Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 11:39

PCV psuvLa JCV avance en renforçant son organisation

 

 

 

 

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.netet pour http://mjcf-internationaliste.over-blog.org/



De l'audace libératrice dans l'action de la jeunesse



Caracas, 04 juillet 2010



Communiqué de la Jeunesse Communiste Vénézuelienne/Repris par Tribuna Popular



Depuis que le second plénum du Conseil central de la Jeunesse communiste de Vénézuela (JCV), qui s'est tenu en décembre 2009, a tracé les lignes d'action pour le Plan National de Croissance de la JCV pour 2010, les jeunes militants de cette organisation aguerrie n'ont pas chômé dans l'élaboration et la mise en œuvre du travail militant auprès de la jeunesse.



Pour la jeunesse révolutionnaire qui porte résolument les idéaux du marxisme-léninismeet du bolivarisme, la lutte idéologique est une tâche difficile, tout comme la mise en place de nouvelles valeurs allant de pair avec la formation d'une femme et d'un homme nouveaux.



Les jeunes communistes dans le cadre du Plan d'attention intégral aux régions(PAIR), ont fixé comme objectif fondamental le renforcement organique qui comprend l'application des méthodes et des principes du travail interne, par le biais d'un préalable indispensable qui est la formation de cadres politiques complets qui intensifient la lutte pour faire avancer le processus de libération nationale.



La Jota [abréviation de la JCV]articule le PAIRet la Campagne Nationale de Croissance: avec des axes thématiques reposant sur l'exaltation de la tradition de lutte au service des droits de la jeunesse, la revendication du caractère combatif et critique de l'organisation et la large diffusion des propositions de la JCV pour les différentes couches de la jeunesse.



A l'intérieur de l'organisation, on a travaillé pour faire le bilan de nos faiblesses et de nos forces qui permettent de fixer les principaux fronts de travail; à l'extérieur, pour leur mise en œuvre dans le cadre de la lutte que livrent les jeunes pour les revendications idéo-politiques du jeune travailleur et ses principales formes d'organisation, la sensibilisation sur la question de l'égalité de genre pour la jeune mère, le contact direct avec les masses à travers la Brigade de travail de la Jeunesse volontaire « Antonio José de Sucre », dont le nom de l'illustre libérateur a laissé un héritage pour les jeunes communistes qui portent sur les épaules une énorme responsabilité, celle de ne pas céder, et son symbole accompagne les jeunes qui avec intégrité révolutionnaire affrontent le travail quotidien du militant communiste.



Le travail du Front des Étudiants Livia Gouverneur(FELG), organe mettant en œuvre le travail estudiantin de la JCV, a délivré d'importants efforts dans ce que l'on a considéré comme une audace libératrice sur les lieux (universités et lycées) dans lesquels chaque Comité régional doit centrer ses efforts pour créer des structures de la JCV.



L'accent mis sur le recrutement de nouveaux adhérents, tant dans le secondaire que dans le supérieur, en développant d'importantes campagnes comme la discussion des nouvelles formes d'organisation du mouvement estudiantin, les comités pour la fin de la sélection à l'entrée à l'université, entre autres.



Un autre axe important est celui centré sur l'impulsion du processus préparatoire international et national du 17ème Festival mondial de la Jeunesse et des Étudiants (FMJE), dont l'activité a été principalement animée par les défis importants que rencontre la jeunesse vénézuelienne.



Le sentier lumineux et agité de la lutte anti-impérialiste et progressiste sur lequel la JCV a travaillé avec des centaines de collectifs qui se sont rassemblés dans les 24 états du pays et où on a intériorisé cette expérience importante pour les préparatifs de mobilisation et d'unification de toute la jeunesse, criant d'une seule voix contre la guerre et l'impérialisme, pour la paix et les droits des jeunes.



Pour la JCV aguerrie et combative, la perspective de la 17ème édition du Festival mondial de la Jeunesse et des Étudiants, qui se tiendra en Afrique du Sud en décembre prochain, prend de passion tout le continent latino-américain pour devenir un point de ralliement pour la jeunesse qui lutte et s'organise contre l'impérialisme, qui progressivement à partir du Comité national préparatoire (CNP) et des Comités Régionaux préparatoires (CRP), sont l'expression du débat et de la construction collective qui anime les forces de jeunesse et ouvrent la voie à l'unité de la jeunesse révolutionnaire et anti-impérialiste nécessaire au processus de libération nationale.



