Partis communistes

Notre lutte

Le site http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/ publie des traductions de déclarations, de communiqués, d’articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international.

 

La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau « Faire vivre et renforcer le PCF » qui refuse la dérive réformiste de la direction du PCF suivant le Parti de la gauche européenne. Notre site s’efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationaliste portée historiquement par le PCF.

 

Parmi ses centres d’intérêts prioritaires :

 

  • la solidarité avec les mouvements anti-impérialistes, notamment le soutien à Cuba, aux expériences socialistes d'Amérique Latine, aux résistances aux guerres impérialistes. Notre site relaie ainsi les mobilisations contre la guerre et l’occupation de l’Afghanistan, les prises de position contre l'OTAN, contre la subordination au bloc impérialiste nord-américain,

  • la mise en valeur des actions des partis communistes qui prennent le parti de la lutte de classe, restent fidèles à leur raison d’être révolutionnaire.

  • les tentatives de reconstituer une forme de coopération politique entre partis communistes, dans le monde comme en Europe, à l’opposé du PGE et de son acceptation de l’UE capitaliste. Le site traduit ainsi régulièrement les appels internationaux de partis communistes.

  • le refus du révisionnisme historique, de la criminalisation du communisme, notamment impulsée par l'Union Européenne, l’examen critique et la défense de l'héritage des expériences socialistes passées.

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Recommander

Archives

Actualité

Mise à jour : 23 décembre 2013

 

Non aux guerres impérialistes sur le continent africain ! : Les Partis communistes contre l'intervention en Syrie ; porter une opposition conséquente à l'intervention française au Mali ; Françafrique en Centrafrique, c'est non ! 

 

Des Partis communistes qui relèvent la tête en 2013 : au Népal, les communistes hégémoniques ; au Chili, un record de députés depuis 1973 ; en République tchèque, les communistes à 15 %, au plus haut depuis 89 ; Luxembourg, Autriche, résistance des PC (1-2%) dans des contextes hostiles ; Elections locales au Portugal : le PC à 12 %, Bloc de gauche à 2 % ; Lettonie : les communistes à la tête d'une coalition victorieuse à l'assaut de Riga ! ; à Chypre, les communistes résistent ... à 27 % ! ; Elections professionnelles en Grèce, le PAME lié aux communistes en tête ; Israel, communistes et anti-sionistes toujours présents ! ; au Japon, les communistes au plus haut depuis 1995 ; en Inde, les communistes dominateurs dans l'Etat du Tripura.

 

Révolutions latino-américaines et construction du socialisme: nationalisations à l'ordre du jour en Argentine et en Bolivie; réduction des inégalités et de la pauvreté au Vénézuela et en Bolivie; l'exemple cubain: supériorité du socialisme pour le bien-être des mères, des enfants, top 10 mondial de l'IDH non-économique

 

Sortir de l'Euro ? Le débat est ouvert ! : à Chypre, les communistes pour la sortie de l'Euro ; au Portugal, le débat avance pour une rupture avec l'euro dans le PCP ; une idée qui progresse en Espagne, avec des contradictions ; la gauche allemande déchirée, Die Linke freine contre son père fondateur !

 

Dénoncer le mythe de l'Europe sociale, combattre l'Europe du capital et de la guerre : Un congrès du PGE pour refonder l'Europe, la grande illusion ; le syndicat des cheminots britanniques pour la rupture avec l'UE ; 

 

Les partis du PGE: aile-gauche de la social-démocratie: une sioniste amie de Sarkozy candidate à la présidentielle de Linke en Allemagne, Izquierda Unida profite de ses résultats pour collaborer dans les gouvernements régionaux avec le PSOE en Espagne, Syriza lance des appels du pied à l'UE et se propose comme social-démocratie de substitution

 

 

maki-manif-tel-aviv.jpgDes milliers d’Israéliens manifestent à Tel Aviv contre la guerre à Gaza

 

Communiqué du Parti communiste d’Israël

 

Traduction ML pour vivelepcf et http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Autour de 7000 Israéliens ont manifesté samedi 26 juillet contre la guerre à Gaza sous le mot d’ordre : «  Assez de morts – La paix maintenant entre Israéliens et Palestiniens ».



Le rassemblement s’est déroulé sur la place Rabin dans le centre de Tel Aviv. Parmi les slogans clamés par les manifestants : « Arrêtez la guerre ! », « Retour des soldats à la maison ! » ou « Juifs et Arabes refusent d’être des ennemis ».



Plusieurs personnalités ont pris la parole dont le député Dov Khenin [de la coalition Hadash], un ancien combattant de l’association « Combattants pour la paix », Yifat Solel, représentant du « forum anti-occupation » du parti Meretz, le professeur Eva, président de l’académie des arts décoratifs Bezalel, Odeh Bisharat, écrivain et ancien secrétaire du Hadash, le docteur Julia Chaitlin, professeur au collège académique Sapir de Sderot, qui habite dans le kibboutz Urim, à proximité de Gaza. Alon-Lee Green, membre du Comité central du Parti communiste d’Israël et responsable syndical, présentait les intervenants.



La chaîne de télévision Channel 2 a remarqué que le parti sioniste de gauche, Meretz et l’association « La Paix maintenant » n’étaient pas présentes en tant que tels.



Ben Kfir, du « cercle des parents », dont la fille a été tuée dans un attentat suicide du Hamas en 2003, a également pris la parole. Il a contredit l’affirmation du gouvernement selon laquelle il n’y aurait pas de partenaire avec qui faire la paix parmi les Palestiniens.



