesures annoncées dans le nouveau plan d'austérité :



Plus d'exploitation pour les travailleurs:



  • Licenciements facilités et moins onéreux ;



  • Fin du paiement des heures extraordinaires ;



  • Généralisation de la précarité avec le contrat unique ;



  • Licenciements en masse notamment dans la fonction publique ;



Moins de revenus pour les travailleurs et les retraités :



  • baisse des salaires et des retraites ;



  • augmentation de l'IRS (impôt sur le revenu) et de l'IMI (taxe foncière municipale) ;



  • diminution des allocations sociales ;



  • réduction de la durée et du montant des allocations-chômage ;





Augmentation des prix des biens et services essentiels:



  • Augmentation de l'IVA (TVA) : alimentation, restauration, électricité et gaz ;



  • Augmentation du ticket modérateur et des déremboursements ;



  • Augmentation des billets et pass sociaux pour les transports ;



  • Augmentation des loyers et des prêts immobiliers ;



cartaz 1 corPlus de privatisations et de fermetures de services publics :



  • Privatisation des Correios (Poste), de l'EDP (Électricité), de la REN (Réseaux d'électricité) , de la GALP (Gaz), d'une partie de la Caixa Geral de Depósitos (Caisse des Dépôts) ;



  • Privatisation des transports publics : le Métro, CARRIS (tramway et bus de Lisbonne), la STCP (Transports urbains de Porto), TAP (Air portugal), des lignes de chemin de fer, des aéroports et des ports ;



  • Fermetures d'écoles, de services de santé, de tribunaux, de postes de police et de la Garde nationale républicaine ;



Plus de profits et de privilèges pour les Banques et les grands groupes :



  • Préservation de tous les avantages fiscaux pour le capital ;



  • 12 milliards d'euros d'aides et 35 milliards de garanties pour les banques ;



  • Financement des grands groupes économiques en réduisant leurs cotisations à la Sécurité sociale ;



  • La BPN (Banco Português de Negócios) livrée au privé, laissant l’État régler les pertes ;



Vol de la prime de Noël :



Le premier-ministre Passos Coelho a déjà annoncé son intention de retirer aux travailleurs et aux retraités une partie de la prime de Noël. Il s'agit d'une mesure, dissimulée durant la campagne électorale, qui enlèvera près de 800 millions d'euros à ceux qui vivent de leur salaire ou de leur retraite.



Un tableau social désolant :





Le chômage augmente :



Le nombre actuel de chômeurs bat tous les records historiques enregistrés depuis le 25 avril 1974 :



  • le taux de chômage a augmenté de 11,1 à 12,4% au premier trimestre 2011 ;



  • le nombre officiel de chômeurs est passé de 619 000 à 688 900 ;



  • si on ajoute les inactifs, qui ne recherchent pas de travail aux agences pour l'emploi et ceux qui ne travaillent que quelques heures, on en déduit qu'il y a plus d'un million de portugais, soit 17,7% de la population active, qui n'ont pas d'emploi ;



  • L'allocation chômage n'est versée qu'à 293 000 personnes, ce qui correspond à 42,6% des chômeurs officiels ;



  • Avec l'application des « mesures d'austérité », qui provoqueront une récession économique encore plus importante, il est prévu que le taux officiel de chômage atteigne les 14% en 2013 ;



  • Le taux réel de chômage pourrait ainsi atteindre près de 20% de la population active en 2013, soit plus d'un million cent mille portugais privés du droit au travail ;



  • En dépit de la progression de ce fléau, l'aide aux chômeurs sera réduite de 150 millions d'euros ;



La pauvreté de plus en plus répandue :



En parallèle à la hausse du chômage, la pauvreté, la misère et la faim sont de plus en plus répandus au Portugal, mais les aides sociales aux plus défavorisés continuent d'être diminuées :



  • 97 000 personnes ont déjà perdues le droit au RSI (Revenu social d'insertion) dans les trois premiers mois de l'année. Le nombre de bénéficiaires du RSI est passé de 428 000 à 331 000 ;



  • Près de 20% des étudiants (plus de 12 000) ont perdu leur droit à la bourse) ;



  • Plus d'1 million 500 000 enfants et jeunes ont perdu et connu une diminution des allocations familiales en 2010 ;



  • Plus de 13 000 enfants ont perdu la revalorisation des allocations familiales due à leur handicap ;



  • Au moins 2 millions de portugais (1 sur 5) sont sous le seuil de pauvreté, vivant avec moins de 360 euros mensuels ;



  • Selon l'accord signé avec la troika, les dépenses liées aux aides sociales seront réduites de 350 millions d'ici 2013 ;



  • Les dépenses liées au Service national de santé seront coupées de 925 millions d'euros, ce qui signifie une augmentation des tickets modérateurs, des déremboursements, etc.