Jusqu'au 17ème Festival mondial de la Jeunesse et des Etudiants, on ne peut pas céder, il faut lutter contre l'ennemi de classe.



Pour un monde de paix, de solidarité et de transformations sociales, triomphons de l'impérialisme!

 

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Vénézuela - Révolution bolivarienne
commenter cet article
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 23:46

PCV psuvAlliance historique entre communistes et socialistes (PSUV) au Vénézuela pour défendre et approfondir la Révolution bolivarienne

 

 


Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net

 

Élections du 26 septembre 2010, deux blocs opposés: d'un côté le bloc révolutionnaire composé du Parti Socialiste Unifié du Vénézuela (PSUV) et du Parti Communiste Vénézulien (PCV).



Face aux désistements, « le Parti Communiste est le seul allié qui nous reste » (Chavez)



De l'autre, un bloc contre-révolutionnaire rassemblant sous le sigle de la Table de l'Unité Démocratique (MUD) un ensemble de 16 partis de droite. Partis démocrates-chrétiens comme le COPEI, libéraux comme le Mouvement Républicain ou la Force libérale et conservateurs comme la Justice d'abord mais surtout des partis sociaux-démocrates (Un nuevo tiempo, Mouvement vers le socialisme, PODEMOS, Action Démocratique) et des anciens communistes renégats (La Cause radicale LCR).



Au fur et à mesure que le processus révolutionnaire au Vénézuela s'approfondit, les différentes forces social-démocrates qui ont pu soutenir tactiquement le mouvement bolivarien révèlent leur vraie nature.



Ainsi le parti social-démocrate PODEMOS (Pour la démocratie sociale) a rejoint le bloc de l'opposition tandis que le parti socialiste PPT (La patrie pour tous) a adopté une posture de troisième voie entre le chavisme et l'opposition qui n'a pas lieu d'être dans le stade actuel atteint par la lutte de classes au Vénézuela.



Après le désistement du PPT, comme l'a rappelé Hugo Chavez en avril dernier, le Parti Communiste Vénézuelien (PCV) est bien, en ces moments décisifs, le seul allié qui lui reste.



Le PCV: un allié fidèle mais critique



La posture d'allié fidèle mais critique a pu exaspérer le président Vénézuelien mais elle révèle aujourd'hui toute sa justesse.



Le PCV a contesté la prétention chaviste à l'hégémonie en gauche, en refusant fermement de se dissoudre dans le parti de Chavez, préférant conserver son indépendance de parti communiste tout en s'alliant structurellement avec le PSUV. Cela avait alors déclenché l'ire de Chavez jusqu'à son auto-critique récente.



Le PCV a pu manifester son soutien de tous les moments au processus révolutionnaire, choisissant toujours de se ranger aux côtés des forces révolutionnaires dans les moments critiques d'agression extérieure et intérieure. Mais cela ne l'a pas empêché de développer un regard critique sur le processus révolutionnaire lui-même et d'apporter ses propres propositions pour une transition du Vénézuela vers le socialisme reposant sur l'extension des nationalisations démocratiques et sur un plan de développement industriel allant au-delà de la simple jouissance de la rente pétrolière.



Accord historique socialiste-communiste: des candidatures communistes dans tous les Etats pour faire mieux qu'en 2005



Pour ce scrutin, c'est donc une alliance historique entre communistes (PCV) et socialistes chavistes (PSUV) qui a pu être conclu au cours du mois de mai et a été présenté à la presse par les dirigeants du PCV le 31 mai dernier.



Si Chavez a pu traiter son allié avec une certaine condescendance dans le passé, c'est avec respect que les dirigeants de son parti ont traité avec le PCV cette fois-ci. Car le PCV n'est pas un parti marginal. Parti de 40 000 militants, il a réussi avec ses 3% aux dernières élections, à faire élire 8 députés en 2005.



L'objectif reste de faire aussi bien et, pour cela, le Parti Communiste du Vénézuela présentera 24 candidatures en septembre prochain. Dans un scrutin proportionnel, à 2/3 nominal et 1/3 de liste, le Parti Communiste a obtenu sur les listes du bloc révolutionnaire un candidat communiste dans chaque État, et près de 10 candidats en position potentiellement éligible.