Les intervenants ont critiqué l’attitude du gouvernement qui refuse les négociations de paix. Et qui ne connaît d’autre politique que la guerre. Les manifestants ont réclamé la fin de l’occupation et du siège de Gaza. Ils ont allumé des bougies en mémoire des victimes.



De l’ordre de 300 contre-manifestants d’extrême-droite ont essayé de saboter le rassemblement. Un important cordon de police enserrait la place pour séparer les deux camps. 8 personnes ont été arrêtées.



On pouvait lire dans l’appel à la manifestation :



« Samedi, le camp de la paix se rassemble place Rabin. Le tribut payé à la guerre est lourd en vies, en blessures des deux côtés, en destruction et horreur, sous les bombes et les roquettes. Nous réagissons en nous rassemblant et en portant cette exigence : « Arrêtez la guerre maintenant ! ».



« Nous devons arrêter la guerre et entamer les discussions avec les dirigeants palestiniens reconnus de Cisjordanie et de Gaza pour mettre fin à l’occupation et au blocus et pour arriver à l’indépendance et à la justice pour les deux peuples, israélien et palestinien. »



« Au lieu, encore et encore, d’ajouter des guerres et des actions militaires aux guerres et actions militaires, il est temps d’ouvrir la voie au dialogue et à un règlement politique. Il y a une solution politique. Quel prix devrons nous encore payer, population du Sud et de l’ensemble d’Israël, population de Gaza et de Cisjordanie, avant d’arriver à cette solution ? Ensemble, Juifs et Arabes, nous allons surmonter l’occupation et la guerre, la haine et le racisme et nous allons ouvrir un chemin pour la vie et pour l’espoir. »



Vidéo du rassemblement : http://www.youtube.com/watch?v=85mbQ-gnUQE





 

 

Mardi 29 juillet 2014 2 29 /07 /Juil /2014 06:29
- Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

palestine libre Déclaration de 28 organisations de jeunesse communiste sur le « nouveau génocide d’Israël contre le peuple palestinien »



Traduction corrigée et reprise par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Les organisations de jeunesse signataires de la déclaration suivante dénoncent fermement les opérations militaires de l'état Israélien contre le peuple Palestinien, qui ont déjà causé la perte de centaines de vies humaines.

 

Les États-Unis, mais aussi l'Union européenne, qui encouragent les activités criminelles d'Israël en lui apportant un soutien sans réserves, en mettant sur un pied d'égalité criminels et victimes, en renforçant leurs relations politiques, financières et militaires avec Israël de plusieurs façons, en organisant par exemple des exercices militaires communs avec les forces armées israéliennes, portent de lourdes responsabilités dans ce crime permanent contre le peuple Palestinien et sa jeunesse.

 

Les organisations de jeunesse communistes appellent les jeunes femmes et les jeunes hommes du monde entier à mettre en échec, par notre lutte et notre solidarité internationale, le nouveau génocide d'Israël contre le peuple palestinien et sa jeunesse qui sont la cible d'une agression impérialiste, s'appuyant sur les plans impérialistes plus globaux qui sont une réalité, déjà mise en œuvre dans l'ensemble du Moyen-Orient et de la Méditerranée Orientale.

 

Nous demandons :



  • que l’opération militaire en cours de l'armée israélienne contre le peuple palestinien cesse immédiatement ;

     

  • que l'armée d'occupation israélienne et tous les colons quittent les territoires palestiniens ;

     

  • la libération de tous les prisonniers politiques des prisons israéliennes et le droit au retour chez eux de tous les Palestiniens. La résolution de la question des réfugiés palestiniens conformément aux résolutions de l'ONU ;

     

  • la fin des exercices militaires communs et de tous les traités de coopération militaire avec Israël ;

     

  • un Etat palestinien indépendant dans les frontières de 1967 avec Jérusalem Est comme capitale ;

     





1 – Fédération de la Jeunesse communiste d'Argentine – La Fede

2 – JC d'Autriche – KJO

3 – JC de Bolivie – JCB

4 – JC du Brésil – UJC

5 – JC du Canada

6 – Jeunes socialistes de Croatie

7 – EDON, Chypre

8 – JC de République tchèque – KSM

9 – JC au Danemark – Ungkomunisterne Danmark

10 – JC d'Equateur – JCE

11 – JC française – MJCF

12 – Jeunesse ouvrière socialiste allemande – SDAJ

13 – JC grecque – KNE

14 – JC d'Irlande

15 – JC d’Israël

16 – Front des JC italiennes – FGC

17 – JC du Luxembourg – JCL

18 – JC du Mexique – FJC

19 – JC Paraguayenne – JCP

20 – JC du Pérou « Patria Roja » – JCP PR

21 – JC péruvienne – JCP

22 – JC portugaise – JCP

23 – JC révolutionnaire de la Russie – RKSMb

24 – JC de Yougoslavie (Serbie) – SKOJ

25 – Collectifs des jeunes communistes d'Espagne – CJC

26 – Union de la jeunesse communiste d'Espagne – UJCE

27 – JC de Suède – SKU

 

28 – JC syrienne – Jeunesse Khaled Bagdach

Samedi 26 juillet 2014 6 26 /07 /Juil /2014 06:58
- Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Communist Party of Ukraine logo Un responsable du Parti communiste d'Ukraine assassiné : terreur, répression, avant l'interdiction du Parti



Brève, EDT&DN pour vivelepcfrepris par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



On apprend dans un communiqué de presse du Parti communiste d’Ukraine le fait suivant :



Le corps mutilé de Vyacheslav Mikhalovitch Kovshun a été retrouvé mardi 22 juillet gisant dans une mare de sang, avec des marques de blessures au thorax et aux jambes et de blessures par balle. Il a été torturé à mort.