  • Sans les pensions et les aides sociales de l’État, plus de quatre millions de portugais (un tiers de la population) seraient condamnés à la pauvreté ;



Les inégalités se creusent :



Le fossé entre les pauvres et les riches au Portugal est le plus important de l'Union européenne :



  • Les revenus des 2 millions les plus riches sont près de sept fois plus supérieurs à ceux des 2 millions les plus pauvres ;



  • Le groupe des 2 millions les plus pauvres ne gagne que 7% des revenus nets des ménages ;



  • Le groupe des 2 millions les plus aisés absorbe 45% des revenus nets des ménages ;



  • Les 100 portugais les plus riches ont accru leur fortune d'un tiers en 2010, quand la plupart des travailleurs ont vu leurs salaires gelés ou avec des revalorisations minimes ;



logo portugal a produzir corLe pays a besoin d'une autre voie, avec le PCP, il est possible de sortir de la crise :



La sortie de la crise nécessite une rupture avec les intérêts des plus riches et des puissants et une politique patriotique et de gauche qui s'oppose aux injustices et au déclin national. La politique défendue par le PCP préconise :



  • Augmentation des salaires et des retraites, notamment du salaire minimum national aux 500 euros dès 2011 (en maintenant l'objectif de 600 euros en 2013) et des retraites de 25 euros ;



  • Lutte contre la précarité, notamment avec la conversion des travailleurs autonomes (recibos verdes) en véritables contrats de travail ;



  • Valorisation de la production nationale avec plus d'investissements publics, une aide aux PME, le contrôle des importations, des quotas obligatoires de produits nationaux dans les grandes surfaces ; des prix maximum dans l'énergie et le crédit ;



  • Renégociation de la dette publique (échéances, taux, montant), en empêchant le pillage des ressources nationales ;



  • Taxation des grands groupes économiques avec un taux réel de l'Impôt sur les sociétés de 25% pour les banques, une imposition sur les grandes fortunes et la spéculation boursière ;



  • Restauration immédiate des allocations sociales supprimées, en particulier les allocations familiales, les allocations-chômage et les bourses d'étude ;



  • Renforcement de l'investissement public, défense du Service national de la santé, de l’École publique et de la Sécurité sociale ;



  • Lutte contre les privatisations, fin des partenariats public-privé, défense et renforcement des entreprises publiques.



pcp3Refuser la régression sociale : agir et lutter !



Le PCP se bat pour la défense des intérêts des travailleurs, de la jeunesse et du peuple et n'accepte pas la soumission croissante du Portugal aux grandes puissances de l'Union Européenne, comme l'Allemagne.



Le PCP refuse la liquidation du contenu démocratique et progressiste inscrit dans la Constitution de la République et lutte pour le développement économique et le progrès, pour l'amélioration des conditions de vie de la population, pour un avenir pour le Portugal.



Seule la lutte des travailleurs, des populations, des jeunes, des retraités, des agriculteurs, des petits entrepreneurs peut mettre en échec les politiques de droite, faire obstacle à l'aggravation de l'exploitation, défendre et revendiquer les droits.



Dans cette lutte, les travailleurs et le peuple portugais peuvent compter sur le PCP – le parti de la liberté, de la démocratie et du socialisme.

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Portugal
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 08:00

de sousa 2011Plus forts pour continuer la lutte



Communiqué du secrétaire-général du Parti communiste portugais Jeronimo de Sousa après les élections législatives anticipées



Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/





1 –Le résultat obtenu par la CDU (Coalition démocratique unitaire) constitue une consolidation incontestable des résultats électoraux que dans les dernières années, élection après élection, la CDU a enregistré. Le résultat obtenu par la CDU traduit par une augmentation en pourcentage et en nombre de députés, avec l'élection d'un député dans le district de Faro, chose qui ne s'était pas produite depuis 20 ans, constitue un signe indéniable d'une plus large reconnaissance de l'action, des propositions et du rôle du PCP (Parti communiste portugais), des Verts, de l'Intervention démocratique, dans la vie politique nationale. Un résultat qui représente un facteur d'encouragement mais aussi de renforcement de cette force qui s'estime la plus solide, la plus cohérente et la plus déterminée pour défendre les droits des travailleurs, de la jeunesse et des intérêts populaires.



