Présentation

    Le site Solidarité Internationale PCF publie des traductions de déclaration, des communiqués, des articles théoriques et d'actualité provenant de partis communistes du monde entier ainsi que des analyses françaises sur le mouvement communiste international et la politique étrangère de la France. La ligne éditoriale du site suit les positions du Réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" (site http://vivelepcf.fr/) qui refuse la dérive réformiste du PCF suivant le PGE. Notre site s'efforce de faire vivre la conception de la solidarité internationale portée historiquement par le PCF.

Recherche

5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 09:25

2013-01-11-LVictoire pour Natan Blanc, 20 ans, après six mois de prison en Israël

 

Il ne fera pas son service militaire en territoire occupé



Article AC pour http://jeunescommunistes-paris15.over-blog.com/ repris par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Six mois que le jeune Natan Blanc, âgé de 20 ans, ait emprisonné en Israël. Son crime : avoir usé de sa liberté de conscience, refuser de servir dans une armée d'occupation qui sème l'injustice et la mort.



Ce jeudi 30 mai, l'armée israélienne a décidé de libérer le jeune conscrit, soumis à dix peines de prison successives. La Commission d'exemption des Forces de défense israéliennes a statué l'a jugé inapte au service, « incapable de s'adapter à la structure militaire ».



Natan Blanc avait refusé une première proposition de l'armée de le déclarer inapte au service en raison de « troubles psychologiques ». Blanc avait insisté sur le fait que sa décision de refuser le service était motivée par des motifs tout à fait rationnels.



Lors de sa déclaration d' « objection de conscience », Natan Blanc avait appuyé sa décision sur des principes moraux et politiques : « Je pense que l'armée israélienne joue un rôle majeur dans le maintien de l'occupation, ma conscience ne me permet pas d'y participer ».



Sa décision de ne pas servir dans l'armée, Natan l'a puisée dans les souvenirs de l'opération « Plomb durci » contre Gaza en 2009 ainsi que dans sa répétition, en novembre 2012. Il disait alors :



« La vague de militarisme agressif qui s'est emparé du pays, cette haine mutuelle entretenue, voilà ce qui m'a motivé dans ma décision (…)



Il est clair à l'heure actuelle que ce gouvernement, comme le précédent, n'a pas intérêt à trouver une solution à la situation actuelle mais plutôt à maintenir le statu quo. Ils sont prêts pour un deuxième « Plomb durci » : on va parler de dissuasion, tuer quelques terroristes, des civils vont mourir des deux côtés, et on va préparer une nouvelle génération à cultiver la haine, dans les deux camps.



Nos représentants peuvent continuer à alimenter ce cercle sanglant, sans fin. Nous, en tant que citoyens et êtres humains, avons un devoir moral : celui de refuser de participer à ce jeu cynique ».



Dans un premier temps, Natan Blanc avait demandé à effectuer un service civil, dans le secteur para-médical, une demande refusée pour la dernière fois le 24 février dernier.



Toutefois, les mois passés en prison, les brimades, la pression du militarisme ambiant n'ont pas affecté Natan. Interviewé par Haaretz après l'annonce de sa 10 ème peine de prison, pour 28 jours, il répondait avec détermination :



« Quand je me sens déprimé, je me rappelle que je fais le bon choix, que je n'avais pas d'autre choix et que je n'aurais pu choisir aucun autre acte moral. Je n'oublie pas que je suis en prison par choix ».



« Mes actions n'ont été dictées que par ma conscience. Il est essentiel d'être obstiné et de dire la vérité, jusqu'au bout. C'est la seule chose qui puisse influencer la société quand il s'agit de trancher sur des questions de principe ».



Ces dernières semaines, la campagne pour la libération de Natan Blanc était montée d'un cran. Trente-six professeurs de droit israéliens avaiet écrit une lettre à l'armée israélienne pour demander sa libération.



Dans le même temps, les associations pacifistes, les organisations de défense des objecteurs de conscience relayés par le Parti et la Jeunesse communiste avaient multiplié les actions de solidarité.



Ce mardi 21 mai, plusieurs centaines de ses défenseurs ont manifesté devant le QG de l'armée israélienne à Tel-Aviv. Parmi eux, le député du Hadash Dov Khenin, l'ancien député communiste Tamar Gozansky, le dirigeant historique du PC Benjamin Gonen.



Chaque année, plusieurs dizaines de jeunes israéliens refusent de servir, motivés par une opposition morale ou politique à l'occupation de la Palestine, selon le Dr. Yshai Menuchin, militant du groupe Yesh Gvul, qui aide les soldats qui refusent de servir l'armée d'occupation.



Toute notre solidarité va à ces jeunes israéliens refusant de collaboration à cette occupation inique, à l'embrigadement de masse, au massacre d'un peuple ne réclamant que la restitution de sa terre !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Solidarité Internationale PCF - dans Palestine-Israël
commenter cet article

commentaires