Il se trouvait à un barrage de l’armée ukrainienne près du village de Luzkhi dans l’est du pays.



Vyacheslav Kovshun était responsable de l’organisation du Parti communiste d’Ukraine dans la localité de Glinki et conseiller de la communauté de communes de Kumachovskiy.



Il avait reçu plusieurs menaces anticommunistes à son domicile qu’il n’a pas voulu prendre au sérieux.



Les organisations locales et nationale du CPU ont rendu hommage à leur camarade, âgé de 58 ans, adressé leurs condoléances à sa famille. Elles exigent l’application de la Loi et le lancement de poursuites pénales contre les assassins, ce qui n’a pas encore eu lieu.



On apprend également dans des dépêches de presse internationales que le processus d’interdiction du Parti communiste d’Ukraine s’accélère.

 

Ce même 22 juillet, selon la radio gouvernementale, la « Rada », chambre des députés, a adopté un changement rétroactif du règlement intérieur destiné à dissoudre le groupe communiste. Le PCdU avait obtenu 13% des voix aux élections de 2012.



Les intimidations et agressions physiques des responsables communistes se multiplient, au sein même de l’Assemblée, venant notamment du Parti néonazi Svoboda, composante du nouveau pouvoir ukrainien.



La dissolution du groupe communiste devrait devenir effective jeudi 23 juillet. Le « président » de la chambre, Turtchinov, s’est réjoui « d’accomplir cette tâche historique » et a déclaré : « il ne reste plus que quelques heures à supporter ce groupe ».



En même temps, les lois sont modifiées pour donner un semblant de légalité à l’interdiction totale du Parti communiste d’Ukraine. Il sera probablement interdit pour « activités anti-ukrainiennes » et soutien aux séparatistes de l’est du pays.



Le prétexte est inventé. Il se trouve que le PCdU a toujours défendu l’unité du pays et une évolution fédéraliste.



Les causes profondes sont à trouver ailleurs, dans le rejet absolu par le nouveau régime de la seule force d’opposition nationale sérieuse et représentative, de la seule force politique qui :



-          Condamne le choix de l’action militaire dans l’est du pays.



-          Dénonce et combat aussi l’aggravation de la politique de casse sociale et le plan de privatisations, d’ampleur inédite, décidés par le pouvoir.



-      Continue à dénoncer l’accord économique avec l’Union européenne et à exiger l’organisation d’un référendum sur son adoption.



-          S’oppose résolument au fascisme, a demandé la condamnation des fauteurs du massacre d’Odessa.



Les partis fascistes, qui disposent de toute latitude d’action et de l’impunité, développent une hystérie anticommuniste dans un climat de haine et d’intimidation tout azimut, pour mieux servir cette politique.



Ce qui se passe dans l’ensemble de l’Ukraine est d’une extrême gravité. Communistes français nous adressons notre soutien total et l’expression de notre solidarité à nos camarades ukrainiens. Leur secrétaire général, Petro Symonenko était en visite en juin dernier en France pour expliquer la situation et ses inquiétudes à la direction du PCF.



Aucune tolérance n’est possible devant l’avènement d’une dictature et l’arrivée au pouvoir de groupes fascistes. Les faits sont d’autant plus établis qu’ils sont revendiqués par leurs auteurs.



Aussi, nous appelons les communistes, et par-delà tous les antifascistes et les démocrates, à demander au ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius et au Président de la République, François Hollande,



-          d’émettre une protestation internationale solennelle devant les crimes anticommunistes en Ukraine et la présence fasciste dans le gouvernement de ce pays



-          d’envisager des sanctions politiques et économiques à l’encontre du régime ukrainien



-          d’exclure de mettre à l’ordre du jour du Parlement en France la ratification de l’accord UE/Ukraine, signé, en Ukraine, par des représentants illégitimes.



Cette exigence peut et doit être déclinée localement, par exemple dans les municipalités.



Le fascisme ne passera pas !

 

 

Vendredi 25 juillet 2014 5 25 /07 /Juil /2014 06:20
- Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Flag-Pins-Scotland-Palestine.jpgL’Église d’Écosse soutient le mouvement de boycott, désinvestissements et sanctions (BDS) contre Israël

 

 

Article du Morning Star, quotidien communiste britannique



Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



L'Eglise d'Ecosse a « recommandé » hier à sa congrégation un document appelant les fidèles à rejoindre le mouvement de boycott, désinvestissements et sanctions contre Israël.



Les dignitaires ecclésiastiques ont donné un nouvel élan à la campagne de solidarité dans une déclaration commune avec l'Archevêque palestinien de Sebastia, Atallah Hanna.



L'Eglise a déclaré que les massacres de palestiniens par les forces israéliennes laisseraient un « héritage fait de douleur, de souffrance, de ressentiment ».



M.Hanna, qui doit s'occuper de près de 180 000 Palestiniens chrétiens dans toute la Cisjordanie et la Bande de Gaza, a dit qu'ils n'étaient « pas optimistes, mais qu'ils gardaient l'espoir ».



« Tant que l'occupation n'arrive pas à son terme, est-ce qu'on peut vraiment faire un progrès vers le début d'une paix durable ? », a-t-il demandé.



