Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 06:25

maduro14am4.jpgLe Venezuela de Chavez : un pays où un chauffeur de bus poursuivra l’œuvre révolutionnaire







Ce dimanche 14 avril, le peuple vénézuélien élira son président, après le décès d'Hugo Chavez.



Le Parti communiste vénézuélien, deuxième force de gauche du pays, a décidé de soutenir le candidat désigné par Chavez lui-même pour sa succession, le vice-président Nicolas Maduro qui devrait, selon les derniers sondages, logiquement l'emporter.



Nous publions ci-dessous le communiqué des camarades de la section PCF RATP-BUS repris par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Nous nous associons aux hommages rendus au révolutionnaire Hugo Chavez, décédé le 6 mars 2013 et transmettons toutes nos condoléances à l’ambassade du Venezuela en France.



Dans la lutte des classes mondiale, les conquêtes sociales et démocratiques de la révolution bolivarienne, comme le vaste programme de nationalisation des services publics, le refus de la mise en concurrence des travailleurs, la promotion d’une logique de coopération mutuellement avantageuse entre les peuples, a servi le mouvement ouvrier de tous les pays.



Dans nos luttes à la RATP, dans notre lutte idéologique quotidienne, contre le processus de privatisation, contre la remise en cause de notre statut, de nos retraites, contre les directives de l’Union européenne, contre le fatalisme aussi, l’exemple du Venezuela de Chavez a été et demeure aussi un point d’appui concret.



Pour défendre les acquis de la révolution, face à une bourgeoisie revancharde toujours puissante, à un impérialisme américain aux aguets, Hugo Chavez a dévoué toute son action personnelle, si importante, à la mobilisation et l’organisation des masses populaires et de la classe ouvrière. C’est eux seuls qui pourront poursuivre l’édification du socialisme, au bénéfice de tout le pays, parce que c’est eux qui y ont objectivement le plus intérêt.



Nous adressons particulièrement un message de sympathie au Parti socialiste unifié du Venezuela et à nos camarades du Parti communiste du Venezuela, fers de lance de la révolution.



Pour seconder Chavez, les progressistes vénézuéliens ont fait le choix de la personne de Nicolas Marduro, actuellement vice-président. Nous lui envoyons aussi un message de soutien avant les prochaines élections présidentielles.



Nous le faisons d’autant plus fraternellement qu’il s’agit d’un collègue, conducteur de bus de profession, à Caracas.



Ce n’est pas dans les pays capitalistes que des conducteurs de bus, de métro, des ouvriers d’entretien sont portés pour exercer les fonctions politiques les plus importantes !



Bon courage, Nicolas !     

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Vénézuela - Révolution bolivarienne
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 08:42

conferencia_002.jpgLe président vénézuélien Nicolas Maduro rend hommage à la fidélité des communistes : « le Parti communiste n'a jamais trahi notre peuple »

 

Article de Tribuna popular, organe du Parti communiste vénézuelien

 

Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

 

Le président en exercice du Vénézuela, Nicolas Maduro, a souligné la nécessité pour les forces révolutionnaires vénézuéliennes d'unir leurs forces pour continuer à construire le modèle politique laissé en héritage par le commandant Hugo Chavez.

 

« Nous avons besoin de courage en cette heure de notre histoire pour prendre la patrie sur nos épaules et accomplir cette tâche historique qu'Hugo Chavez a légué à notre peuple et que nous assumons pleinement », a-t-il exprimé lors de la XII ème Conférence nationale du Parti communiste du Venezuela, qui se déroule au Théâtre Cantaclaro, à Caracas.

 

« Nous recherchons la force morale, la force spirituelle, la force historique pour relancer la machine de la construction de la patrie que nous a laissée notre Commandant », a affirmé Maduro qui a reçu l'appui du PCV comme candidat pour les présidentielles du 14 avril.

 

Il a souligné qu'à travers le projet politique du président Hugo Chavez, toutes les luttes révolutionnaires ont pu être canalisées de façon grandiose et juste : « Au cours des siècles, les luttes révolutionnaires ont produit sacrifices et douleurs, et le PCV en est un exemple », a-t-il affirmé.