Le résultat obtenu par la CDU, les centaines de milliers d'électeurs qui ont exprimé leur confiance dans la CDU, est d'autant plus important et précieux qu'il fut nécessaire pour le construire – dans un contexte médiatique marqué par le dénigrement et le passage sous silence de son message – de vaincre les résignations et les peurs installées, de vaincre le mensonge et la dissimulation de ceux qui jusqu'à la dernière minute de la campagne n'ont jamais révélé leurs véritables programmes et intentions politiques, de vaincre les bipolarisations artificielles et les fausses querelles destinées à duper les portugais qui étaient appelés à décider sur l'élection des 230 députés et non à choisir entre tel ou tel Premier ministre.



L'action d'information et de mobilisation sans précédent que la CDU a mis sur pied lors de cette campagne électorale, a mobilisé les volontés et déterminations, a stimulé les énergies, a contribué à une prise de conscience plus généralisée des véritables problèmes du pays, de qui sont les responsables de la situation actuelle et, surtout elle a contribué à réaffirmer une politique alternative patriotique et de gauche, qui trouvera une suite dans l'engagement et la lutte future que les travailleurs et le peuple seront appelés à mener.





2 – Le résultat obtenu par le PSD (Parti social-démocrate), loin des scores que ce parti avait réalisé auparavant, est l'expression directe du discrédit accumulé par le PS (Parti socialiste) mais, surtout, est le produit d'une campagne habile destinée à dissimuler ses responsabilités dans la situation du pays, de tromper sur son identité et sa trajectoire communes avec le pire de ce qu'a réalisé le gouvernement PS. Une campagne électorale où le PSD a caché ses véritables objectifs inscrits dans le programme d'agression et de soumission qu'il a signé bras dessus bras dessous avec les autres partis des « politiques de droite ».



Le PSD et le PP (Parti populaire) peuvent bien cette nuit dans les heures qui suivent insister dans une joute verbale sur le futur gouvernement, les portefeuilles et les ministères que chaque parti réclame déjà, pour dissimuler leurs accords prévisibles autour ce qui les unit et les unira : le pacte avec le FMI, l'UE et la BCE qui est une véritable déclaration de guerre contre les droits et les conditions de vie des travailleurs et du peuple qu'ils ont, tous autant qu'ils sont, caché aux portugais.



Le résultat de ces élections est essentiellement l'expression directe d'un soutien électoral dicté par l'ensemble des promesses et intentions semées par le PSD, le PP et le PS, continuant toujours à duper tout le monde sur le fait que le mémorandum qu'ils ont signé avec le FMI et l'UE constitue de fait leur seul, unique et véritable programme d'action.



Les voix aujourd'hui obtenues par le PSD et le PP, mais aussi par le PS, peuvent être présentées comme le fruit de leurs fausses promesses. Mais ils ne peuvent certainement pas être invoqués pour légitimer le programme d'ingérence extérieure qu'ils ont maintenu caché et qu'ils n'ont par conséquent pas soumis au scrutin, et pour justifier les mesures d'aggravation de l'exploitation des travailleurs, d'accentuation des injustices, d'appauvrissement et de déclin du pays.



3 –Des temps durs attendent les travailleurs, le peuple et le pays. Pas seulement parce que la situation du Portugal présente de sérieux et graves problèmes, mais surtout parce que l'intention des « politiques de droite » et de ceux qui se préparent à les mettre en œuvre et à leur apporter leur soutien, est de grever de plus en plus le niveau de vie des portugais, tout en distribuant aides et profit au capital.



Mais ce sont également à des temps de confiance que le résultat de la CDU donne vie. Confiance dans la lutte et la résistance de millions de portugais – même ceux qui aujourd'hui ayant voté pour les partis de la troika se joindront rapidement à nous dans la défense de leurs droits – pour affronter et triompher des projets et mesures anti-patriotiques qu'ils veulent nous imposer. Confiance dans la détermination des travailleurs, de la jeunesse et du peuple pour résister et mettre en échec chacune des mesures qui seront adoptées par le gouvernement ou par l'Assemblée de la République.