Le modérateur de l'Assemblée générale de l'Eglise d'Ecosse, le révérend John Chalmers – la face publique élue de l'Eglise – a dit que la congrégation forte de 400 000 hommes de foi partageait sa « frustration et sa douleur ».



Il a affirmé : « Pour un observateur extérieur, la réponse disproportionnée de l'Etat d'Israel semble laisser un héritage fait de douleur, de souffrance, de ressentiment qui ne crée pas une atmosphère où une résolution pacifique et juste peut être recherchée ».



La déclaration commune a également suggéré un renforcement de la position de l’Église depui sle vote de l'an dernier, insistant sur le fait que l’Église écossaise « ne doit pas soutenir les prétentions d'un peuple, qu'il soit juif ou autre, à un droit exclusif ou même privilégié à posséder un territoire particulier ».



L'Eglise a historiquement évité de rejoindre explicitement le mouvement pour le boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), qui cherche à forcer un changement de la politique israélienne en jouant sur la corde économique.



Mais une porte-parole a déclaré au Morning Star hier que le document « Kairos-Palestine » - qui appelle les « individus, entreprises, Etats » à rejoindre le mouvement BDS a été « recommandé à l'ensemble de l’Église ».



Le président de la campagne de solidarité écossaise avec la Palestine, Mick Napier, a déclaré que cette annonce devait être officialisée.



« Nous voyons cette rencontre de tous les leaders chrétiens écossais comme un pas supplémentaire dans le mouvement d'opposition aux crimes de guerre israéliens », a-t-il défendu.



 

M.Hanna va désormais continuer son tour d'Ecosse, rencontrant les imams écossais à Edimbourg vendredi, à la Société Ahl-al-Bait, participant à une rencontre publique dimanche à l'Adelaides de Glasgow et revenant à l’Église augustine d'Edimbourg dimanche.

Jeudi 24 juillet 2014 4 24 /07 /Juil /2014 07:11
- Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Emblem of the Ukrainian SSR.svg Déclaration de 18 partis communistes et ouvriers sur la situation en Ukraine

 

Traduction ML pour vivelepcf repris par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



A l’occasion de la réunion du groupe de travail des partis communistes et ouvriers, tenue à Chypre, les 21 et 22 juin, a été adopté cette déclaration commune.



-          Les partis signataires dénoncent l’intention déclarée des autorités ukrainiennes d’interdire le Parti communiste d’Ukraine. Ils dénoncent la terreur déchaînée contre les communistes et les autres forces démocratiques dans le pays, l’incendie du siège du Parti communiste et la tentative de saisir ses biens. Ils déplorent les actions des organisations fascistes et d’extrême droite qui rêvent de la renaissance du fascisme.



  • Ils dénoncent la politique d’intervention impérialiste dans le pays perpétrée par les États-Unis et l’UE dans le contexte de la guerre non déclarée en vue du contrôle de l’énergie et des voies d’approvisionnement. Elle a causé et cause des souffrances humaines et place la région en danger de guerre. Le droit international a été violé de diverses manières, en premier lieu par les milieux impérialistes qui prétendent hypocritement être ses gardiens.

     

  • Ils appellent les peuples de la région et le mouvement de la paix à être vigilants devant la forte concentration de troupes dans la région et devant les agissements de l’OTAN, qui profite de la situation pour renforcer sa présence militaire autour de la mer Baltique et dans d’autres régions.

     

  • Ils exigent la fin immédiate des opérations militaires menées par le gouvernement ukrainien dans les régions du sud-est de l’Ukraine, un cessez-le-feu rapide, pour rendre possible la mise en œuvre d’un accord de paix garantissant les droits des personnes dans leur intégralité.

     

  • Ils condamnent les crimes et les massacres commis contre les personnes et les organisations qui résistent aux actions fascistes et à la répression illégale.

     

  • Ils affirment leur solidarité avec les forces communistes et toutes les forces démocratiques d’Ukraine et invitent les forces éprises de paix à résister à l’intervention impérialiste et au fascisme qui relève la tête dans le pays.

     

  • Ils soutiennent le droit du peuple à l’autodétermination

     

Signataires:



1 – Parti communiste belge (Wallonie-Bruxelles)

2 – Parti communiste du Brésil

3 – Parti communiste de Grande-Bretagne

4 – AKEL Chypre

5 – Parti communiste de Bohême et de Moravie

6 – Parti communiste de Grèce

7 – Parti communiste de l'Inde

8 – Parti Tudeh d'Iran

9 – Parti des communistes italiens

10 – Parti communiste libanais

11 – Parti du peuple palestinien

12 – Parti communiste portugais

13 – Parti communiste de la Fédération de Russie

14 – Parti communiste des travailleurs russes

15 – Parti communiste syrien

16 – Le Parti communiste sud-africain

17 – Parti communiste soudanais

18 – Parti communiste d’Ukraine

 

 

Mercredi 23 juillet 2014 3 23 /07 /Juil /2014 07:01
- Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

2014-10-09.jpgLe Parti communiste israélien condamne fermement l'agression israélienne contre Gaza et rejette toute attaque visant des civils

 

Communiqué du Parti communiste d'Israel (PCI), traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

 

Le Parti communiste d'Israel (PCI) exprime sa colère et sa condamnation ferme de la guerre terroriste vicieuse et meurtrière que mène le gouvernement israélien contre le peuple de Gaza et les arabo-palestiniens plus largement ces derniers jours.