 

Il a rappelé que quand certains courants de la droite ont l'intention d'insulter quelque acteur politique auquel il s'oppose, en le traitant de communiste, il répond : « Comme l'a dit le Christ : Dieu, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils disent et ce qu'ils dont, car dire de quelqu'un qu'il est 'communiste', c'est dire qu'il est honnête, humble, transparent », a-t-il exprimé.

 

Il a insisté sur les actes historiques des dirigeants du PCV depuis sa fondation le 5 mars 1931 :

 

« Quelqu'un peut-il vous reprocher la moindre chose ? Quelqu'un peut-il vous traiter de marchand de tapis, de voleurs, de profiteurs ? Quelqu'un peut-il dire des communistes qu'ils ont trahi la classe ouvrière où que ce soit, ou qu'ils ont embrassé des causes contraires à celle de notre patrie ? », a-t-il demandé.

 

A ce sujet, il a souligné que les communistes vénézuéliens doivent se sentir fiers d'avoir une histoire quasi parfaite. Il a également annoncé qu'il avait proposé au PCV de s'intégrer à la Direction politico-militaire de la Révolution bolivarienne.

 

Le président en exercice Nicolas Maduro a exprimé son souhait que le peuple vénézuélien commémore chaque 5 mars l'héritage du leader de la révolution bolivarienne, Hugo Chavez :

 

conferencia_0081.jpg« Nous sommes d'accord pour commémorer ces années et ces décennies où cette homme était avec nous physiquement, mais qu'il continue à être parmi nous avec son esprit gardien de notre peuple, notre commandant aimé et éternel », a-t-il déclaré.

 

Il a rappelé que le PCV avait également été fondé un 5 mars (1931) par un groupe de jeunes révolutionnaires qui s'opposaient au gouvernement dictatorial de Juan Vicente Gomez.

 

Cette organisation politique « a été, est et sera un parti patriote et révolutionnaire de gens honnêtes et admirables ».

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Vénézuela - Révolution bolivarienne
commenter cet article
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 08:03

2013-03-06T113305Z_869312953_GM1E9361HVI01_RTRMADP_3_VENEZU.JPGLe Bronx, un des quartiers les plus pauvres de New York, rend hommage à Hugo Chavez



Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



« Si vous voulez savoir qui était Chavez, regardez qui pleure sa disparition, et regardez ceux qui s'en réjouissent, vous aurez votre réponse ! » (Fidel Castro)



Tandis qu'à Miami, une poignée d'émigrés ont fêté dans l'allégresse la mort de Chavez, dans le Bronx, des milliers d'habitants de ce quartier populaire de New York, ont rendu un dernier hommage à Hugo Chavez.



De l'initiative de Chavez, entre 2007 et 2010, l’État vénézuélien a donné 1 million de $ par an, via l'entreprise CITGO, filiale de Pétrole du Vénézuela (PDVSA) pour soutenir la mise en place de projets sociaux dans ce quartier.



L'organisation PetroBronx fut chargé de mettre en œuvre 30 plans qui ont profité à des écoles, des coopératives alimentaires ou encore à l'épuration de la rivière Bronx.



« L'argent qu'a donné Chavez a eu un impact énorme », pour le porto-ricain Félix Leo Campos, qui fait partie du comité PetroBronx. « Il a proposé un modèle social différent, une solution alternative, et il a soutenu les efforts locaux pour résoudre les problèmes chroniques du quartier ».



De son côté, l'enseignante Lucia Solano, dominicaine, a souligné que le président vénézuelien était une personne humaniste, préoccupée par le bien des pauvres : « Il n'y a guère de président américain qui ait visité le sud du Bronx ces dernières années ».



Elle a rappelé que durant sa visite dans ce quartier populaire new-yorkais en 2005 : « Chavez nous a dit que nous devions lutter et que nous ne devions pas nous décourager parce que nous étions pauvres. Il fallait mettre un petit grain de sable et il l'a mis.