Confiance que dans cette lutte, dans la lutte de masses qui suivra, ils compteront avec la présence, la cohérence et la combativité des députés communistes et verts, mais aussi avec notre force et détermination pour défendre à leurs côtés leurs droits et l'emploi, combattre la précarité, augmenter les salaires et les retraites, revaloriser la production nationale, soutenir les petits et moyens agriculteurs et les PME, faire payer aux banques, aux grands groupes économiques et aux grandes fortunes le prix de la crise qu'ils ont eux-mêmes provoqué.



Assumant ses engagements, le PCP présentera au début des travaux parlementaires un projet de résolution visant à l'ouverture immédiate d'un processus de re-négociation de la dette publique nationale, la seule et véritable alternative capable de ne pas compromettre irrémédiablement pendant des décennies l'avenir du pays, sa souveraineté, et la possibilité de son développement. Il présentera également des initiatives pour augmenter les salaires et les retraites, réaffirmer la lutte contre la précarité, défendre les droits des travailleurs, défendre et améliorer les services publics.



Avec conscience des difficultés et des dangers qui menacent l'avenir proche, la CDU réaffirme la conviction que la politique patriotique et de gauche que nous proposons pour affronter et triompher des problèmes nationaux, émergera dans la prochaine période comme l'unique issue solide et sûre pour mettre un frein à la voie du déclin et de l'appauvrissement à laquelle les « politiques de droite » – quelque soient les accords qui seront révélés dans les prochains jours – conduiront le pays.



4 – Nous saluons les milliers de candidats, activistes et militants du PCP, des Verts, de l'ID, de la jeunesse de la CDU et de nombreux indépendants qui, avec leur dévouement généreux et leur engagement ont contribué à informer, mobiliser et construire ce résultat de la CDU.



La CDU salue également tous ceux qui lui ont confié leur soutien et leur vote, et en particulier les nombreux milliers qui l'ont fait pour la première fois, en leur réaffirmant son plus ferme engagement que dans leur action ils trouveront une force qui non seulement honorera pleinement sa parole mais aussi répondra à leurs attentes et leurs aspirations. Un soutien et une confiance qui constitue un solide facteur d'encouragement pour la lutte de tous les jours, et qui demain se poursuivra pour la conquête d'une politique patriotique et de gauche, pour la défense des intérêts des travailleurs et du peuple, pour l'affirmation du Portugal en tant que nation souveraine et indépendante.

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Portugal
commenter cet article
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 23:36

cdu basta 001Législatives au Portugal : les communistes font mieux que résister avec 8% des voix et devancent largement un « Bloc de gauche » qui accompagne le Parti socialiste dans son effondrement

 

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Ce dimanche 5 juin, les électeurs portugais étaient appelés aux urnes pour des élections législatives anticipées après la démission du gouvernement socialiste de Socrates en mars dernier. Le gouvernement avait alors été mis en minorité par les députés communistes, du Bloc de gauche et d'une partie de la droite sur le vote du quatrième plan d'austérité.



Pour la droite, la décision de faire tomber le gouvernement socialiste était purement tactique. Le gouvernement minoritaire de Socrates ne tenait depuis 2009 que grâce à l'appui de la droite qui avait fait voter les trois premiers plans d'austérité. Sur le quatrième plan d'austérité, dicté par le FMI et l'UE, prévoyant entre autres privatisations accélérées, baisse des salaires et des retraites, augmentation de la TVA, augmentations des prix de l'énergie, l'accord était et reste total entre le PS et les deux partis du droite du Parti social-démocrate (PSD) et du Parti populaire (PP).



Mais il s'agissait pour la droite de reprendre la main ainsi que le flambeau de l'austérité.



Effondrement des socialistes qui paient leur politique de soumission au capital et à l'UE



Plusieurs enseignements, le premier c'est un certain désabusement des portugais vis-à-vis de la politique caractérisé par un niveau d'abstention particulièrement élevé, un peu plus de 41%. Il est à noter toutefois que ce taux d'abstention record ne marque pas une hausse significative depuis le dernier scrutin de 2009 (40,32%).



Le second, c'est que les champions de l'austérité socialistes paient chers leur politique de soumission aux diktats de l'Union europénne, du FMI et du capital. Tout comme en Espagne aux dernières élections locales, le PS chute lourdement avec 28,05% des voix (- 8,5% par rapport à 2009).