 

De la même façon, le PCI réprouve clairement et sans ambiguïté le bombardement de civils israéliens par le Hamas et d'autres organisations dans la bande de Gaza. De notre point de vue, de telles attaques ne sont pas seulement répréhensibles mais aussi contre-productives à la cause palestinienne même, précisément son aspiration juste et légitime à établir un Etat indépendant aux côtés de l’État d’Israël, dont la capitale est Jérusalem-est, dans les frontières du 4 juin 1967.

 

En dépit de notre dénonciation de toute attaque contre la population civile, le PCI met l'accent sur le fait que le responsable de l'escalade et du bain de sang actuel est le gouvernement d’Israël – son refus continu de toute perspective d'une paix juste, les massacres de masse et les ravages qu'il inflige à Gaza, son indifférence totale pour les vies et le bien-être palestiniens et, surtout, son éternel renforcement de l'occupation israélienne et de la colonisation de la Cisjordanie et de Jérusalem-est accompagnant le blocus inhumain de Gaza.

 

Comme le PCI avait mis en garde il y a un mois de cela, la réelle motivation de l'administration Netanyahu n'a jamais été de garantir la sécurité des israéliens mais seulement de faire obstacle au gouvernement d'unité nationale palestinien et de s'absoudre de toute responsabilité dans l'échec des négociations de paix.

 

Nous devons désormais ajouter que l'agression actuelle contre Gaza sert également le gouvernement israélien dans deux autres façons: (1) elle consolide la coalition de Netanyahu dans une période d'agitation sociale interne, elle aide ainsi Netanyahu à maintenir intact son gouvernement criminel, et (2) elle met les questions de pauvreté, d'inégalité, de racisme, de sexisme sous le tapis, et marginalise toutes les luttes pour la justice sociale et la démocratie.

 

Tout le monde sait désormais que Netanyahu, et ses compères de choc au gouvernement tout comme l'armée étaient au courant que les trois jeunes colons assassinés avaient été enlevés, dès le premier jour.

 

Quelle était la cause de l'invasion israélienne et des arrestations de masse en Cisjordanie si ce n'est mettre la feu à la région et défendre les objectifs affichés ?

 

Le PCI réaffirme son dernier message et insiste à nouveau sur le terrorisme, beaucoup plus massif et dangereux, de l'occupation israélienne et toutes ses conséquences, ses crimes de guerre, y compris le mur de séparation, le blocus et les complexes coloniaux.

 

L'histoire nous enseigne que toute occupation rencontre la résistance du peuple occupé. Le droit international garantir au peuple occupé le droit de résister à l'occupation en usant des moyens légitimes dans sa lutte légitime. Le PCI réaffirme sa position de principe contraire à toute attaque visant les civils, en particulier des mineurs.

 

Le PCI appelle les mouvements progressistes, les organisations de défense des droits de l'Homme et tous les États du monde à organiser des événements en solidarité avec le peuple palestinien, appelant le gouvernement israélien à cesser immédiatement son agression contre la bande de Gaza et à arrêter ses crimes de guerre, et tant le gouvernement israélien que les organisations palestiniennes de s'abstenir de toute attaque contre des civils.

 

Non aux crimes de guerre !

 

Non aux attaques contre des civils !

 

Levée du blocus de Gaza !

 

 

A bas l'occupation !

Mardi 22 juillet 2014 2 22 /07 /Juil /2014 07:24
- Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

ukraine-ue.jpgUne « mission de sécurité » de l'Union européenne en Ukraine pour aider la police locale à mater les rebelles : c'est décidé !


Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



L'Union européenne « au-dessus de la mêlée » dans le choc des puissances en Ukraine ? Qui peut bien y croire en dépit de la propagande anti-russe après le krach de l'avion malaisien. L'occasion de revenir sur une information peu commentée : l'envoi envisagé de forces de police européennes pour soutenir le gouvernement illégitime de Kiev.



Vous verrez les images terribles de l'avion de Malaysia Airlines, les corps sans vie, dans un climat de chaos et de guerre civile, sous le poids des commentaires vous livrant déjà le coupable parfait, les ordres pour la guerre à venir. Mais il est des informations cruciales que vous aurez du mal à vous procurer.



A commencer par ces documents du Conseil de l'Union européenne et du Service européen pour l'action extérieure, filtrée à la fin du mois de juin par l'ONG britannique « Statewatch », et brièvement référencée par le site « Euractiv ».



Le constat biaisé de l'UE : hostilité anti-russe, peur de l'instabilité sociale, besoin de réformes structurelles (du FMI)



L'Union européenne n'entend pas rester les bras croisés dans la crise ukrainienne.



En un combat douteux, face à des séparatistes pro-russes guère identifiables, une Russie jalouse de ses intérêts, un président élu démocratiquement chassé, un gouvernement putschiste mené par le « roi du chocolat », rempli d'éléments fascistes, néo-nazis, anti-sémites, va-t-en guerre.



L'UE a choisi son camp : le Conseil de l'Union européenne du 18 juin a acté la décision d'envoyer au plus vite – selon des modalités et des temporalités encore à décider avec Kiev – une force de sécurité et de police en soutien du gouvernement actuel, dans le cadre de la PESC (Politique étrangère de sécurité commune), pour la « réforme du secteur de sécurité ».



Le document du Conseil de l'Union européenne dresse un tableau manichéen de la crise.