« Le socialisme, c'est la liberté »



A l'invitation du parlementaire démocrate José Serrano, Hugo Chavez s'est rendu dans la banlieue new-yorkaise en septembre 2005 pour prendre connaissance de la réalité de ses habitants, après avoir participé à la 60ème Assemblée générale de l'Organisation des nations unies (ONU).



« Le socialisme, c'est la liberté, l'amour et le Christ », a assuré le Président aux jeunes qui se réunissaient dans les locaux du centre de Développement communautaire « The Point » dans le Bronx.



« La lutte des jeunes est très importante, car c'est la lutte pour la planète », leur a-t-il dit, au moment où il exprimait son avis sur l'importance d'arrêter le processus destructeur provoqué par le modèle capitalisme dans le monde.



« Au début, j'ai pensé que l'on pouvait humaniser le capitalisme, mais le capitalisme, c'est le diable. C'est Judas qui a vendu le Christ pour quelques pièces. Le socialisme c'est le Christ, qui donne sa vie pour les autres, qui nous appelle à nous aimer les uns les autres, voilà ce qu'est le socialisme », a confié Chavez à cette occasoion.



Du chauffage pour les nécessiteux



Entre 2005 et 2013, près de 2 millions de nord-américains ont profité du programme de livraison gratuite de combustible pour le chauffage qu'a mis en place le président vénézuélien et qui a permis de venir en aide aux familles qui n'ont pas les moyens pour se doter de ce service pendant l'hiver.



Ce plan, élaboré par l’État vénézuélien, via la CITGO et la Citizens Energy Corporation (Entreprise d'énergie pour les citoyens), a pu compter sur des ressources de l'ordre de 465 millions de $, et est venu en aide à des habitants de 25 états de la nation nord-américaine.



Cela comprend en outre les membres de plus de 240 communautés indigènes et plus de 200 refuges pour sans-abris.



Le journal argentin El Clarin a recueilli le témoignage de John Fritz, président de Mount Hope Housing, une organisation à but non-lucratif qui garantit des logements à loyer modéré, et qui a compté avec le soutien de ce plan de livraison de combustible pour le chauffage. :



« La majorité de nos locataires sont des immigrés, fondamentalement latinos, arrivés récemment, et qui n'ont même pas assez d'argent pour manger. Mais grâce à Chavez, pendant l'hiver, ils ont eu le chauffage gratuit. C'est une aide inestimable ».



De son côté, le fondateur de la Citizens Energy Corporation, Joseph P. Kennedy II, a exprimé sa peine face à la disparition physique du président vénézuelien.



Chavez était un dirigrant « qui se préoccupait énormément des pauvres du Venezuela et de toutes les nations du monde et de leurs besoins, surtout les plus fondamentaux, pendant que certaines personnes, parmi les plus riches du monde, ont plus d'argent que ce qu'ils pourraient raisonnablement en dépenser dans toute une vie », a affirmé le neveu de l'ex-président J.F. Kennedy et ancien parlementaire à la Chambre des représentants des États-Unis.



Source : Agencia venenzolana de noticians (AVN)

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Vénézuela - Révolution bolivarienne
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 12:18

chavez-img.jpgDécès d'Hugo Chavez : président au service de son peuple et authentique révolutionnaire

 

Communiqué de la JC Paris 15 repris par  http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

 

Au décès d'Hugo Chavez ce mardi, tous les présidents latino-américains ont souligné son œuvre immense pour le continent, des centaines de milliers de vénézuéliens ont exprimé dans les rues du pays leur tristesse pour le premier président à se soucier de leur sort.

 

Pourtant, les médias français aiment à présenter Chavez comme un « dictateur », un « démagogue » ou un personnage fantasque : rien n'est plus caricatural.

 

Un président qui obéit à la volonté populaire : à quand en France ?

 

Chavez a organisé onze élections en quinze ans, quatre fois réélu, il a même accepté un référendum de l'opposition en 2004 ... visant à le destituer. Une opposition qui n'a pas hésité à monter un coup d’État en 2002 mis en échec par le peuple vénézuélien descendu par milliers dans les rues.