La droite a su profiter habilement de son double discours, axant sa campagne sur la nécessité d'un « changement » tout en ayant soutenu pendant deux ans la politique d'austérité du gouvernement Socrates et du PS. Le PSD réalise une percée historique avec 38,63% des voix (+ 9,52%) tandis que le parti de droite extrême, le Parti populaire confirme son bon score de 2009 avec 11,74% des voix.



Les deux partis de droite sont assurés de la majorité absolue au Parlement, ce dont ne bénéficiait pas le PS seul, avec au moins 129 députés sur les 230 que compte l'Assemblée.



Cependant, le Parti socialiste s'est empressé de réaffirmer son attitude future de « parti d'opposition responsable ».



Le ministre de l'économie socialiste Vieira da Silva, maître d'oeuvre du plan d'austérité, a confirmé que le PS aurait la « même attitude » dans l'opposition qu'au gouvernement : « la priorité à la défense du Portugal ». Entendre, l'union sacrée derrière la droite dans la continuité de la politique d'austérité menée jusqu'alors par le Parti socialiste.



A la gauche du PS, la baudruche médiatique du « Bloc de gauche » éclate



A la gauche du Parti socialiste, le scrutin était lourd de sens pour déterminer si les derniers bons résultats du « Bloc de gauche » étaient, comme le soutenaient les médias dominants, la preuve d'une dynamique nouvelle, ou, comme nous le soutenions, un feu de paille électoral.



Pour les communistes, le défi était de taille. Alors que les derniers scrutins marquaient une persistance dans l'absolu de la CDU (Convergence démocratique unitaire – coalition électorale menée par les communistes), les communistes avaient été devancés à deux reprises par le « Bloc de gauche » en 2009, aux européennes (10,72% contre 10,64%) et aux législatives (9,81% contre 7,86%).



La nouvelle donne est donc marquée par une lourde chute du Bloc de gauche qui passe de 9,81% et 16 députés en 2009 à 5,19% et 8 députés en 2011, perdant par ailleurs près de 300 000 voix. Les résultats du « Bloc de gauche » (BE) sanctionnent l'optique politicienne du BE qui avait notamment soutenu le candidat socialiste au premier tour aux dernières présidentielles.



Ils démontrent également l'extrême volatilité de son électorat et constituent un camouflet pour un parti dont la stratégie électoraliste consistait en grande partie sur ses espoirs de grandir sur l’effritement du PS et sur la disparation supposée du PC.



Les communistes toujours présents font plus que résister et représentent plus que jamais la première force d'opposition aux « politiques de droite »



Le PS s'est écroulé mais le Bloc de Gauche n'en a pas profité. Loin de là. De son côté, le Parti communiste portugais se porte plutôt bien. Certes, les communistes auraient espéré une progression électorale plus nette, ils se contenteront d'être la seule force à gauche à progresser avec 7,94% des voix, soit un score presque identique à celui de 2009 (+ 0,08%), et 1 député de plus, 16 au lieu de 15.



Le score de la CDU reflète encore une fois la persistance du vote communiste. La CDU obtient ses meilleurs scores et conserve la deuxième place dans l' « Alentejo rouge » : dans les districts de Setubal (19,65% et 4 députés), d'Evora (22,06%) et de Beja (25,39%). Les résultats sont également bons dans l'agglomération Lisboète avec 9,55% des voix – soit 4 points de plus que le Bloc de gauche – et 5 députés.



Alliance électorale respectueuse de l'autonomie des parti(e)s, la CDU n'en est pas moins une liste de rassemblement menée et identifiée aux communistes qui obtiennent 15 des 16 députés élus.



Dans un contexte difficile, le bon score des communistes prouvent que le choix de la lutte et de l'intransigeance vis-à-vis des « politiques de droite » qu'elles soient menées par le PS ou la droite paye. Le PCP et la CDU avaient décidé de faire dans la campagne électorale un point d'appui pour les luttes contre « ce plan d'agression sans précédent contre le peuple et la nation (…) ce pacte de soumission envers la troika ».



Le peuple et la classe ouvrière portugaise ont châtié le Parti socialiste et le Bloc de gauche. Sa frange la plus consciente maintient toute sa fidélité envers les communistes.



Comme aiment à le répéter les communistes portugais, « A luta continua ». Cette élection ne marque pas la fin d'une campagne électorale, elle marque le début d'une campagne de lutte contre le nouveau plan d'austérité concocté par le FMI et l'UE et mis en œuvre par le prochain gouvernement de droite avec le soutien du PS.

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Portugal
commenter cet article