La dialectique entre l'alliance des forces révolutionnaires , le rassemblement populaire et l'autonomie du Parti



C'est la dialectique que met en œuvre le PCV: alliance intégrale des forces révolutionnaires mais aussi autonomie et visibilité du Parti.



Alliance intégrale des forces révolutionnaire car pour Oscar Figuera, secrétaire-général du PCV, « l'unité Socialiste-Communiste est un axe fondamental pour l'unité de l'ensemble du peuple ».



Alliance d'organisations avec comme toile de fond une dynamique de rassemblement populaire: « Le Plénum du Comité Central a réaffirmé l'objectif stratégique de continuer à travailler pour construire de manière organique un vaste Front patriotique Anti-impérialiste, anti-oligarchique, anti-monopoliste, démocratique et populaire qui renforce la voie du processus d'accumulation des forces dans la marche vers le socialisme ».



Mais, cette alliance nécessitera la pleine autonomie des partis la composant, et la possibilité pour le peuple de voter communiste: « Ayez la certitude absolue que le Parti Communiste du Vénézuela sera présent dans tous les Etats, dans toutes les circonscriptions et que le coq rouge [emblème du PCV] sera présent partout, pour que chaque homme et chaque femme qui veuille approfondir la révolution, ait l'option révolutionnaire », déclarait Carlos Aquino, membre de la direction du PCV en conférence de presse.



L'Unité Populaire: la ligne historique des communistes



Le PCV présente cette alliance comme la continuité de la politique du parti depuis plus de 8 décennies: « L'alliance avec le PSUV ainsi qu'avec les autres forces du camp bolivarien en soutien au gouvernement du président Chavez, est un épisode important dans ce qui a été un effort continu du PCV pour la construction de l' « Unité populaire » à laquelle font référence ces quelques mots, bien au-delà de l'unité « des gauches ».



Le PCV reprend la définition théorique du concept d' « Unité populaire » datant du VIème Congrès de 1980: « «L'Unité populaire est pour les communistes une conception stratégique.



Nous pensons que les classes et les couches sociales (…) opprimées par l'impérialisme et ses alliés locaux peuvent et doivent s'unir pour mener le Vénézuela sur une voie capable de conquérir pour le peuple le progrès auquel il a droit.



Le PCV cherche et, les considère indispensables, les alliances avec les partis et les organisations convergeant sur cette politique



Le PCV est conscient que les partis que nous désignons communément comme de gauche, mais aussi les bases sociales d'autres organisations, ont des aspirations de progrès et de bien-être, et nous pouvons nous mettre d'accord sur un programme commun pour le développement indépendant et démocratique de notre économie. »



L'inscrivant dans la tradition historique du Parti, le PCV clarifie sa fidélité sans faille dans son soutien au gouvernement Chavez: « Le PCV continue, douze ans plus tard, à soutenir fermement le gouvernement actuel, et non par convenance momentanée, opportunisme ou fidélité automatique au leader, mais parce que notre analyse de 1998 (…) continue à souligner la nécessité de renforcer la vaste alliance de caractère anti-impérialiste et anti-monopoliste, avec le leadership du président Chavez, comme un instrument politique indispensable dans le moment actuel pour continuer à avancer sur la voie de la libération nationale et la possibilité d'une perspective socialiste. »



Le Parti Communiste prouve sa raison d'être dans le processus révolutionnaire Vénézuelien



Alors que les derniers sondages annoncent une victoire écrasante de l'alliance socialiste-communiste en septembre, que le Parti Communiste émerge à 2-3% comme une force d'appoint non-négligeable pour le PSUV, le Parti Communiste estime ce moment électoral à sa juste valeur:



Un moment important de la vie politique du pays mais qui s'insère dans la lutte de classe quotidienne entre forces révolutionnaires et contre-révolutionnaires.



Force rassembleuse et unitaire, le Parti Communiste de Vénézuela a néanmoins prouvé, à ceux qui souhaitaient sa dissolution, la raison d'être du Parti Communiste dans le processus révolutionnaire Vénézuelien.

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Vénézuela - Révolution bolivarienne
commenter cet article