 

Drôle de leçons de démocratie quand on sait ce que nos dirigeants font de la volonté populaire, qu'on se souvienne des millions de manifestants contre la réforme des retraites en 2010, ou du « Non » sur la Constitution européenne en 2005. Où sont les vrais démocrates ?

 

La « Révolution bolivarienne » : 15 ans de politiques au service du peuple

 

Les médias ne peuvent totalement l'occulter, Chavez reste le premier président du pays à avoir redistribué à l'immense majorité les revenus du pétrole, autrefois captés par une infime minorité.

 

Quand Chavez arrive au pouvoir en 1998, le Vénézuéla est un des pays les plus inégalitaires d'Amérique du sud, c'est aujourd'hui le plus égalitaire. En 1998, 60% de la population est pauvre, contre 25% aujourd'hui.

 

L'argent du pétrole, mais aussi les nationalisations des secteurs-clés ont permis de financer l'éducation et la santé pour tous, avec l'apport de milliers de médecins et d'enseignants cubains dans le cadre des « missions » dans les quartiers populaires, les campagnes du pays.

 

Chavez a refusé les « plans d'austérité » du FMI, ceux qui ont appauvri son peuple pendant 20 ans, ceux qu'on veut maintenant nous imposer en Europe, sous pression de l'Union européenne.

 

La lutte pour une « Autre amérique » face à l'impérialisme américain

 

Chavez a incarné la résistance à un impérialisme américain qui n'a pas hésité pendant des décennies à piller le continent, dans les intérêts de ses multi-nationales, et en soutenant des dictatures complices, installées par des coups d'Etat orchestrés par la CIA.

 

Le président vénézuélien a défendu une autre union du continent américain, une autre Amérique : celle du « Libérateur » Bolivar dont il se disait le continuateur, celle du « Che » Guevara ou de Fidel Castro, dont il était un admirateur.

 

L'ALBA (Alliance bolivarienne pour les Amériques) créée par Chavez en 2005 était un cadre pour des échanges mutuellement avantageux entre nations du continent américain, dans le respect de la souveraineté des nations. Tout le contraire de notre Union européenne !

 

Nul n'est irremplaçable même si l'avenir du Vénézuéla sans Chavez est incertain. Cyniques, ses ennemis dans le pays comme l'impérialisme américain ne cachent pas leur joie face à sa mort et attendent de reprendre le contrôle du pays, deuxième producteur de pétrole mondial.

 

Les limites du « chavisme », c'est aussi ce qui rend le pays vulnérable à ses ennemis : un manque de direction révolutionnaire collective, une économie encore entre les mains du capital privé et trop dépendante du pétrole.

 

Mais l’œuvre de Chavez a transformé radicalement le pays et le continent, permis à des millions de vénézuéliens de sortir de la misère, redonner un nom – le « socialisme » – à l'alternative au capitalisme.

 

Pour tout cela, merci, mille merci « camarade président » et Hasta la Victoria siempre !

 

----

 

hugo_chavez.jpgVoici ci-dessous le communiqué de la JC des Bouches-du-Rhône (JC 13):

 

Les Jeunes Communistes des Bouches-du-Rhône saluent la mémoire du président vénézuélien Hugo Chavez

 

Hugo Rafael Chavez Frias est décédé ce mardi 5 mars des suites d’une longue bataille contre le cancer.

