Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 06:54

erdogan-israel.jpgLa présidence d'Erdogan n'est pas légitime



Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



L'élection à la présidence de la Turquie a eu lieu le 10 août dernier. Recep Tayyip Erdogan, en dépit du passif de l'AKP en termes de meurtres, de massacres et de fraude avérée, a été élu douzième président de la Turquie.



Le Parti communiste de Turquie, rappelant que les crimes qu'il a commis rendent la candidature d'Erdogan inacceptable et qu'il devrait immédiatement être poursuivi en justice, a appelé le peuple à boycotter les élections.



34 millions de personnes ne se sont pas exprimées pour Erdogan.



Selon les résultats, Erdogan a obtenu 21 millions de voix (51 %) tandis que 34 millions de personnes ont soit voté contre lui ou ne sont pas allés voter. Les abstentionnistes s'élèvent à 15 millions de personnes.



En prenant en compte la faible participation, atteignant des records, Erdogan est devenu le nouveau président en remportant l'adhésion d'à peine 38 % de l'électorat. Ces résultats se reflètent dans son discours de victoire, qui était circonspect et pas aussi enthousiasmé qu'on aurait pu s'y attendre.



Le Parti communiste de Turquie, dans le communiqué publié après les élections, a déclaré la présidence d'Erdogan illégitime et appelé les gens à lutter contre la dictature islamiste et néo-libérale.



Il y avait deux autres candidats lors de ces élections : Ekmeleddin İhsanoğlu était le candidat de deux partis d'oppositions, le Parti républicain du peuple (CHP) et du Parti du mouvement nationaliste (MHP).



Il est décrit comme un islamiste plus modéré comparé à Erdogan. Auparavant, il a servi comme secrétaire-général de l'Organisation de la coopération islamique de 2004 à 2014 et il a été nommé à cette position par le gouvernement de l'AKP.



Ses bonnes relations avec Erdogan se sont détériorées après une divergence d'opinions sur le dit Printemps arabe.



İhsanoğlu, soucieux de ne pas froisser les Etats-unis et l'Arabie saoudite, est resté silencieux sur l'intervention militaire récente en Égypte. Erdoğan a publiquement attaqué İhsanoğlu pour sa position et ne l'a pas nommé de nouveau pour le poste de secrétaire-général.



Selahattin Demirtas, leader du Parti démocratique populaire (HDP) était le candidat choisi par le mouvement kurde mais il n'avait pas comme perspective de remporter les élections.



En dépit de la candidature de Demirtaş, le mouvement kurde a tacitement attendu qu'Erdogan soit élu pour poursuivre les négociations de « paix » avec le gouvernement AKP.



Le mouvement kurde a apprécié qu'Erdoğan lance et se fasse le co-architecte du « processus de paix » avec Abdullah Öcalan, leader emprisonné du mouvement kurde.



Les trois partis d'opposition au parlement, bien qu'ils aient présenté des candidats aux élections, n'ont pas adopté une stratégie électorale qui remette franchement en cause le pouvoir d'Erdoğan.



Cela eut aussi une influence sur le faible niveau de participation et le nombre de voix nulles, dont certaines étaient des voix de protestation.



C'est la première fois que le président est élu par une vote populaire en Turquie. Mais il y a un hic ; les candidats participant à la présidence étaient nommés par le parlement, pas par le peuple.



On s'attend à ce qu'Erdoğan, qui devint le premier président élu de la Turquie, exploite son nouveau poste pour renforcer sa dictature et sa pratique fasciste.



 

Encore une fois, voilà la preuve ; cette fois par l'électorat, qu'il n'est pas élu comme président par l'ensemble du pays puisque les résultats électoraux et les débats actuels montrent que la moitié des Turcs voient son pouvoir comme totalement illégitime.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Turquie
commenter cet article

commentaires