D'un côté, des « ingérences continues de la Russie » ainsi que l' « annexion illégale de la Crimée » après le « départ de Yanoukvitch suite à des manifestations populaires » ont conduit au chaos et à l' « émergence de combattants pro-russes qui ont pris le contrôle de territoires près de Luhansk et Donetsk, s'attaquant aux forces de police locales, ayant recours systématiquement à la violence ».



De l'autre, un « nouveau gouvernement ayant manifesté une attitude plus ouverte envers la société » (sic), décidé à réaliser les « réformes nécessaires sur l'Etat de droit, la gouvernance économique, les droits de l'Homme ». Entendez, l'accord de libre-échange avec l'UE, les réformes structurelles du FMI.



L'attitude criminelle de la Russie, le poids de l'ancien régime sont jugés de façon unilatérale responsables du piètre niveau d'organisation, du moral faible et du haut niveau de corruption de la police ukrainienne, reconnue par le document de l'UE.



Ce que craint l'Union européenne, c'est un affaiblissement critique du gouvernement putschiste, avec la perte de contrôle déjà effective d'une partie de l'appareil de sécurité, une défiance de plus en plus grande de la population, une incapacité à mettre en œuvre les réformes structurelles.



Pour le Conseil de l'UE, il y a un risque à moyen-terme de « désillusion, de protestation et de troubles sociaux majeurs ».



L'envoi de formateurs/conseillers de l'UE pour aider la police locale



C'est dans ce contexte, et sur une requête du Ministère des Affaires étrangères ukrainien datée du 20 mars 2014 où le dignitaire ukrainien appelle de ses vœux la mise en place d'une mission de la PESC de l'UE pour contribuer à la désesclade de la situation sur place, en « raison de l'attitude désastreuse de la Russie ».



Dans ce document officiel, l'UE rappelle que les programmes d'aide ne manquent pas : projet de soutien à la réforme du secteur de justice (9 millions d'€), partenariat entre forces de police (5 millions d'€, mené par la Pologne), programme général de coopération est-européen (30 millions d'€, en 2015), programme pour la gestion des frontières (66 millions d'€), etc.



Dans ce dispositif, un nouveau pas serait franchi avec une coopération directe dans le secteur des forces de sécurité dans un pays en guerre civile, et l'envoi de forces sur place.



La « mission civile de la PESC » serait centrée sur la « réforme radicale du secteur de la sécurité », avec l'encadrement de la création de la Garde nationale. Elle serait initiée par l'envoi de 40 « conseillers stratégiques » à Kiev, complétés par des équipes de formation de personnel.



Par la suite, la mise en place de bureaux régionaux à Kharkov, Odessa et Lvov est envisagée.



Le rôle des consultants et formateurs de l'UE devrait être d'épauler (mais comment?) les forces de police ukrainienne au niveau central, régional, puis local, conseiller et former pour mater la rébellion et faciliter la mise en œuvre des réformes, jusqu'à ce que le gouvernement ait repris le dessus.



Une coordination avec l'OTAN, comme au Kosovo : un modèle ?



Le document du Conseil de l'Union européenne évoque explicitement la « coordination étroite » avec les conseillers militaire envoyés en parallèle par l'OTAN, de quoi encore plus démasquer les arguments éculés de la « défense de la paix et de la sécurité » en Ukraine.



Dans le billet consacré à cette nouvelle dans Euractiv – portail accompagnant les décisions de l'UE avec un faible esprit critique –, l'envoi de cette mission civile est présenté comme un pendant de l'action menée il y a une dizaine d'années au Kosovo.



Quinze ans après, le Kosovo est l’État le plus pauvre d'Europe ; une zone de non-droit accaparée par des mafias sordides, plaque-tournante en Europe du trafic d'armes, de drogue et d'organes ; sans oublier la prolifération des combattants islamistes soutenus par l'UE ; dans un pays sous protectorat européen (avec un drapeau inspiré de l'UE, le Mark puis l'Euro comme monnaie !).



Un modèle excitant à n'en pas douter quand on nous présentait le combat des « indignés de Maidan » comme celui pour les droits de l'Homme, la démocratie, la souveraineté, la prospérité !



 

Démasquons la propagande médiatique d'où qu'elle vienne … mais d'abord dans notre propre camp. L'Union européenne n'est pas engagée à défendre la paix, l'unité, la démocratie en Ukraine, elle attise le feu pour défendre ses propres intérêts économiques et politiques.

Lundi 21 juillet 2014 1 21 /07 /Juil /2014 07:23
- Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Freedom for Gaza by babylonienLe massacre du peuple de Palestine doit cesser maintenant



Communiqué de 51 partis communistes, traduit par MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Nous, partis communistes qui signons cette déclaration commune condamnons l'offensive barbare et criminelle de l’État d’Israël contre le peuple palestinien.



Nous exprimons notre entière solidarité avec le peuple palestinien et nous appelons les travailleurs du monde entier à se mobiliser afin de renforcer la vague de condamnation d’Israël, afin que la solidarité avec le peuple palestinien trouve une expression concrète.



Les États-Unis portent une énorme responsabilité dans ces événements sanglants, ils soutiennent Israël, par tous les moyens possibles, dans sa poursuite de l'oppression et du massacre du peuple palestinien.



L'Union européenne porte également une responsabilité, en suivant la ligne consistant à mettre à « équidistance » la victime et le persécuteur, et en développant dans le même temps une coopération avec Israël dans les domaines militaire, économique et politique.