 

Communistes, nous rendons hommage à cet infatigable militant de la justice sociale et du combat anti-impérialiste. Nous saluons le bilan de 14 années de gouvernement bolivarien au Venezuela emmené par Hugo Chavez : baisse du taux de pauvreté de 21% entre 1999 et 2010, chute du taux de mortalité infantile de 19,15% à 13,95% entre 1999 et 2011, progression de l’espérance de vie de 2 ans, accès à la santé et à l’éducation gratuits, chute du taux d’analphabétisme de 9,1% à 4,9% entre 1999 et 2011, distribution de trois millions d’hectares de terre aux paysans, nationalisations entre autres dans le secteur du pétrole ou de l’électricité, baisse du temps de travail, construction de centaines de milliers de logements sociaux…

 

Ces réalisations multiples rompent avec les logiques opportunistes et pro-capitalistes de la social-démocratie internationale incarnée par l’Internationale Socialiste. Ce n’est ainsi pas un hasard que le seul parti allié du PSUV (Parti Socialiste Unifié du Venezuela), formation politique de Hugo Chavez, resté fidèle au président est le Parti Communiste Vénézuélien car dans l’aiguisement des contradictions de classe seuls les révolutionnaires ne plient pas.

 

Nous saluons également l’action internationale du président Hugo Chavez fervent combattant des ingérences de l’impérialisme occidental à travers le monde et défenseur de la souveraineté des peuples. Son engagement aux côtés de la lutte du peuple palestinien et son soutien à Cuba socialiste n’en sont que des exemples.

 

Son combat ne doit pas rester vain et montre plus que jamais la nécessité pour le peuple Vénézuélien, comme les peuple du monde entier, de renverser le pouvoir des capitalistes afin de construire une société pleinement au service des travailleurs et des couches populaires : le socialisme.

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Vénézuela - Révolution bolivarienne
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 07:07

chaveztrab.gif

Les communistes vénézuéliens saluent une dernière fois le « camarade président » Hugo Chavez

 

Communiqué du Parti communiste vénézuélien (PCV)

 

Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

 

Le Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela, pris d'une profonde douleur face à la disparition physique de notre président Hugo Chavez, leader indiscutable du processus bolivarien au Venezuela, en Amérique latine et dans le monde, souhaite exprime sa ferme détermination à continuer à porter haut le drapeau de la lutte de la révolution socialiste et de l'unité populaire révolutionnaire.

 

Le président Hugo Chavez, toute sa vie durant, a consacré tous ses efforts et a contribué à la construction et à la défense de la Patrie, en quête d'une société de justice et de liberté pour les travailleurs du Venezuela, d'Amérique latine et du monde entier, à gagner dans l'affrontement avec l'impérialisme mondial et ses laquais.

 

Il est incontestable que notre camarade président a toujours assumé avec une exemplaire discipline et abnégation révolutionnaire, la tâche difficile et exigeante qui consiste à conduire notre Patrie sur les sentiers de la construction d'une société plus juste, en faisant l'engagement de toute sa vie.

 

Bureau politique du PCV, nous condamnons les politiques de guerre médiatique et de manipulation entreprises par les secteurs réactionnaires du pays, allant dans le sens de l'impérialisme états-unien, principal ennemi de la classe ouvrière et des travailleurs.

 

Nous appelons le peuple vénézuélien, les forces politiques et sociales révolutionnaires à serrer les rangs, à rester vigilants face aux désirs de l'impérialisme à semer le chaos et la déstabilisation dans notre pays.

 

Nous devons faire preuve d'un très haut niveau d'organisation et de mobilisation disciplinée de notre peuple, ce dans tous les organes créés ces dernières années.

 

Nous faisons parvenir à ses proches, ceux qu'il aimait le plus et ceux qui l'ont aimé si tendrement, l'expression de notre soutien et de nos condoléances, en particulier à ses enfants et à ses parents.

 

Le Bureau politique rend hommage au camarade président HUGO RAFAEL CHAVEZ FRIAS, cadre révolutionnaire qui restera dans l'imaginaire collectif de notre Patrie comme un exemple de détermination, de dévouement, de courage et de grandeur révolutionnaire.

 

Nous lançons un appel au peuple vénézuélien à poursuivre ses efforts pour que le courage, la force, le désintéressement et l'amour infini pour l'humanité consubstantiels à la conduite et à l'action révolutionnaire du camarade président HUGO RAFAEL CHAVEZ FRIAS, soient désormais et pour toujours un exemple pour notre peuple et les nouvelles générations de combattants pour la vie.

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Vénézuela - Révolution bolivarienne
commenter cet article