Les partis communistes et ouvriers qui signent cette déclaration exigent que :



  • Le crime contre le peuple palestinien soit condamné ;

     

  • Les raids aériens continus contre le peuple palestinien cessent immédiatement et qu'une offensive terrestre soit empêchée ;

     

  • Les armées d'occupation israéliennes se retirent ;

     

  • Les prisonniers politiques soient tous libérés immédiatement des geôles israéliennes ;

     

  • L'inacceptable mur de division soit démoli et toute forme de blocus contre les Palestiniens à Jérusalem, en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza soit levée ;

     

  • La fin immédiate des colonies et le retrait de tous les colons qui se sont établis au-delà des frontières de 1967 ;

     

  • Le droit au retour de tous les réfugiés palestiniens chez eux, sur la base des décisions de l'ONU correspondantes ;

     

  • Les exercices militaires communs et les accords de coopération militaire avec Israël soient annulés ;

     

  • Un État palestinien dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, soit institué ;





1 - Parti communiste d'Albanie

2 - PADS, Algérie

3 - Parti communiste d'Australie

4 - Tribune démocratique progressiste, Bahrein

5 - Parti communiste du Bangladesh

6 - Parti des travailleurs du Bangladesh

7 - Parti communiste brésilien

8 - Parti communiste britannique

9 - Nouveau parti communiste de Grande-Bretagne

10 - Parti communiste du Canada

11 – Parti communiste du Chili

12 – Parti socialiste ouvrier de Croatie

13 – AKEL, Chypre

14 – Parti communiste au Danemark

15 – Parti communiste colombien (et les FARC-EP)

16 – Parti communiste de Finlande

17 – Parti communiste allemand

18 – Parti communiste de Grèce

19 – Parti ouvrier hongrois

20 – Parti communiste d'Inde (marxiste)

21 – Parti Tudeh, Iran

22 – Parti communiste d'Irlande

23 – Parti communiste d'Israel

24 – Parti des communistes italiens

25 – Parti communiste jordanien

26 – Parti communiste du Luxembourg

27 – Parti communiste du Mexique

28 – Parti populaire socialiste, Mexique

29 – Nouveau parti communiste des Pays-Bas

30 – Parti communiste de Norvège

31 – Parti communiste palestinien

32 – Parti du peuple palestinien

33 – Parti communiste péruvien

34 – Parti communiste philippin (PKP-1930)

35 – Parti communiste du Pologne

36 – Parti communiste portugais

37 – Parti communiste de Roumanie

38 – Parti communiste de Fédération de Russie

39 – Parti communiste des travailleurs de Russie

40 – Parti communiste sud-africain

41 – Nouveau parti communiste de Yougoslavie, Serbie

42 – Parti des communistes de Serbie

43 – Parti communiste de Slovaquie

44 – Parti communiste des peuples d'Espagne

45 – Parti des communistes de Catalogne, Espagne

46 – Parti communiste soudanais

47 – Parti communiste de Suède

48 – Parti communiste de Syrie

49 – Union des communistes d'Ukraine

50 – Parti du travail d'Autriche

51 – Parti communiste ouvrier de Biélorussie



 

S'associent à la déclaration : le PRCF (France), le Parti communiste (Italie), l'Union du peuple galicien (Espagne), le Parti communiste (Suède)

Dimanche 20 juillet 2014 7 20 /07 /Juil /2014 06:32
- Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Livro-Saldanha.jpgCe militant communiste qui a entraîné la plus grande sélection brésilienne de football de l'histoire, c'était en 1970 ...



Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



La coupe du monde vient de se terminer pour le Brésil sur fond de contestation sociale en dehors du terrain, d'humiliation sur le terrain. L'occasion de revenir sur une histoire méconnue : celle de la rencontre d'un militant communiste avec la plus grande seleção de tous les temps.



Qui connaît Joao Saldanha ? Inconnu en France, ce nom est connu de tous les passionnés de football de plus de 35 ans. Pendant près de 30 ans, il fut la voix du football au Brésil sur les radios, dans la presse écrite mais aussi un éphémère et brillant entraîneur.



Joao Saldanha est d'abord un joueur de football à la carrière et la jambe brisées, à la fin des années 1930 dans le club carioca (de Rio de Janeiro) de Botafogo. Il retrouvera le club de Botafogo comme entraîneur en 1957 et, sans la moindre expérience jusque-là, il remporte le championnat de Rio.



« Jean sans peur » : le journaliste le plus adulé et craint du pays



Saldanha change donc de vocation. Après des études de droit puis de journalisme, il devient chroniqueur sportif en 1960, devenant le journaliste le plus populaire du pays, présent sur les ondes de Radio Nacional, Globo, dans les quotidiens nationaux Última Hora, O Globo, Jornal do Brasil.



Sa popularité, Saldanha le doit à son ton sans concession à l'antenne, critiquant ouvertement joueurs, entraîneurs mais aussi dirigeants.



Sa verve, son franc-parler lui ont valu le surnom de « Jean sans peur » tant ses expressions, non exemptes de critique sociale durant la période de la dictature, pénétraient l'imaginaire populaire comme « si on gagnait des matchs par la concentration (de joueurs/en formant un bloc compact), c'est l'équipe des prisonniers qui serait championne ! ».



Saldanha était en effet un apôtre du beau jeu, construite autour d'une organisation rigoureuse, mettant les individualités au service du collectif.



Un journaliste communiste à la tête de la Seleção !



Après le fiasco de la Coupe du monde 1966, la Confédération de football brésilienne (CFB) décide de mettre son pire détracteur à la tête de la sélection : le journaliste sportif Joao Saldanha !



Nul doute que le machiavélique homme de pouvoir Joao Havelange – plus tard président corrompu de la FIFA – avait comme idée de se mettre dans la poche le milieu critique des journalistes, le peuple dont Saldanha était la voix.



Mais c'était un pari risqué car Saldanha était aussi un militant communiste du PCB depuis ses années universitaires, qui se revendiquait comme tel, qui utilisait sa tribune médiatique pour exprimer son opposition à la dictature qui s'était imposée à partir de 1964.



Sur le terrain, ce fut un triomphe. Son 4-2-4 au jeu chatoyant, renouant avec le schéma de l'épopée de 1958 parvenait à une alchimie rare avec un quatuor offensif de rêve : Jairzinho, Tostao, Rivelino et Pelé bien sûr.



Le dictateur obtient la tête de Saldanha



Le Brésil remporte tous ses matchs de qualification pour la Coupe du monde 1970 avec Saldanha comme sélectionneur, avec des démonstrations en particulier contre le Paraguay ou le Vénézuela, contre lequel le Brésil passe six buts.



Le peuple brésilien loue la renaissance de la Selecao de Saldanha, une équipe qu'il a même qualifié des « bêtes de Saldanha ». En effet, Saldanha avait annoncé dès sa nomination son intention de ne « convoquer que des bêtes » !



Mais l'idylle va tourner court. Saldanha agace jusqu'au Président de la République, le dictateur et général Emilio Médici, inquiet de l'influence de ce communiste à ce poste sensible.



Médici prend comme prétexte la non-sélection de la star de l'Atlético Mineiro Dario Maravilha. Saldanha ne bouge pas de sa position : « C'est un bon joueur, mais pas assez pour mon équipe (…) Si j'accepte Dario, c'est une humiliation, je ne vais pas me laisser humilier ».



La tension monte, et Saldanha sort de sa tannière. Il refuse de rencontrer le dictateur à Porto Alegre, sur invitation de la Fédération de football et se justifie dans la presse :



« Je n'aurais aucun plaisir à serrer la main d'un homme qui a tué plusieurs de mes amis. Je ne sais pas si c'est lui qui a donné l'ordre ou s'il a laissé faire. Ce qui est sûr, c'est que plus de 300 personnes sont mortes sous ce gouvernement, le plus assassin de l'histoire du Brésil ».



Saldanha ne survivra pas à cette sortie saignante. La décision de sa démission dépassa le cadre de la Fédération, et est discuté à la tête du régime. La junte préfère se séparer de ce communiste bien dérangeant, et fait pression sur la Fédération qui nomme Mario Zagallo à sa place.



Zagallo récupère les « bêtes de Saldanha » et gagne avec cette équipe extraordinaire la troisième coupe du monde du Brésil, aux yeux de beaucoup d'observateurs, la plus belle remportée par la Selecao.



Saldanha a continué sa carrière de journaliste, critique de plus en plus acerbe de la professionnalisation, marchandisation du football mais aussi du caractère de plus en plus conservateur, défensif mais aussi individualiste du jeu brésilien.



Il resta fidèle jusqu'à la fin de sa vie à son militantisme communiste, lui qui fut dans les années 1940-1950 un cadre du Parti dans la clandestinité, aidant à l'organisation d'une guérilla paysanne dans l'Etat du Parana entre 1947 et 1951, écrivant dans la presse clandestine du parti.



 

Saldanha est mort en 1990, à Rome, en commentant la Coupe du monde en Italie. Avec Oscar Niemeyer, il reste aux yeux des brésiliens le plus célèbre des communistes du pays, le plus aimé également.

Samedi 19 juillet 2014 6 19 /07 /Juil /2014 06:45
- Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Algerie-Palestine.jpgSolidarité avec le peuple palestinien sauvagement agressé à Gaza

 

 

Déclaration du Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme (PADS) reprise par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

 

 

L'Etat sioniste d'Israël se livre une fois de plus au massacre du peuple palestinien. Son armée écrase de bombes la population de Gaza. Plus de 170 palestiniens ont été tués en quelques jours, pour la plupart des femmes et des enfants.

 

Ce massacre est perpétré avec le soutien déclaré des Etats impérialistes, en premier lieu les USA et la France qui couvrent systématiquement les agressions israéliennes et le mépris de l'Etat sioniste pour toutes les résolutions adoptées par l'ONU depuis plus de 60 ans.

 

Le PADS exprime sa solidarité avec le peuple palestinien. Il le soutient dans sa lutte contre l'agression israélienne, dans son combat pour la réalisation de ses revendications nationale: la libération inconditionnelle de tous les prisonniers palestiniens, le retrait des troupes israéliennes de tous les territoires occupés de juin 1967, le démantèlement sans condition des colonies, le droit au retour des Palestiniens chassés de leur pays depuis 1948, la constitution d'un Etat palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale.

 

Le PADS dénonce le silence du gouvernement algérien et ses compromissions avec l'impérialisme.

 

 

Il appelle les citoyens algériens à manifester sous toutes les formes leur solidarité avec le peuple palestinien.

Vendredi 18 juillet 2014 5 18 /07 /Juil /2014 07:17
- Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

  • : Solidarité Internationale PCF
  • Solidarité Internationale PCF
  • : Le site publie des traductions de déclarations, communiqués, articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.
  • Contact
  • Partager ce blog
  • : Politique
  • Retour à la page d'accueil

Liens

Théorie

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés